Invisible Circles

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe After Forever
Nom de l'album Invisible Circles
Type Album
Date de parution 25 Mars 2004
Enregistré à Gate Studios
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album265

Tracklist

1.
 Childhood in Minor
 01:20
2.
 Beautiful Emptiness
 05:24
3.
 Between Love and Fire
 04:56
4.
 Sins of Idealism
 05:22
5.
 Eccentric
 04:10
6.
 Digital Deceit
 05:37
7.
 Through Square Eyes
 06:22
8.
 Blind Pain
 06:47
9.
 Two Sides
 04:34
10.
 Victim of Choices
 03:21
11.
 Reflections
 05:11
12.
 Life's Vortex
 05:52

Durée totale : 58:56


Commentaire @ Kivan

12 Avril 2004
Suite à des débuts assez discrets au sein de la scène gothic/symphonique, ce "Invisible Cirlces" marquerait-il l’entrée dans la cour des grands pour After Forever, aux côtés de mastodontes du genre comme Nightwish ou Within Temptation ?

Sans aucun doute! Car, dès la première écoute de cet album, nous sommes frappés par tout ce qu’ont gagné les Hollandais au cours de leur carrière, cinq ans depuis la sortie de leur première démo en 1999.

Tout d’abord, le groupe a nettement gagné en puissance, avec des morceaux plus pêchus ainsi que davantage de chœurs et de voix gutturales.

Ensuite, le groupe a également gagné en qualité au niveau des compos. Et ce, avec des titres très variés, à la fois épiques et très riches, tantôt calmes, tantôt lyriques. Ceux-ci changent sans cesse de tempo, s'avérant parfois rapides, parfois puissants.

Enfin, le groupe a énormément gagné en technicité, et tout particulièrement Floor, la sublime chanteuse, qui arrive désormais au niveau d’emblèmes telle que Tarja (Nightwish) ou Sharon (Within Temptation). Et ce, tout en possédant son propre timbre de voix, voire même son style propre, et qui donc ne se limite pas à un clone de celles-ci.

Vous l’aurez donc compris (d’ailleurs la note en atteste), cet album est magnifique, captivant, enchanteur. Je pourrais encore en parler pendant des heures, le décortiquer et le décrire, chaque morceau possédant sa structure et ses particularités propres, mais à quoi bon? Sachez simplement qu’il s’agit-là d’un chef d’œuvre du style, qui convaincra sans mal les amateurs, sans parler des fans du groupe qui seront plus que ravis.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MetalAngel

27 Avril 2005
L'année 2004 fut une très bonne année pour le groupe batave. Après l'excellent disque "Deceipher", sorti en 2002, et un EP, "Exordium", sorti en novembre 2003, le groupe nous revient avec "Invisible Circles", un disque conceptuel, un album fort et plus professionnel que les précédents. Les différentes chansons présentes sur l'album racontent l'histoire d'une petite fille détestée de ses parents. Chaque texte est accompagné d'une page de journal intime rédigée par cette même enfant.

Musicalement, l'ensemble tient beaucoup mieux la route que "Deceipher", notamment au niveau de la production. Plus claire, plus puissante, elle fait clairement ressortir chaque instrument, chaque note, même les plus infimes. Au niveau de l'interprétation, rien à dire. Tout est carré, Floor chante comme une déesse, le groupe tient le rythme imposé par le jeu à la double pédale d'André Borgman. Petite nouveauté : l'apparition sur le disque d'un mini-orchestre. Ce côté symphonique donne plus de cohérence et d'ambiance à chaque titre. Côté tracklist, toutes les chansons sont excellentes, aucune ne pêche par un manque de rythme ou de saveur.

L'album débute par une intro un peu spéciale, jamais utilisée en metal : des bruits de rires d'enfant dans une cour d'école. Les deuxième et troisième morceaux sont les plus heavy. Sander Gormann fait encore des merveilles avec ses grunts. "Sins of Idealism" est un titre sur lequel Floor donne toutes ses tripes, au point de donner à celui-ci un plus au niveau de la musicalité. L'impression qui s'en dégage est vraiment positive. Un duo particulier, qui, pour moi, est la cerise sur le gâteau, compose "Eccentric", une chanson uniquement en piano/voix. Il s'agit-là d'un titre sensuel sur lequel l'organe vocal de Floor impressionne et amène une certaine sensualité. S'ensuit "Digital Deceit", vraiment surprenant par son côté un peu 'artificiel'. Viennent ensuite "Through Square Eyes", "Blind Pain", "Two Sides" et "Victim of Choices", quatre morceaux plus faibles par rapport au niveau élevé de l'album, mais tellement jouissifs. Enfin, s'inscrivent "Reflections" et "Life's Vortex", titres qui emportent l'auditeur vers l'âge adulte de la fille maltraitée.

Une particularité à noter : certains titres sont entrecoupés de passages parlés, des dialogues entre la mère et le père.

Au final, rien à dire de cet album, quasi réussi, réalisé par la formation néerlandaise. Un coup de maître!

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
 
thefuneral - 24 Fevrier 2006: slt chui le môme a ki ta filé ton pseudo o bahu jean moulin
el é super ta cronik é jte souhaite de continué
 
Franck - 03 Janvier 2008: cet album contient ma chanson préferée dedans c'est Beautiful Emptiness.
Mais sinon rien a dire cet album est parfait
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire