In the Name of the Father

Liste des groupes Death Metal Altar (NL) In the Name of the Father
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Altar (NL)
Nom de l'album In the Name of the Father
Type Album
Date de parution 1999
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album41

Tracklist

1. Holy Mask 04:29
2. Spunk 04:37
3. God Damn You 04:19
4. In the Name of the Father 03:54
5. I Spit Black Bile on You 04:26
6. Hate Scenario 05:24
7. Pro Jagd 04:33
8. Walhalla Express 03:24
9. In Our Dominion 06:29
Bonustracks
10. I Am Your Provider 05:49
11. The Trooper (Iron Maiden Cover) 03:59
Total playing time 41:35

Chronique @ BEERGRINDER

17 Décembre 2010

Altar redresse magistralement la barre, proposant de nouveau un Death / Thrash agressif et cinglant

Après un Provoke décevant, mollasson et mettant de côté l’agressivité qui faisait la force des hollandais, on croyait Altar mort et enterré, prêt à devenir une imitation de Machine Head / Pantera comme ce fut le cas pour quelques groupes dans la seconde partie des 90’s. Que nenni mes amis ! Tout en gardant (pour une fois) un line-up stable par rapport au disque précédent, le six cordiste Marcel Verdurmen et ses acolytes ont bien vite changé leur fusil d’épaule (et de label quittant Displeased pour Pavement) pour renouer sur In the Name of the Father (1999) avec une énergie bien plus conforme au Death Metal.
La jolie cover concoctée par nos Death / Thrashers bataves montre un esprit de provocation intact, marquant au passage un retour à la période anti-religieuse de Youth Against Christ.

Les inconditionnels reconnaîtront en intro un passage du légendaire film Conan le Barbare (celui où Conan tabasse un prêtre de Thulsa Doom pour lui voler sa robe), et après ce court interlude, Holy Mask montre un Altar retrouvé avec un mur de guitare infranchissable et ces fameux riffs très tranchants, le kit de batterie de Sjoerd Visch sonne moins anémique que sur Provoke, de plus le bonhomme a désormais pris ses marques et balance des blast-beat tout à fait redoutables. Ceux qui connaissent The Monolith Deathcult écouteront avec un sourire en coin l’excellent morceau Spunk, en effet Vish fondera quelques années plus tard ce terrible combo, et on y retrouve ici des similitudes frappantes, notamment l’accélération impitoyable à 1 : 18 (répétée à 3 : 30).

Les hollandais utilisent à présent les morceaux Mid tempo avec parcimonie, en résultent un dynamisme et une fluidité qui faisaient défaut à Provoke. Ainsi I Spit Black Bile On You joue parfaitement sur les deux tableaux, alternant passages Death / Thrash épidermiques (un final époustouflant), d’autres plus pesants, et avec une place très honorable pour la basse de Nils Vos. Un petit mot sur la voix caractéristique de Edwin Kelder, oscillant toujours entre growl Death Metal et revendication Hardcore : puissant ! D’ailleurs God Damn You est par moment très proche du « trve Hardcore » bien méchant. Hate Scenario laisse même échapper quelques influences Death mélodique, fort heureusement sans dénaturer l’esprit Altar.

Pour ceux qui cherchent un morceau représentatif de ce disque, Pro Jagd possède tout ce qui fait la force et l’identité du quintet : tabassage en règle, guitares mordantes avec riffs collant au siège et tapis de double pédale. Quelques rares longueurs tout de même (Walhalla Express), mais rien qui ne puisse entacher durablement ce In the Name of the Father signant une renaissance notable du combo hollandais.
Altar redresse magistralement la barre, proposant de nouveau un Death / Thrash agressif et cinglant, pas loin d’égaler Ego Art niveau qualité. Certes, In the Name of the Father n’a pas permis à Altar de s’extirper de la deuxième division, mais c’est le haut de tableau : comme les Laval et Rouen des années 90 qui jouaient la montée chaque année et échouaient systématiquement pour quelques points….

BG

1 Commentaire

7 J'aime

Partager
MikeSlave - 02 Juin 2012: J'adore le " Ego art" et ta chronique semble rapprocher ces deux opus.Je et fais confiance; je vais essayer de choper le bousin.
Sinon marrant ta référence aux Diables Rouges qui, cette année, sont passé à 8 points de la montée en D2 après avoir été volé sur le match retour Niort-Rouen rejoué suite à ces saloperies de pannes de courant arrrghh!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire