Horizons

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Parkway Drive
Nom de l'album Horizons
Type Album
Date de parution 06 Octobre 2007
Produit par
Enregistré à Zing Recording Studios
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album221

Tracklist

1. Begin 00:49
2. The Siren's Song 03:09
3. Feed Them to the Pigs 02:33
4. Carrion 03:10
5. Five Months 04:04
6. Boneyards 03:13
7. Idols and Anchors 03:50
8. Moments in Oblivion 01:44
9. Breaking Point 03:37
10. Dead Man's Chest 03:22
11. Frostbite 03:32
12. Horizons 05:35
Total playing time 38:58

Chronique @ Arachnid

15 Mai 2010

LA claque metalcore

« Nous sommes en 2007 après Jésus-Christ ; tout le metalcore est occupé par des groupes sans originalité et sans talent... Tout ? Non ! Car quelques groupes foncièrement monstrueux peuplés d'irréductibles musiciens talentueux résistent encore et toujours à l'envahisseur. Et la vie n'est pas facile pour les piliers du genre comme As I Lay Dying, Maroon, Killswitch Engage et Haste The Day... »

Après s’être fait connaître sur le split CD avec I Killed The Prom Queen en 2003, le jeune groupe Parkway Drive s’est bien immiscé dans le style avec son premier album Killing with a Smile deux ans plus tard. Ils ont ré-enchainé l’année suivante par le très bon Don't Close Your Eyes ce qui leur a permis d’être une valeur sûre dans le genre, à grands coups de breakdowns lourds, de mélodies acérées et d’un chant particulièrement violent, évitant avec ingéniosité les chants clairs inégaux et trop souvent mal placés. Puis ils enchainent encore une fois l’année qui suit par un troisième album.

N’étant pas vraiment fan des albums qui se suivent d’année en année, je suis resté très tatillon sur ce nouvel opus, craignant une précipitation malvenue quant à la qualité de la galette… J’avais bien évidemment tort. En 2007 sort Horizons, LA claque metalcore, le CD surpuissant qui allait tout chambouler, celui qui allait clairement s’imposer devant le pourtant excellent An Ocean Between Us ou encore Pressure the Hinges de Haste The Day et Plagues de The Devil Wears Prada, des groupes alors beaucoup plus reconnus mais qui n’ont rien proposé de valable comparé à ce nouveau full lenght des Australiens.

Qu’est-ce qui différencie ce troisième album de ses précédentes productions mais aussi des autres disques du genre ? Avant tout son impact sonore garni de chansons inoubliables, son professionnalisme déroutant, la force dans ses structures, sa durée, ses compositions acérées, son chant brutal placé avec brio sur des mélodies envoutantes. Parkway Drive frappent là où on les attend le moins ; ils envoient sévèrement une multitude de hits à faire pâlir les plus endurcis… Ils ont bien compris leurs erreurs, bien assimilé la base du genre, ce côté metalcore que beaucoup oublient qu’il signifie metal/hardcore… Parkway Drive, eux, font du hardcore à la fois extrêmement bourrin mais aussi terriblement mélodique, la preuve avec leurs refrains et autres riffs mélo indéniablement mémorables. Qui arrive à se débarrasser de la mélodie enivrante de "Idols and Anchors", du début fracassant de "Breaking Point", de ce breakdown écrasant sur "Boneyards" ou même tout simplement de cette intro peu originale en soi mais diaboliquement entrainante ?

Ce qui fait la réelle force de Horizons, c’est donc cette façon d’insuffler à chaque chanson sa personnalité propre, sa touche, son identité reconnaissable entre mille, avec des passages d’une logique et d’une puissance atypique. Chose rare pour un genre épuré de part et d’autre. Les morceaux sont donc à chaque fois unique mais empreint d’une même continuité artistique. Vous connaissez cette sensation de connaitre un album par cœur et ce, au bout de quelques écoutes à peine ; Horizons fait cet effet-là également. Les chansons restent en tête et, sans pourtant réellement innover, le groupe insuffle à son album une patte désormais bien ancrée.

Dès l’introduction et jusqu’au titre final, on en prend la poire à grands coups de saccades rapides et précises ("Feed Them to the Pigs", "Dead Man’s Chest"), de riffs mélo tout simplement majestueux ("Idols and Anchor", "Carrion", la très courte mais enchanteresse "Moments in Oblivion") ou encore de beatdowns à nous faire péter les bras durant des concerts énervés (pour les avoir vu en live, je peux vous dire que ça mouline sec sur "The Siren’s Song"). Le nouveau venu Jia O'Connor assure clairement avec sa basse, appuyant avec malice une rythmique déjà bien entrainante. Quant à la batterie, c’est du très très lourd, Ben Gordon mettant un point d’honneur à ses précédentes prestations en variant continuellement son jeu à travers des breaks précis, des beatdowns imposants et du taquet en veux-tu en voilà. Pour finir, le chant écorché de Winston n’a jamais été aussi violent, nous calmant d’entrée quant à sa puissance et son débit remarquable. Un débit puissant calé à la perfection sur une musique parfois peu adaptée.

En somme, Horizons est sans conteste le meilleur album de Parkway Drive et l’un des meilleurs du genre, à la fois puissant, personnel et inoubliable. Une perle dans le metalcore pour un CD à écoute inlassablement.

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Spirit_Of_Deathiny - 06 Août 2010: Génial Chronique Arachnid! j'ai bien évidemment rien à ajouté, t'as tout dis^^ Bon et je vois que t'as vraiment apprécié l'album vu que t'as mis 18 et que toi t'es généralement assez sévère niveau note^^ Bon cet album Déchire!! Ne le télecharger pas gratuitement , achetez le... ce serait une insulte pour un des groupes révolutionnaires du Métalcore. Ils déchirent!!!
Silent_Flight - 21 Août 2010: Un des seuls albums de Métalcore que j'ai acheté à sa sortie, parce que c'est une vraie tuerie. Excellente chronique comme d'hab pour ceux qui souhaiteraient découvrir les Australiens de Parkway Drive.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Zao666

03 Juillet 2008
Sorti en 2007 sur le label Epitath, le dernier album de PARKWAY DRIVE , Horizons, est de loin un des meilleurs albums metal/hxc de l'année (mis a part celui de ABR, mais la encore on est dans un autre registre). Enfin je dis meilleur album, mais cela n'engage que moi, et je vais en expliquer les raisons.

Tout d'abord remettons les choses dans leur contexte. Parkway n'est pas un banal groupe qui donne dans le pseudo metalcore pour emo-boutonneux en mal de vivre, ni un groupe de hxc tough-guy qui ne sent pas le Madball mais le BadBoule. Non, Parkway c'est bien plus que ça, et il est difficilement possible d'en définir le style exact et les influences prisées tellement le groupe a un son propre et des compos d'une richesse hors paire. On repensera à l'album qui les avait lancé en 2004, Don' close your eyes, plutôt efficace même si le groupe se cherchait encore. Et on ne peut oublier l'album qui les propulsera en tête des groupes de métal les plus écoutés sur myspace et sur les planches du monde entier (rappelez vous le Taste of Chaos 2006), Killing with a Smile sorti en 2005, et qui reste selon moi un des meilleurs albums de metal/hxc que j'ai pu écouter.

Passons maintenant en revue l'album. L'artwork de la pochette est plutôt simple, ce qui ne change pas beaucoup de l'album précédent. Qu'importe, ici on juge le son et on ne va pas être déçu par nos amis les kangourous. On démarre par une petite intro, puis c'est parti pour 40 minutes de pur bonheur. Les morceaux s'enchainent sans que l'on ne s'en rende compte, avec des transitions cohérentes, ce que Parkway nous avez déjà habitué auparavant. Le son est propre, les tapping de guitares impressionnants de fluidité (Track 7: Idols and anchors) et la brutalité des compos prouve que le groupe est loin de vouloir faire de la soupe commerciale. Le groupe a encore gagné en technique mais aussi en mélodie. Le mélange est parfaitement dosé, les cassures se font toujours au bon moment, et des soli maitrisés viennent ponctuer des mosh-parts dévastateurs. De superbes harmonies nous en mettent plein les cages a miel (Intro de la track 9:Breaking point, tout bonnement hallucinante). Sans oublier la voix du frontman, toujours aussi hallucinante, puissante et schizophrénique.

En ce qui concerne les points négatifs de l'album, on pourrait simplement dire que Horizons ne révolutionne malheureusement pas le genre, et reprend point par point les grandes lignes de Killing with a Smile. Mais la claque est quand même de taille et la production massive ne pourra que vous attirer, si bien sur vous ne crachez pas sur la nouvelle génération de groupes qui puisent leurs influences dans plusieurs styles…

2 Commentaires

6 J'aime

Partager
TheWhiteCrow - 22 Fevrier 2010: Tout à fait d'accord. Ce groupe est vraiment TRES bon!
Djaway - 07 Mars 2010: D'accord aussi, c'est LE Metalcore que je cherchais, des break + que puissants, cet album est un des meilleurs que je n'ai jamais écouter avec Killing with a Smile et Say hello to tragedy de Caliban.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire