Hidden Evolution

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Angelus Apatrida
Nom de l'album Hidden Evolution
Type Album
Date de parution 19 Janvier 2015
Labels Century Media
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album71

Tracklist

1. Immortal
2. First World of Terror
3. Architects
4. Tug of War
5. Serpents on Parade
6. Wanderers Forever
7. End Man
8. Speed of Light
9. I Owe You Nothing
10. Hidden Evolution
Bonustrack (Special Edition)
11. Highway Star (Deep Purple Cover)

Chronique @ LeMoustre

21 Janvier 2015

Countdown To Evolution

Déjà le cinquième album pour les Espagnols d'Albacete. Fondé en 2000, le groupe a progressé d'album en album tant en notoriété locale (14ème des charts espagnols lors de la sortie de "The Call", une performance enviable par chez nous !) qu'européenne, à force de tournées et d'exposition scénique, notamment dans les festivals Français - citons le X-treme fest, le Motocultor ou le Hellfest.

Trois ans donc après son dernier album, le groupe de Guillermo Izquierdo (vocaux) est retourné enregistrer au Portugal, en compagnie de Daniel Cardoso (multi-instrumentiste chez Anathema), donnant cette fois ci un son moins mécanique que sur "Clockwork", et un peu mieux adapté au thrash version canal historique des Espagnols.

Dans un style assez similaire par rapport à ses deux prédécesseurs, le nouvel album des Anges Apatrides emprunte, au gré de compositions un peu plus mélodiques et plus diversifiées que précédemment, autant à Exodus qu'au Destruction post-reformation, sans pour autant en être une vulgaire copie. Toutefois, le grain de voix et les variations vocales plus marquées de Izquierdo le rapprochent, notamment dans les lignes les plus mélodiques, toujours autant d'un Dave Mustaine ("Tug Of War", "Wanderers Forever", et surtout le final "Hidden Evolution" et son pont mélodique), conférant à de nombreux passages de l'album une touche Megadeth période "Countdown To Extinction" plus que palpable, notamment dans les refrains, mieux travaillés. Démarche qu'un Whiplash a aussi empruntée dans le passé, avec plus ou moins de succès.

L'atout principal de cet album, au delà de cette ressemblance flagrante, qui peut plaire ou pas, réside dans quelques compositions marquantes (formidable "Serpents On Parade" au riffing démonte-nuque, "End Man" dont le riff principal renvoie même à Napalm Death - voir vidéo ci-dessous - ou l'entraînant "Immortal"), et également dans la diversité que l'album dégage compte tenu de l'alternance entre morceaux rentre-dedans et moments plus posés. De cette diversité, l'album ressort grandi. Plus attachant que ses prédécesseurs, et moins scolaire dans le rendu final. Le cœur de l'album se révèle des plus percutants, rendant l'écoute très agréable, dans un sequencing intelligent (un morceau furieux souvent collé à deux autres plus posés) et un sens de la composition finalement mieux mis en avant.

Nous tenons là le meilleur Angelus Apatrida, dont l'évolution est ici bénéfique. L'affiliation avec des vocaux parfois trop Mustainiens pourra être gênante pour certains, mais nul doute que le groupe a su insuffler un charme qui manquait aux albums précédents ("Speed Of Light" et ses hohoho dynamiques), et laisse augurer d'une place de choix dans le thrash du vieux continent. Et, comme le groupe n'est pas avare de tournées, chacun pourra constater que certains titres mettront le feu dans le pit facilement, à défaut de concurrencer réellement encore le top-thrash européen. Mais, à côté des Italiens de Game Over ou des Anglais de Onslaught, pour prendre toutes les générations, Angelus Apatrida n'a pas (trop) à rougir.


15 Commentaires

10 J'aime

Partager

tormentor - 21 Janvier 2015: Je pense que cet album va me plaire car il a l'air plus incisif et moins mecanique comme tu dis dans ta chro et cela me dérangeais dans clockwork. Merci pour la chro qui donne envi de se le procurer. Thrash'em all!!!
KingdomOfWorms - 22 Janvier 2015: Pas mal en effet, encore un bon disque d'AA.
vutib - 23 Janvier 2015: Merci pour cette chronique ! :) Le problème avec cet album, c'est qu'il est plutôt agréable mais s'oublie aussi rapidement j'ai trouvé ...
jeffff - 14 Mars 2015: La voix me fait davantage penser a Chuck Billy de Testament qu'a Mustaine. Je n'écoute quasiment plus de thrash mais leur découverte lors du Xtremfest m'avait bluffé. un album qui va me réconcilier avec la scène thrash
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire