Clockwork

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Angelus Apatrida
Nom de l'album Clockwork
Type Album
Date de parution 21 Juin 2010
Labels Century Media
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album89

Tracklist

1. The Manhattan Project 01:10
2. Blast Off 04:23
3. Of Men and Tyrants 04:51
4. Clockwork 03:57
5. Devil Take the Hindmost 04:10
6. The Misanthropist 03:55
7. Legally Brainwashed 03:18
8. Get out of My Way 04:24
9. My Insanity 05:28
10. One Side One War 04:38
11. Into the Storm 03:33
12. National Disgrace 04:11
Bonustrack
13. Be Quick Or Be Dead (Iron Maiden Cover)
Total playing time 47:58

Chronique @ Mindkiller45

24 Fevrier 2011

Megadeth, Testament ? Non, c'est Angelus Apatrida, et c'est espagnol !

Fraichement débarqués des contrées hispaniques, Angelus Apatrida avait étonné son monde en 2006 avec son premier album intitulé Evil Unleashed. Un album plus tard, et surtout un contrat avec Century Media signé, ils reviennent avec ce Clockwork qui sent bon le thrash années 90.

Bon, il est évident que Megadeth est la première source d’inspiration de nos ibères de thrasheux. La façon de chanter (mais pas la même voix), les riffs entre thrash et heavy… Disons que cet album pourrait être la suite logique de Endgame tellement il est bien produit et fait, chose peu commune pour un groupe aussi jeune.

Les riffs et les solos sont très bien exécutés et ça envoie. Certes, ce n’est pas du calibre de nos ricains de Bonded By Blood ou encore Fueled By Fire, ces groupes étant bien plus incisifs et bien plus orientés thrash Old School dans la façon de faire. Là le groupe, même si ses influences ne sont pas toutes bien digérées, semble vouloir aller un peu plus loin qu’avec les albums précédents. On sent encore que le groupe patauge entre du Anthrax et du Megadeth sans trop lorgné du côté du heavy. Les rythmiques typiques du thrash et la batterie y sont, mais contrebalancés par des moments plus mélodiques.

Et même si les influences majeures se retrouvent être Megadeth, on sent que le groupe ibérique a tiré les leçons de ses grands frères d'outre-Atlantique. En effet, on peut trouver là aussi des plans à la Testament ou Annihilator.

Mais des morceaux comme "Legally Brainwashed" sont bien plus intéressants. Des rythmiques martellantes, une voix qui a tendance à bien plus crier, sur la totalité des morceaux, et une batteur qui frappe sa batterie comme si sa vie en dépendait. Bref, du tout bon ce nouvel album.

Certes on pourrait reprocher à Daniel Cardoso d’avoir opté pour une production un brin trop propre… Mais les puristes seront les seuls à y voir cela comme un GROS défaut.

Un bon pied de nez aux géants américain de la Bay Area.

5 Commentaires

0 J'aime

Partager
Mindkiller45 - 24 Fevrier 2011: Disons que pour le coup, je pense qu'Angelus Apatrida arrivera à rester dans le temps.

J'ai peur que Fueled By Fire et Bonded By Blood ne soient qu'un effet de mode pour le "back to the 80's"... à voir sur la durée.

Pour Angelus Apatrida, je pense qu'on va continuer de les voir parmi nous :)
Thrashbuster - 25 Fevrier 2011: J'ai décourvet ce groupe avec Give 'Em War il y a un petit bout de temps et j'ai eu la chance de les voir durant leur tournée avec Warbringer et ce groupe déchire tout. On peut parler de l'influence de Megadeth sur leur dernier album mais sur les deux premiers je trouve, personnellement, qu'on sent très fort des relents de Metallica ou encore de Pantera et ce de façon très prononcée. Il n'en reste pas moins qu'ils sont sur une bonne pente ascendante et que ça va tout péter quand ils seront au sommet. De dignes successeurs du groupe espagnol Legion!!
Mindkiller45 - 25 Fevrier 2011: Il faudrait que j'arrive à me procurer les deux premiers albums :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Megalodon

01 Janvier 2011

On arrête pas le progrès...

A vous tous qui ne connaissez pas encore Angelus Apatrida, jeune combo espagnol de thrash metal déja pondeur de 2 bombinettes du genre, croyez-moi ça va venir.
Chez Century Media on produit pas de la merde. La preuve : "Clockwork" est une parfaite démonstration du genre dans lequel évolue Angelus Apatrida. On commence d'entrée avec une instrumentale ténébreuse pour ne pas dire ennuyeuse, il faut attendre la fin de ce track pour voir l'intérêt qu'il apporte. De suite, "Blast Off" engage les vraies hostilités, et s'ensuivent des morceaux techniquement impeccables tels que "My Insanity" ; "Of Men and Tyrants" ou "National Disgrace".

Tout ces exemples du thrash pur et inspiré est ici bien démontré si ce n'est trop. En effet, le gros problème que rencontrent les groupes de ce style est la répétitivité des riffs trop similaires les uns par rapport aux autres, gâchant la beauté technique et sonore de ces derniers. Cela n'empêchera en tout cas personnes de s'éclater puisque la production du disque est irréprochable, la batterie est puissante, les riffs implacables et la voix du chanteur nous fait penser à un célèbre rouquin et ce à plus d'un titre puisque Guillermo "Polako" Izquierdo est également roux. Coïncidence ?

En bref , Angelus Apatrida continue sa progression vers les sommets mais doit réviser sa méthode de travail pour éviter un deuxième Clockwork avec juste un nom de différence. Un bon album qui donne envie de headbanguer et sauter partout, que demander de plus?

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Thrashbuster - 25 Fevrier 2011: J'ai décourvet ce groupe avec Give 'Em War il y a un petit bout de temps et j'ai eu la chance de les voir durant leur tournée avec Warbringer et ce groupe déchire tout. On peut parler de l'influence de Megadeth sur leur dernier album mais sur les deux premiers je trouve, personnellement, qu'on sent très fort des relents de Metallica ou encore de Pantera et ce de façon très prononcée. Il n'en reste pas moins qu'ils sont sur une bonne pente ascendante et que ça va tout péter quand ils seront au sommet. De dignes successeurs du groupe espagnol Legion!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire