Hatebreed

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hatebreed
Nom de l'album Hatebreed
Type Album
Date de parution 29 Septembre 2009
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album180

Tracklist

1. Become the Fuse 02:27
2. Not My Master 03:14
3. Between Hell and a Heartbeat 02:54
4. In Ashes They Shall Reap 03:21
5. Hands of a Dying Man 02:48
6. Everyone Bleeds Now 02:56
7. No Halos for the Heartless 02:57
8. Through the Thorns 03:24
9. Every Lasting Scar 03:14
10. As Damaged As Me 02:21
11. Words Became Untruth 02:33
12. Undiminished 04:19
13. Merciless Tide 02:41
14. Pollution of the Soul 02:45
15. Escape (New Diehard Edit) (Metallica Cover) 04:01
Bonustracks (Best Buy)
16. To the Threshold (Live) 02:50
17. As Diehard As They Come (Live) 02:20
Bonustracks (Wal-Mart)
16. Lay It All to Waste 02:19
17. Preservation of Belief 02:20
Bonustracks (iTunes)
16. Kill an Addict (Re-Recorded) 01:02
17. Filth (Re-Recorded) 01:40
Total playing time 45:55

Chronique @ Ebrithil

19 Novembre 2009
"Le prochain album n'est pas encore tout à fait fini, mais je peux d'ores et déjà vous affirmer qu'il est de loin meilleur que Supremacy".

C'est avec cette déclaration classique et un brin démago que Jamey Jasta annonçait le nouvel album d'Hatebreed dans une interview pour le magazine français Rock Hard. Et au vu de la montée en puissance phénoménale du groupe depuis ses débuts avec Under the Knife, on était assez enclins à le croire... tout en restant méfiant, car ces derniers temps, nombreux furent ceux qui annonçaient une tuerie et nous ont déçu.

Le single In Ashes They Shall Reap fut pourtant une sacrée mise en bouche : un refrain monstrueux, un Jasta hargneux, un morceau qui risque de s'imposer comme un grand classique aux côtés des hymnes I Will Be Heard ou Live for This ...

Mais se fier à un morceau n'a jamais été la meilleure manière de juger un album.

Quelques mois avant ce bien nommé Hatebreed, le groupe nous sortait une collection de reprises, For the Lions. Et au delà de savoir si ce CD en valait la peine, l'effet le plus frappant en fut un groupe qui redécouvre ses origines, ses influences, ses racines.
Mais UN album-hommage, n'est-ce pas assez ? Si, bien sûr. Alors ne m'en voulez pas si je trouve cela un peu superflu qu'Hatebreed, via cet album éponyme, nous renvoye à la gueule ses influences d'une façon assez flagrante...

Alors bien sûr, quand les influences sont bonnes, en tirer quelque chose de mauvais est une gageure. Mais il est difficile de ne pas penser à Slayer sur l'intro de Between Hell & a Heartbeat, à Machine Head avec ces plans thrash rebondissants et très riffés gras truffés de soli fulgurants (toujours le même morceau, un peu plus loin), à Suicidal Tendencies pour les choeurs quelque peu naïfs de No Halos for the Heartless ou Every Lasting Scar (écart que Hatebreed avait toujours su éviter malgré une utilisation de choeurs déjà prononcée), ou encore à Metallica sur un instrumental totalement insipide et inutile (rares sont ceux qui écoutent Hatebreed pour en entendre un instrumental) ...

Hatebreed avait jusque là fait du Hatebreed pur jus, sans aucune variété mais avec une efficacité indéniable. Sur cet album, la variété apparaît, mais avec elle apparaît également une certaine faiblesse dans les compos. Car même les très brutaux et très "Hatebreediens" Through the Thorns, Become the Fuse (dont l'intro pourrait être du Devildriver, tiens...), As Damaged As Me ou Merciless Tide n'ont clairement pas l'impact de titres brulôts comme As Diehard As They Come, To the Threshold, Doomsayer ou encore Call for Blood. Jamey Jasta est en forme, certes, mais ne nous assène plus de hurlements possédés comme il le faisait si bien sur Supremacy, qui reste à ce jour sa meilleure performance vocale. Seule exception : le titre Pollution of the Soul, occasion pour le vocaliste de nous balancer quelques cris écorchés du meilleur effet... mais manque de bol, ce titre était déjà présent sur la version japonaise de Supremacy... comme quoi ! Soulignons toutefois son chant plus mélodique (restons relatifs) sur Every Lasting Scar, qui par son côté old-school reste une vraie réussite et un des meilleurs titres de l'album.

Alors, Hatebreed, mauvais album ?
Non, bien sûr, car comme je l'ai dit, quand les influences sont bonnes et le talent des musiciens indéniable, faire quelque chose de mauvais est difficile... reste que cette galette n'est clairement pas à la hauteur de ses 2 prédécesseurs alors qu'elle est paradoxalement plus variée et peut-être plus recherchée. Hélas, le mélange d'influences Machine Headiennes, Slayeresques et consorts ne suffit pas car il manque le côté coup de poing qui plaisait chez Hatebreed. Retenons toutefois l'hymne véritablement énorme In Ashes They Shall Reap et les excellents Every Lasting Scar et Everyone Bleeds Now... le reste est agréable à l'écoute, mais ne me fera pas préférer cet éponyme aux précédents.
Dommage.

14 Commentaires

8 J'aime

Partager

Tfaaon - 03 Mai 2010: guitar part dit la même chose que toi...
faut que j'écoute ça, je suis encore troué par supremacy... quelle claque...
Celldweller55 - 30 Mai 2010: Pour moi, tous les albums du groupe sont très bons, Hatebreed nous fait toujours du Hatebreed, et ça marche. Le meilleur opus reste pour moi TROB.
Chab - 01 Août 2010: The Rise Of Brutality reste le meilleur à mes yeux mais celui-ci n'est pas mauvais, bien qu'en dessous des précédents opus.
hadjordisoap - 16 Janvier 2012: Cet Album est une pure tuerie !! Grave plus diversifié que les autres et plus technique !! Un chef d'oeuvre du Hardcore !!!! :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire