Gore Metal: A Necrospective 1998 - 2015

Liste des groupes Death Grind Exhumed (USA) Gore Metal: A Necrospective 1998 - 2015
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Exhumed (USA)
Nom de l'album Gore Metal: A Necrospective 1998 - 2015
Type Album
Date de parution 10 Fevrier 2015
Style MusicalDeath Grind
Membres possèdant cet album20

Tracklist

1. Necromaniac 02:45
2. Open the Abscess 03:34
3. Postmortem Procedures 03:41
4. Limb from Limb 02:59
5. Enucleation 04:15
6. Casketkrusher 03:39
7. Deathmask 02:51
8. In My Human Slaughterhouse 02:08
9. Sepulchral Slaughter 03:04
10. Vagitarian II 03:55
11. Blazing Corpse 02:03
12. Deadest of the Dead 05:45
Total playing time 40:39

Chronique @ Icare

15 Fevrier 2015

Un death/grind groovy, gras, mélodique, entraînant et carré à la fois, d’une violence purement jouissive.

25 ans. Cela fait 25 ans qu’Exhumed démembre, dépèce, ampute, éviscère et recoud sans anesthésie, avec une frénésie et un amour du travail bien fait inextinguibles. Si nos chirurgiens ont montré sur leur petit dernier, Necrocracy, une tendance plus mélodique et moderne, il n’en demeure pas moins que les six carcasses entières de barbaque sanguinolente qu’ils ont jusqu’à présent opérées sur le billard dégoulinent d’une musique délicieusement jouissive et régressive. Pour fêter comme il se doit leurs 25 ans de carrière, les p’tits gars de San Diego ont décidé de ressortir leur premier et cultissime full length de 98 répondant au doux nom de Gore Metal, relifté pour l’occasion avec un nouvel artwork, beau clin d’œil à la pochette d’origine en plus soignée et moins dégueulasse, et surtout d’un nouveau son plus adapté à ces douze pièces de choix : moins opaque, plus clair et puissant, avec des guitares plus tranchantes et une batterie moins sourde qui laisse mieux respirer les riffs, ce réenregistrement permet de savourer la barbarie d’Exhumed dans des conditions optimales.


Pour ceux qui viendraient de débarquer dans le monde bucolique du death/grind gore, Exhumed n’est ni plus ni moins que l’un des meilleurs et plus fameux représentants du genre avec General Surgery, les deux groupes ayant en commun un amour immodéré pour Carcass. En fait, on pourrait presque dire que ce Gore Metal est le chaînon manquant entre la période grind de Carcass et les débuts d’Aborted, mélangeant avec une perversité délectable un death brutal et mélodique à un grind groovy et entraînant. On est donc finalement assez loin de la boucherie sauvage et incontrôlée que laisse présager l’artwork, et on navigue dans un style bien plus carré que ce que laissait percevoir le son d’origine, crade et brouillon. Ici, la scie à métaux rouillée et les crocs de bouchers cèdent leur place à des instruments de torture modernes parfaitement affutés, qui, utilisés avec un savoir-faire et une précision indéniables, parviennent à décupler la douleur (et donc le plaisir) : les soli, exécutés au millimètre avec cette teinte sombre et mélodique, viennent nous éclabousser les oreilles de leurs déluges de notes hurlantes (Open the Abscess, les duels de gratte sur Enucleation, de toute beauté, Sepulchral Slaughter), et la rythmique est carrée et entraînante à souhait.

Gore Metal – A Necrospective 1998-2015 se compose de douze morceaux extrêmement dynamiques et accrocheurs pour 40 minutes de plaisir qui passent à une vitesse folle. Le tout, bien qu’évidemment violent (c’est pas du classique, hein…) reste relativement easy listening pour du grind, grâce notamment à des rythmiques variées, un style relativement aéré ponctué de soli tranchants et précis et la fameuse alternance des voix gutturales et hurlées si typique du genre. Les grattes ne sont pas en reste, accordées très bas, et proposant des riffs massifs et headbangants (l’excellent Necromaniac, au riff entêtant à la Reek of Putrefaction, et qui démonte les cervicales en moisn de 3 minutes, le début d’Enucleation, In My Human Slaughterhouse, groovy à souhait avec ce bon guttural des familles qui donne envie de s’éclater la tête contre les murs, ou encore le riff qui entame Vagitarian II, et qui pourrait carrément figurer sur un album de Pantera ! ). Concernant la batterie, les blasts sont loin d’être dominants même si le rythme général est assez rapide, avec un batteur qui se fait plaisir en alternant parties de doubles, et rythmes binaires propices au headbang. En fait, Exhumed enchaîne les mid-tempos lourds et sombres (Postmortem Procedures, avec ce riffing à la suédoise, Enucleation) avec des déferlements de furie grind/death dévastateurs aux refrains irrésistiblement scandés (Necromaniac, qui ouvre la galette en trombe, Limb from Limb, avec ce break improbable où Ross Sewage scande « Limb From Limb ! » d’une manière presque hardcore sur fond de tronçonneuse et de basse vrombissante). Finalement, mis à part les vocaux criards, l’imagerie outrancièrement gore et les paroles ouvertement inspirées de Carcass, pas grand-chose de grind là-dedans, musicalement, on est plus proche d’un death old school à la fois groovy et vicieux : le titre commence souvent lentement sur un tempo pesant avant d’exploser sur une série de blasts, de riffs plus rapides (Casket Crusher au riffing très thrash death) et de hurlements qui viennent réveiller nos plus bas instincts.


En un mot comme un sang, il est impossible de ne pas aimer Exhumed si vous êtes un amateur de Metal extrême et ce Gore Metal est tout bonnement imparable, envoyant un death/grind groovy, gras, mélodique, entraînant et carré à la fois, d’une violence purement jouissive. Cette réédition est vraiment réussie, avec un son bien meilleur que la version d’origine qui colle bien plus au nouveau visage du groupe, et même si l’on regrettera de n’avoir aucun petit inédit à se mettre sous la dent, on appréciera l’effort du groupe, qui a intégralement réenregistré ces 12 titres avec le chanteur de l’époque et qui vend avec le digipack la version de 98 histoire de bien coller à l’esprit d’origine. Un bel effort, à déguster avec une bière bien fraîche et une cervelle bien chaude en attendant les prochains Prostitute Disfigurement et Haemorrhage.

7 Commentaires

4 J'aime

Partager

tormentor - 16 Fevrier 2015: Bonne chronique qui donne envie d'aller chez son disquaire!
Keyzer - 16 Fevrier 2015:

Ah tiens ils vendent la version d'origine et la ré-enregistrée dans le même digipack ? C'est cool ça ! Curieux d'entendre les titres ré-enregistrés en tout cas. Merci de nous éclairer quant à cette réédition !


P.-S. : Une faute d'inattention au début de ton texte, le dernier album s'intitule Necrocracy et non pas "Necropsy" comme le vieux groupe finlandais, hahaha. ;)

SmOX3 - 16 Fevrier 2015: Bonne chronique! Néanmoins, je ne partage pas totalement l'avis sur ces morceaux réenregistrés, j'ai toujours une nette préférence pour le disque d'origine bien plus crade, sale et chaotique ;)
Icare - 16 Fevrier 2015: Merci pour la correction Keyzer, je corrige de suite! SmOX3: je peux le comprendre, même si le son est objectivement moins bon, beaucoup trouveront qu'il colle mieux à la musique du groupe. Mais ce qui est bon, c'est que les deux versions sont vendues ensemble, donc pas de jaloux!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire