Evolution

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Journey
Nom de l'album Evolution
Type Album
Date de parution Avril 1979
Style MusicalHard FM
Membres possèdant cet album65

Tracklist

1. Majestic
2. Too Late
3. Lovin', Touchin', Squeezin'
4. City of the Angels
5. When Your Alone (It Ain't Easy)
6. Sweet and Simple
7. Loving You Is Easy
8. Just the Same Way
9. Do You Recall
10. Daydream
11. Lady Luck

Chronique @ Defnael

20 Juin 2008
Si vous en avez marre que toutes les nanas vous disent que le Metal c'est trop violent, que vos parents vous saoulent en vous obligeant à baisser votre musique de sauvage, mettez vous à Journey. Et pour ce faire, Evolution est la solution idéale. Vous aurez l'un des meilleurs chanteurs de la planète (Steve Perry : The Voice pour les américains), d'excellents musiciens issus en partie du band de Santana, un guitariste hors pair (Neal Schon que tout rocker doit connaitre) et enfin, cerise sur le gâteau, des mélodies plus que plaisantes. En gros, vous aurez Journey, et çà vaut le détour !

Ce groupe est une institution aux USA et les amateurs de series TV le savent. C'est par exemple le band préféré du héros de la série Newport Beach et c'est leur titre "Don't Stop Believin'" qui clôture l'excellente série "Les Soprano". Carte de visite impressionnante donc !

"Evolution" démarre sur une intro instrumentale. Le chorus de guitare sur fond de chœurs du plus bel effet augure du meilleurs. La production nikel est légèrement marquée 70's (puisque l'album date de 1979 on s'en serait douté), et cela participe au voyage que nous allons entreprendre. "Too Late" le slow ravageur qui suit nous fait découvrir un Steve Perry au meilleurs de sa forme. La voix légèrement éraillée aux capacités incroyables porte l'album du début à la fin.

Le bluesy "Lovin', Touchin', Squeezin'" qui fut un petit succès à l'époque se termine sur des chœurs qui sentent le soleil de Californie alors que Neil Schon sort son bottleneck pour accompagner ses amis à la slide guitar.

Personnellement, je trouve que le titre à ne pas louper c'est "Sweet And Simple". La maîtrise incroyable de Steve perry fait presque penser à Janis Joplin. Si cette chanson avait existé à l'époque de Don Juan, celui-ci en aurait usé et abusé. Si tu es seul et désespéré, que les filles te tournent le dos au lieu de te tourner autour, mets ce titre en regardant n'importe laquelle dans les yeux et tu verra toutes ses barrières mentales s'écrouler. Restes toi-même, soit Sweet and Simple et les nuages s'écarteront pour laisser percer un rayon de soleil qui inondera ton avenir. C'est la magie de Journey qui opère (je parle pas de chirurgie).

Evolution est un très bon disque de rock FM avec un chanteur vraiment fantastique.

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
ZazPanzer - 13 Avril 2012: Je découvre ce jour tes délicieuses chroniques de Journey, qui me font bien marrer ! Je n'avais qu'une compil de ce groupe mythique et je me suis récemment décidé à acquérir la triplette 1978/1979/1980... Du bonheur quoi.

Ce qui me fait halluciner en découvrant les booklets, c'est les fringues et les coupes de mecs ! Ils étaient au taquet les gars ! Quand je vois la tronche de Ross Valory et son costume de "prince pédé" je ne peux que croire à la magie de la musique de Journey à laquelle tu fais allusion.

A noter que Neal a toujours la classe, même en froc jaune citron et en chemise hawaïenne. Moi qui avait été traumatisé en 1989 par le costume Napoléon d'un des mecs de Bad English, je comprends mieux maintenant...

Merci Defnael.
darwinwild - 19 Octobre 2017:

Bon album dans l'ensemble dans la veine d'un "infinity" mais en un peu moins abouti.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire