Eternal Nightmare

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Chelsea Grin
Nom de l'album Eternal Nightmare
Type Album
Date de parution 13 Juillet 2018
Labels Rise Records
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album30

Tracklist

1.
 Dead Rose
 03:32
2.
 The Wolf
 02:16
3.
 Across the Earth
 03:53
4.
 See You Soon
 03:30
5.
 9:30am
 02:36
6.
 Limbs
 03:48
7.
 Scent of Evil
 03:54
8.
 Hostage
 03:16
9.
 Nobody Listened
 03:25
10.
 Outliers
 03:37
11.
 Eternal Nightmare
 03:04

Durée totale : 36:51


Commentaire @ ChildOfChaos

18 Juillet 2018

Chelsea Grin est mort?

Chelsea Grin, ce groupe ayant bercé mon adolescence pourtant si proche avec leur "Ashes to Ashes", m'ayant ouvert la grande porte d'un deathcore, étant au regret de constater que ce genre commençait à tomber aux oubliettes... Le débat serait peut-être intéressant une prochaine fois, car là, le sujet est bel est bien porté vers le nouvel opus de ce groupe: "Eternal Nightmare". Ici, ce n'est plus la magnifique voix de notre grand Alex mais bien celle du néanmoins célèbre Tom Barber, ancien chanteur du groupe Lorna Shore, un changement on ne peu plus controversé aussi bien musicalement parlant qu'au niveau du background de cette histoire pour le moins mystérieuse... Bref. Est-ce que cette galette deviendra mon pire cauchemar ou bien deviendra t-elle une belle découverte? À voir...

Donc, pour les habitués, CG, c'est un deathcore bien gras qui impacte dur et avec une renommée n'étant pas des moindres ; Barber pouvait donc apporter quelque chose au groupe, bien. Pour faire durer le suspens (héhé), parlons artwork de l'album sans s'y étendre : "sympa" sera ma constatation, trouvant en cette cover une empreinte véridique de Chelsea Grin. Bon, ça sent le CG, ça a l'allure de CG, maintenant, en est-ce un pour autant?

Le disque commence avec "Dead Rose", un morceau qui a eu auparavant droit à un clip vidéo, annoncé en même temps que le changement du line-up. Ce titre est d'une violence assez singulière à mon propre avis, montrant les capacités d'un Tom au mieux de sa forme et avec une entrée à vous en faire mosher plus d'un. Le petit nouveau n'est pas là pour nous jouer du trombone! Ça fait plaisir. D'autre part, il installe une vérité fracassante en nous expliquant qu'en effet, Alex n'est plus là et qu'il faut donc donner une nouvelle âme à ce groupe qui a déjà un line-up hors chanteur en or, et n'ayant plus aucune preuve à nous apporter sur sa compétence. "The Wolf" donne cette même impression car fracassant et assez lyrique par endroits. Puis vient "Across the World", un titre que j'affectionne particulièrement et qui m'a donné, à vrai dire, une fausse joie ; on sent une inspiration directe à l'ancienne production, Old Souls, pour ne pas la citer, des Australiens de Make them Suffer, un groupe de Deathcore qui donne un espoir monstre pour ce genre en déclin.

Mais quelle fut ma surprise lorsque j'entendis les premières notes de "See You Soon", le quatrième morceau de l'album sorti en troisième avant celui-ci et qui m'avait si horrifié que je commençais à déjà me soucier de la qualité de l'album. Le cinquième, 9:30am, s'en sort déjà mieux mais ma hantise commence à se développer : Chelsea Grin serait mort? Puis vint la délivrance, les deux morceaux suivants, "Limbs" et "Scent of Evil" me redonnent espoir, à noter une touche à la Emmure qui s'ajoute au premier du duo qui est maîtrisée modestement ; on ressent dorénavant une espèce de dualité intra-morceaux qui souligne l'orientation du nouveau Chelsea Grin mais étant suivie de très près par le spectre de l'ancien. Vient ensuite "Hostage", et l’influence d'Emmure est sincèrement affirmée, pour un résultat relatif mais qui me plaît à titre personnel. "Nobody Listened" et "Outliers" sont bons mais à mon goût trop courts, ils nous font projeter dans un futur possible et plaisant pour le groupe. "Eternal Nightmare", une dernière piste dont j'apprécie la vigueur de début ainsi que celle de fin mais qui s'handicape d'un milieu fade et sans aucune saveur, la fin me déçoit légèrement: j'en attendais plus.

"J'en attendais plus" sera le mot de la fin pour l'album entier, un album qui fait passer le temps, certes, mais qui fait tâche dans une discographie beaucoup plus resplendissante par endroits. Cet album est, à titre personnel, le pire album que ce groupe a pu faire. Le pire, mais tout de même pas si mauvais, je le jugerais donc entre 14 et 9, ce qui fait un 12/20 que je pense justifié. J'attendrai donc le prochain album de pied ferme car, pensant de tout cœur (et avec une pointe de nostalgie, tout de même) qu'avec ce nouveau chanteur, ce groupe de deathcore peut faire un ravage beaucoup plus imposant que cette dernière calamité.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
ultramajin7 - 30 Décembre 2018:

Bon et bien merci pur ta chronique. yes
Je suis un peu de ton avis, j'en attendais un peu plus. Le seul titre qui ma plus, et qui ma aussi suppris, c'est bien Hostage.

Mais voilà, après ça reste du Deathcore, pour du Deathcore. Mais je ne le jete pas dans sa globalité en disant ça. En espèrerant, comme toi, que le prochain pique plus les cheuveux.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire