Era - Decay

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Seth (FRA)
Nom de l'album Era - Decay
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2004
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album76

Tracklist

1. Marchemergence 01:32
2. March of the Consistory 04:50
3. Umbilical Cutting 05:08
4. Co-Existent Species 04:41
5. Ascension 04:15
6. H-Eradicate 03:34
7. Xtasian Ostix 05:42
8. A Pallbearer's Gloom 04:56
9. The Blade Upon Mankind 07:35
Total playing time 42:13

Chronique @ Nattskog

02 Septembre 2004
Seth nous sort son nouvel album ! Le cinquième en huit ans d’existence… le style a bien évolué !
Sur cet album, fini le black vampirique des débuts, Seth nous propose cette fois-ci un album de black/death très abouti, bien meilleur que leur « Divine X » de 2002 qui n’a été que la préparation de cette perle.
Tout d’abord, il faut dire que l’album bénéficie d’une production dévastatrice. Le son est hyper clean (ça me change de Vlad Tepes), les instruments très bien travaillés ressortent donc tous très bien et la puissance des compositions n’en est que mieux rendue.
Au niveau de la technique aussi on sent un bond en avant ! Le batteur est boosté aux hormones, ses blasts impressionnants, et la rapidité de la double grosse caisse laisse pantois ; les guitares très techniques, donnant cet aspect un peu death aux compositions, qui sont réellement excellentes !
On sent lors des samples indus que « Divine X » n’avait été que le précurseur mal achevé de cet album : la tentative précédente leur a servi de leçon pour cette galette, et c’est vraiment une boucherie. Tout y est : l’ambiance apocalyptique, le gros son de batterie pour accentuer les performances des guitares et le chant décharné de Black Messiah.
Miam miam ! Cet album a de fortes chances d’être élu aux prochain vote…
Parlons de l’artwork. La version limitée de ce CD comporte un beau fourreau (utile pour avoir deux pochettes différentes ;-) ). Le livret est en fait une sorte de poster très morbide d’un côté, où nous pouvons voir les membres du groupe posant comme des damnés sur des photos rougeâtres très typées morgue. L’autre face est dédiée aux paroles des chansons, écrites autour d’un magnifique logo cabalistique.
On sent que des efforts ont été faits aussi de ce côté là… peut être est-ce cette inspiration indus qui se ressent de plus en plus dans la musique qui a aussi influencé leur graphisme : le blanc est la couleur dominante de ce poster.
Un groupe français participant au renouveau du black n’est pas négligeable. On sent que Seth est sur une pante montante, après les difficultés de distribution qu’ils ont eues avec les accusations qu’ils ont dû essuyer. Pour le coup, ils sont aller signer chez Avantgarde, en Italie, laissant tout de même le titre de leur album en clin d’œil à leurs compatriotes : « Era – Decay » (lire aussi "éradiquer").
Un excellent album pour ce groupe culte qui sort enfin vraiment du peloton du black metal pour aller jouer avec les Grands.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Svartolycka

05 Septembre 2004
Autant être clair, cet album est un brûlot incandescent. Terminées les hésitations de « Divine. X » expliquées sur l’excellente chronique de l’avant dernier album-studio (Permettez- moi de me citer. Comment ça non ?).
Quoi qu’il en soit, Seth a assumé et réfléchi ses erreurs passées (En étaient-ce vraiment ?) et se lâche complètement sur ce disque, parfait croisement du death le plus puissant avec le black le plus incisif. Le terme death/black prend sa véritable valeur avec cette symbiose quasi-parfaite et sans failles. Par ailleurs les éléments indus sont parfaitement placés et rentrent radicalement dans la structure même des morceaux donnant cette atmosphère industrielle et froide. Écoutez seulement les titres « Ascension », « Eradicate » ou l’excellent « Upon The Blade Of Mankind » pour vous en convaincre. Rien ne dépasse, tout est contrôlé, calculé enfantant ainsi cette pièce magnifique et d’une intensité sidérante. Les musiciens nous prouvent que black ne rime forcément pas avec technicité médiocre, par ailleurs Alsvid est en passe à devenir notre Hellhammer national, son jeu de batterie m’en a convaincu amplement. Et pour le chant, rassurez vous, certaines parties restent en français et la voix se fait beaucoup moins timide que par le passé.
« Era-Decay » fait partie de ces albums qui font d’une part avancer la scène black par moult innovations et prises de risques (comme quoi le passage « Divine. X » se révèle obligatoire) et d’autres part prouve bel et bien que la scène française n’est pas amer de groupes originaux. C’est aussi un doigt d’honneur à tous ceux qui s’empressèrent de couler injustement le groupe via la presse ou les ragots et financièrement (les ventes de « Divine. X » n’ayant pas atteint le succès escompté). Voici une belle leçon de rattrapage que nous offre Seth qui devient par là même un groupe muni de sa personnalité propre explosant au grand jour. Et quand à son album, il est l’une des meilleures sorties hexagonal de l’année, le meilleur de la discographie du groupe et peut-être tout simplement l’un des albums de l’année.
D’une qualité rare et gravement jouissive, « Era-decay » est un album à acheter d’urgence chez votre disquaire le plus proche. Ce n’est même pas un droit c’est un devoir d’avoir cette perle froide et clinique. Merci à vous.
Et congratulations sincères au groupe.

Svartolycka

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire