Diamond

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Stick To Your Guns
Nom de l'album Diamond
Type Album
Date de parution 27 Mars 2012
Produit par Andrew Berlin
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album35

Tracklist

1. Diamond 02:24
2. Against Them All 03:17
3. Such Pain 02:37
4. Bond 02:36
5. We Still Believe 03:33
6. Ring Loud (Last Hope) 02:59
7. Empty Heads 02:54
8. Beyond the Sun 04:16
9. Life in a Box 01:28
10. Brining You Down 03:52
11. D(I AM)OND 01:45
12. Build Upon the Sand 02:44
Total playing time 34:25

Chronique @ Arachnid

02 Juillet 2012

De la hargne sincère, des larmes véritables, de l’émotion en barre.

En signant en 2008 chez Sumerian Records (qui n’avaient alors jamais signé de VRAI groupe de hardcore), les Californiens de Stick To Your Guns avaient frappé un grand coup, délivrant un deuxième album à la prod impeccable et moins brouillonne, modifiant leur son afin de proposer les mêmes sonorités hardcore tout en poussant la mélodie déjà présente dans leur premier effort jusque dans ses derniers retranchements. Résultat des courses : Comes from the Heart a propulsé le groupe parmi les meilleurs en matière de melodic hardcore. Et la chose s’est confirmée avec The Hope Division, immense claque sortie deux ans plus tard : une succession de tubes encore plus mémorables, alliant la puissance du bon vieux punk-hardcore à des mélodies entêtantes plus modernes.

Deux nouvelles années passent et l’attente de ce quatrième album se fait ressentir. Entre temps, plus de Reid Haymond, le guitariste étant ici remplacé par Josh James (ex-Evergreen Terrace) et c’est désormais le vétéran Bill Stevenson (The Casualties, Anti-Flag…) qui se joint au fidèle Andrew Berlin pour assurer une production ici moins surfaite, au son plus sec et naturel. Alors, Diamond va-t-il réussir à surpasser son prédécesseur ou va-t-il tout simplement être du même gabarit ? Stick To Your Guns réunit les deux attentes et Diamond s’avère être le véritable sacre du groupe. Reprenant le même schéma que The Hope Division, ce nouveau disque l’enterre progressivement écoute après écoute grâce à une orientation musicale légère mais efficiente, avec une douce nouveauté, un petit quelque chose supplémentaire : de l’émotion.

Car ce qui se dégage le plus de ce quatrième effort reste considérablement de la hargne féroce et sincère, des larmes et de la sueur véritables, de l’émotion en barre. Et l’évolution ne vient pas seulement de la composition, plus aérienne et plus mélodique encore que les précédents opus, l’évolution vient également et surtout du chant de Jesse Barnett qui, repoussant encore une fois ses limites, exprime une profonde sincérité et une tristesse dans ses vociférations. Dès l’introduction (un sample du philosophe indien Jiddu Krishnamurti expliquant sa philosophie du « Chacun est maître de soi »), Barnett hurle sa rage de vivre, son désespoir face à une humanité de plus en plus dégueulasse, scandant que sa vie est un diamant. Et c’est à travers des propos pleins de haine mais aussi et surtout d’amour qu’il va nous entraîner dans ce fabuleux univers mélancolique.

Mélangeant donc hardcore, pop-punk, post-hardcore et passages plus rock, Diamond est un concentré de cohérence, de talent, un saisissement intense, un tourbillon d’influences se rejoignant avec logique pour une écoute hypnotisante. Jouant énormément sur des ambiances aussi discrètes qu’efficaces (notamment grâce à des lâchés et/ou des chœurs féminins), les musiciens parviennent à créer une véritable atmosphère générale à ce nouvel album, un ajustement ne faisant pas que happer son auditeur mais l’entraînant également avec lui pour ne plus le lâcher. Captivante, la galette enchaîne les tubes les plus renversants et les plus variés, pouvant passer d’un morceau typiquement hardcore comme "Empty Heads" à un autre plus punk comme "Bringing You Down", ne négligeant jamais l’émotion en ajoutant constamment des gang vocals puissants et du chant clair enivrant.

Et jamais un morceau ne sera bâclé ou incomplet, chacun restant dans la même optique, aux propos engagés et communicatifs, délivrant à chaque fois un refrain entêtant, souvent bouleversant à l’instar de ceux de "Ring Loud", "Beyond the Sun" ou encore l’incroyable final de "Built Upon the Sand", à tirer les larmes des yeux. Pour le reste, les pistes contiennent naturellement des couplets hardcore en 2-step, d’autres plus nerveux et bien entendu une série de breakdowns aussi agressifs qu’expansifs. De titres plus courts comme "The Bond" et "Life in a Box", véritables concentrés de hargne sans temps mort, à d’autres plus évasifs et plus mélodiques comme l’excellent single "We Still Believe", Diamond est une pochette-surprise remplie de nos jouets préférés, débordante même de trouvailles inattendues.

Certains pourront trouver dans quelques morceaux un certain rapprochement avec A Day To Remember (surtout au niveau des refrains) ou Comeback Kid, ressemblance certes évidente mais néanmoins ici parfaitement intégrée au style quasi-unique de Stick To Your Guns qui nous livre donc son meilleur opus et l’un des meilleurs en matière de melodic hardcore. Ainsi, avec plus de mélodie, de hargne mais aussi d’émotion(s) et un travail que l’on sent sincère, Diamond devient certainement l’une des meilleures sorties de ce début d’année à posséder absolument pour tous les fans du genre.

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Mr4444 - 02 Juillet 2012: Humm ça à l'air bien sympathique tout ça. Je vais me laissé tenter ! Bonne chronique, comme d'hab' :)
Goneo - 23 Octobre 2012: Enorme album!!!! dans le genre, l'arriver de l'ex Evergreen Terrace a fait prendre une nouvelle dimension à ce groupe, merci pour ton boulot Arachnid.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire