Deathrace King

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe The Crown
Nom de l'album Deathrace King
Type Album
Date de parution 2000
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album90

Tracklist

1. Deathexplosion 03:57
2. Executioner - Slayer of the Light 03:45
3. Back from the Grave 03:07
4. Devil Gate Ride 04:10
5. Vengeance 04:45
6. Rebel Angel 04:22
7. I Won't Follow 04:28
8. Blitzkrieg Witchcraft 03:38
9. Dead Man's Song 04:08
10. Total Satan 04:07
11. Killing Star (Superbia Luxuria XXX) 08:38

Chronique @ Miskatonic

20 Mai 2015

The Crown continue sa chevauchée dans un déluge de riffs incisifs et rapides

Fort d’un line up inchangé depuis leur excellent premier album The Burning cinq ans plus tôt, c’est en Novembre 99 que le groupe retourne en studio pour la capture de son nouvel effort. Mais en lieu et place de l’habituel Berno Studio, The Crown opte cette fois-ci pour le Studio Fredman du producteur et guitariste Fredrick Nordström. Changement significatif peut-être dû à l’accueil mitigé que reçut Hell Is Here, précédent album à la production quelque peu étouffée et confuse, également signé chez Metal Blade.

Après un détour vers des terres plus black metal sur le très bon Eternal Death, certainement l’album le plus evil du combo, Hell Is Here proposait inexplicablement une atmosphère plus festive davantage tournée vers un death thrash énergique légèrement teinté de rock sur certains morceaux (Electric Night par exemple). Quelque chose de plutôt véloce et nerveux mais finalement loin du terrible brutal melo de The Burning et encore plus éloigné du black death melo typique de Eternal Death, et ce pour un résultat certes efficace et sympathique mais ayant laissé plus d’un fan sur le carreau, la production faiblarde n’aidant en rien.
C’est pourtant dans cette direction que The Crown continue sa chevauchée, mais en augmentant considérablement l’allure et le rythme dans un déluge de riffs incisifs et rapides, à l’instar de la cavalcade de crânes figurant sur l’artwork réalisé par Alf Svensson, ex At The Gates.

Quasiment aucun temps mort sur Deathrace King qui s’ouvre sur les chapeaux de roues avec un Deathexplosion catchy aux soli superbes suivi d’un Executioner véritablement survitaminé aux accents death’n’roll affirmés. Cette première doublette pose les bases de ce qui va suivre, The Crown étant décidé à en découdre en appliquant la même recette que sur le mésestimé Hell Is Here mais à une cadence effrénée et dans un déluge de riffs assassins, servie au contraire du précédent album par une production cette fois claire et puissante.
Alors certes on retrouve l’empreinte melo du groupe sur quelques morceaux dont les excellents Back From The Grave et I Won’t Follow rappelant ainsi les meilleurs représentants du genre à Göteborg dans les mid 90’s, mais la tonalité de l’album reste plutôt orientée vers un death thrash’n’roll enragé, fracassant et peuplé par les blasts supersoniques et up tempi claquants de Janne Saarenpää ainsi que les leads remarquablement inspirés de Marcus Sunesson qui signe ici la majorité des soli de la galette. Pour preuve le furieux Angel Rebel ainsi que le déboulonnant Total Satan qui propose en guest pour la partie vocale, Mikka Lutinen (Impaled Nazarene).
Il n’y a finalement que lorsque The Crown lève le pied que son propos musical devient moins pertinent comme sur les deux mid tempi que sont Vengeance et Dead Man’s Song, morceaux plutôt moyens bien qu’assez groovy. Bémol également sur Blitzkrieg Witchcraft aux backings un peu datés et à la structure classique rappelant le moins bon de Hell Is Here.

A noter que Tomas Lindberg, leader charismatique de At The Gates, dont le timbre est finalement assez proche de celui très écorché de Johan Lindstrand vient lui aussi signer un guest au chant sur cette tuerie que constitue Devil Gate Ride, morceau au feeling très rock mais faisant la part belle aux blasts, comme pour annoncer sa future contribution sur l’album suivant du combo, le tout aussi jouissif Crowned in Terror.

Au final, The Crown continue de développer ce que nous oserions qualifier de death thrash’n’roll, mais cette fois magnifié par une vitesse d’exécution impressionnante ainsi qu'une efficacité maximum, en grande partie due à la qualité d'écriture des compos de Magnus Olsfelt et Marko Tervonen, qui signent quasiment tous les morceaux. Parfois melo, toujours intense, véloce et très agressif, mais sans le côté evil proposé sur Eternal Death, et ce, malgré la teneur diabolique des lyrics.

9 Commentaires

8 J'aime

Partager

megalex1986 - 21 Mai 2015: Super chro, pas super fan de Death mélo mais si l'aspect Thrash est assez prononcé, ça peut le faire. J'irai écouté ça, bon travail en tout cas.
Arkhamian - 04 Juin 2015: J'aime beaucoup cet album, un peu dans la veine thrash/death du premier The Haunted, avec un côté plus rock'n roll. Sans parler de l'artwork, un des plus beaux jamais réalisés à mon sens. Mais mes albums préférés de The Crown restent Eternal Death et surtout Crowned in Terror avec Lindberg au chant (album dont il existe d'ailleurs un autre version tout aussi excellente avec Lindstrad au micro: Crowned Unholy). Pas du tout accroché sur leur album de reformation, complètement mécanique, triggé, surproduit malgré de bonnes compos.
Sperma_frost - 03 Décembre 2018:

Analyse musicale très judicieuse de ta part, on perçoit en effet très bien le côté rock’n roll de ce disque. Il passe tout seul mais est néanmoins nettement moins mémorable que The Burning qui reste pour moi leur plus grande réussite en terme de compos et de puissance mais aussi de production.

frozenheart - 06 Fevrier 2019:

Une bien belle chronique très informative, qui m'a donné envie de me repencher sur ce formidable album, et qui vient de me rappeler de l'ajouter ainsi que d'autres du groupe à ma collection SOM.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire