Cobra Speed Venom

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Crown
Nom de l'album Cobra Speed Venom
Type Album
Date de parution 16 Mars 2018
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album29

Tracklist

1.
 Destroyed by Madness
 05:15
2.
 Iron Crown
 03:23
3.
 In the Name of Death
 04:57
4.
 We Avenge!
 05:16
5.
 Cobra Speed Venom
 04:55
6.
 World War Machine
 05:05
7.
 Necrohammer
 04:01
8.
 Rise in Blood
 02:58
9.
 Where My Grave Shall Stand
 04:35
10.
 The Sign of the Scythe
 07:02

Bonus
11.
 Nemesis Diamond
 03:47
12.
 The Great Dying
 06:06
13.
 Ride the Fire
 03:21

Durée totale : 01:00:41


Chronique @ Icare

31 Mai 2018

Avec « Cobra Speed Venom », The Crown prouve qu’il bénéficie d’un véritable regain d’énergie et d’inspiration.

Trois ans après le calamiteux « Death’s Not dead » au patronyme antinomique, The Crown ouvre à nouveau les portes du caveau avec la publication de son nouveau rejeton appelé « Cobra Speed Venom », produit par Fredrick Nordström (qui augure d’un son en béton armé). L’artwork, en forme de tsunami morbide, présage d’une volonté de tout écraser sur son passage et d’une verve enfin retrouvée, celle que le combo avait perdue depuis « Doomsday King ».

Après une petite introduction au violoncelle, The Crown ouvre les hostilités tambour battant avec une vraie ogive intitulée « Destroyed By Madness ». Ce morceau, qui introduit sa huitième livraison, est sans doute l’un des meilleurs des Suédois, doté de blasts furieux, d’un riffing puissant, d’une mélodie sous-jacente fortement attractive et addictive, d’un break lourd et massif, le tout rehaussé de la grosse gouaille hargneuse retrouvée de Johan Lindstrand, et, d’une fausse fin en « Death N’ Roll ». Cette entrée en matière déchaussera quelques dentiers, surtout pour celles et ceux qui n’attendaient plus grand-chose de la formation. Ce morceau est loin d’être orphelin, il faut y ajouter « Iron Crown », « In The Name Of Death » et son « death n’ roll » putride très entraînant, le morceau-titre et également « Necrohammer », le féroce « Rise In Blood » ou « The Sign Of The Scythe », qui sont du même acabit et propices au headbanging intensif.

Il est également à noter un changement de rythme prépondérant tout au long de l’album, qui engendre un dynamisme bienvenu comme « The Sign Of The Scythe » et ses cadences doomesques, les accélérations up-tempo héritées du death vieille école ou du « thrash », ainsi que des blasts furibonds, qui émaillent la quasi intégralité de l’opus. Il faut ajouter à cela le talent indéniable des musiciens qui interprètent les compositions comme si leur vie en dépendait. La production du légendaire Fredrick Nordström est à l’avenant et dote le disque d'un vrai mur sonore.

Même si la qualité intrinsèque de « Cobra Speed Venom » est élevée en comparaison de sa récente discographie, il demeure néanmoins quelques défauts comme une propension à avoir du mal à conclure un morceau comme les fins interminables de « The Sign Of The Scythe » ou de « In The Name Of Death ». Il existe aussi quelques titres génériques et linéaires, manquant de mordant et de saveur comme le soporifique « We Avenge ! » ou « World War Machine » et l’instrumental inutile « Where My Grave Shall Stand ». Il est à noter que « Cobra Speed Venom » est doté de 3 bonus qui soufflent le chaud et le froid, sans grand intérêt au final.

Avec « Cobra Speed Venom », The Crown prouve qu’il bénéficie d’un véritable regain d’énergie et d’inspiration, car le groupe n’avait rien publié d’aussi qualitatif depuis « Hell Is Here », c’est dire. Cependant, si le meilleur côtoie ici le faible et le sans intérêt, c'est le premier qui domine cet enregistrement, avec notamment un triptyque d’entrée qui marquera les esprits. Il faudra quand même plus de régularité pour redonner à The Crown sa dimension d’antan.

4 Commentaires

5 J'aime

Partager
Icare - 31 Mai 2018:

Je précise que la chronique n'a pas été rédigée par mes soins, mais par un autre Sommien qui ne peut pas le faire de son compte. Je ne fais que relayer le texte d'un camarade metalleux, inutile donc de me demander des précisions sur le contenu de cet album que je n'ai moi-même pas écouté! 

Miskatonic - 31 Mai 2018:

Salut à toi ami d'Icare. Ta chronique est encourageante concernant ce nouvel opus de The Crown, car il est vrai que le précédent était vraiment mollasson. Cependant, même si je n'ai pas encore osé une oreille dessus, une phrase de ton texte m'interpelle par son côté profondément subjectif avec lequel je suis en désaccord total. The Crown n'aurait rien publié d'aussi qualitatif depuis Hell Is Here ?? Tu délires mon vieux. Hell is Here est un album très sympathique dont le côté death thrash tranchait avec l'aspect beaucoup plus evil de Eternal Death, mais de là à minimiser les excellents Deathrace King et Crowned in Terror qui ont suivi, il y a un fossé. Ces deux albums sont bien plus trépidants, plus homogènes et plus inspirés que Hell is Here, et ce n'est même pas une question d'appréciation personnelle, c'est un fait. 

LeMoustre - 01 Juin 2018:

Pareil.

Cincernant ce Cobra, il possède un mordant il est vrai bien sympa et au fort pouvoir addicitif. La pochette est sublime et si en effet quelques passages restent generiques et qu'il traine en longueur parfois ca reste un album solide dans la disco de The Crown. Moins vénère que Deathrace King pour situer quand même. 

AmonAmarth55 - 23 Décembre 2018:

Pour moi, l'album de l'année 2018 !!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire