Cross Purposes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Black Sabbath
Nom de l'album Cross Purposes
Type Album
Date de parution 31 Janvier 1994
Labels EMI Records
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album230

Tracklist

1.
 I Witness
 04:56
2.
 Cross of Thorns
 04:32
3.
 Psychophobia
 03:15
4.
 Virtual Death
 05:49
5.
 Immaculate Deception
 04:15
6.
 Dying for Love
 05:53
7.
 Back to Eden
 03:57
8.
 The Hand That Rocks the Cradle
 04:30
9.
 Cardinal Sin
 04:21
10.
 Evil Eye
 05:58

Bonus
11.
 What's the Use (Japanese Release)
 03:03

Durée totale : 50:29


Chronique @ grogwy

22 Janvier 2017

A contre-courant Black Sabbath continue son chemin

Alors que la carrière de Black Sabbath est sur le déclin depuis la fin des années 80 le guitariste-leader Tony Iommi se sépare en 1990 du bassiste Neil Murray, ainsi que du chanteur Tony Martin l'année suivante.
Rejoint par son ancien bassiste Geezer Butler, le guitariste propose ensuite à son ex-vocaliste Ronnie James Dio de réintégrer la formation.
Celui-ci accepte la proposition surtout que "Lock Up The Wolves" (1990), le dernier album de Dio, n'a pas obtenu le succès escompté.
Officiellement parce qu'il souffre des séquelles dues à une chute de cheval, officieusement parce qu'il ne s'entend pas avec Ronnie James Dio, le batteur Cozy Powell cède sa place à Vinny Appice lui-même ancien membre de Black Sabbath mais aussi de Dio.

C'est sous ce line-up (auquel il faut associer le très discret claviériste Geoff Nicholls), qui n'est autre que celui de "Mob Rules" (1981) et "Live Evil" (1982), que Black Sabbath enregistre et commercialise en juin 1992 le très bon "Dehumanizer", un disque autant salué par les critiques qu'apprécié par les fans.

Le groupe démarre ensuite sa tournée mondiale, une tournée qui allait tourner court quelques mois plus tard.
Refusant de jouer en première partie d'Ozzy Osbourne (le chanteur originel du groupe qui devait annoncer sa retraite à cette occasion) le 14 et 15 novembre 1992 lors du concert de Costa Mesa (Californie), Ronnie James Dio abandonne Black Sabbath (c'est Rob Halford, qui vient de quitter Judas Priest, qui va dépanner le groupe sur ces deux uniques dates) imité peu après par Vinny Appice avec lequel il reforme Dio.

De son coté Tony Iommi recrute le batteur Bobby Rondinelli (ex-Rainbow), puis propose à Tony Martin de reprendre sa place derrière le micro.
Pas rancunier le chanteur réintègre le groupe, puis s'attelle à la composition du nouvel album avec Tony Iommi et Geezer Butler.

Enregistré et produit aux Monnow Valley Studios (Pays de Galles) par Black Sabbath et Leif Mases (qui a travaillé avec Europe, Ian Gillan, et Jeff Beck) "Cross Purposes" sort le 31 janvier 1994.
A l'instar de "The Eternal Idol" (1987), "Headless Cross" (1989), et "Tyr" (1990) (les trois disques enregistrés avec Tony Martin au chant) "Cross Purposes" est fraîchement accueilli par les critiques.
Il faut dire que depuis le départ d'Ozzy Osbourne en 1979 puis celui de Ronnie James Dio en 1982 (qui avait magistralement réussi à s'imposer auprès des fans), les incessants changements de line-up (surtout de chanteurs) ainsi que l'orientation plus mélodique (plus commerciale diront certains) amorcée dès 1986 sur l'album "Seventh Star" ont fait que Black Sabbath est surtout considéré comme le projet solo du guitariste Tony Iommi, et cela malgré la qualité (trop souvent sous estimée) de ses derniers disques.
Cependant l'album est de bonne tenue, à commencer par le titre "I Witness" qui ouvre le disque de manière très énergique sur un puissant tempo.
Sur "Cross Of Thorns" le groupe ralentit la cadence pour nous livrer une semi-ballade sur laquelle le chant de Tony Martin rappelle plus que jamais celui de Ronnie James Dio tandis que sur "Psychophobia", un morceau à la sonorité très américaine, sa voix se rapproche de celle de Sammy Hagar (Van Halen).
Il faut attendre "Virtual Death" pour retrouver l'ambiance glauque, bien que beaucoup moins sombre, des débuts du groupe.
Ce titre sera d'ailleurs le seul sur lequel Black Sabbath se retourne ouvertement sur son glorieux passé, car que ce soit sur le semi-rapide "Immaculate Deception", le heavy "Back To Eden", ou encore avec le grandiloquent "Cardinal Sin" on retrouve le son du Black Sabbath des années 80.
Cette tendance se poursuit avec la ballade "Dying For Love" et l'étonnant "The Hand That Rocks The Cradle", un morceau plutôt rock.
L'album se termine avec le très bon "Evil Eye", un titre composé avec le guitariste Eddie Van Halen et sur lequel il joue le premier solo.

Certes si "Cross Purposes" ne peut aucunement rivaliser avec les six premiers albums de Black Sabbath, ni même avec "Heaven And Hell" (1980) et "Mob Rules" (1981), il n'en demeure pas moins un très bon disque de Hard Rock/Heavy Metal dont le style assez classique va à l'encontre des divers courants musicaux de cette période.



6 Commentaires

12 J'aime

Partager

Elevator - 23 Janvier 2017: Je suis assez d'accord avec cette chronique. C'est dans l'absolu un bon album, album dont le seul tort est souffrir de la comparaison avec les nombreux monuments du groupe.
Cucrapok - 25 Janvier 2017: Faut quand même en avoir fumé du bon pour sous-entendre que Mob Rules et H&H sont supérieurs aux 6 premiers! ;)
grogwy - 25 Janvier 2017:

Oui c'est vrai que ma phrase est mal tournée et peut être mal interprétée, car ce n'est absolument pas ce que je pense (je la modifie).
Ceci dit les disques avec Tony Martin sont plus proches de ceux enregistrés avec Ronnie James Dio que de ceux sur lesquels chante Ozzy Osbourne (d'ailleurs le timbre de voix de Tony Martin rappelle celui de Ronnie James Dio), d'ou mon insistance sur le fait que "Cross Purposes" ne puisse pas rivaliser avec les six premiers albums du groupe (qui sont des classiques) mais surtout avec "Heaven And Hell" et "Mob Rules".

mechant - 14 Juillet 2020:

Tony Martin a eu le mauvais rôle mais force est de constater qu il a fait le job avec honneur.

Bel album de cette version Sabbath mal aimé !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire