Conquering the Throne

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hate Eternal
Nom de l'album Conquering the Throne
Type Album
Date de parution 26 Octobre 1999
Produit par
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album201

Tracklist

1. Praise of the Almighty 02:38
2. Dogma Condemned 03:01
3. Catacombs 03:17
4. Nailed to Obscurity 02:22
5. By His Own Decree 03:25
6. The Creed of Chaotic Divinity 02:58
7. Dethroned 02:36
8. Sacrilege of Hate 02:22
9. Spiritual Holocaust 03:28
10. Darkness by Oath 04:11
11. Saturated in Dejection 03:08
Total playing time 33:26

Chronique @ Fabien

21 Novembre 2008
Déjà guitariste sur Dreaming the Dead en 1991, premier album de la formation culte Ripping Corpse emmenée par Shaune Kelley & Scott Ruth, Erik Rutan accroit définitivement sa popularité en 1995, lors de son intégration dans les rangs de Morbid Angel, participant activement à l’écriture et à l’interprétation du grand Domination. Mais, désormais accompli, le guitariste stakhanoviste souhaite rapidement revêtir le rôle de leader, délaissant la troupe de Trey Azagthoth pour fonder son propre groupe deux ans plus tard, l’imposant Hate Eternal, aux côtés de son ami Jared Anderson.

Erik Rutan décroche alors le jackpot en complétant son line up avec Doug Cerrito, officiant encore au sein de Suffocation (au bord de la séparation à cette époque), puis avec Tim Yeung, réputé pour ses blast-beats parmi les plus rapides du circuit. Fort d’un contrat avec Wicked World (division d’Earache créée par Dan Tobin dans le but de relancer le metal extrême au sein du label), Erik et ses lieutenants investissent le Greenhouse Studio en mars 1999, débouchant sur la sortie de Conquering the Throne en octobre, muni d’un titre sans équivoque et d’une peinture de Hans Memling (1471), dévoilant déjà toute la thématique, l’ambition, l'identité, et l'essence sombre de la formation.

Dès son ouverture, Conquering the Throne submerge l’auditeur par ses blast-beats métronomiques sans pitié, sa basse écrasante, ses riffs démentiels, ses soli enflammés, et ses vocaux d’un guttural particulièrement rageur. Depuis l’impitoyable Praise of the Almighty jusqu’à l’intraitable Satured in Dejection, Hate Eternal dégage ainsi ce tourbillon de haine et cette brutalité sombre parfaitement canalisés, affichant une vitesse et un niveau technique quasiment inédits à l’époque.

Toutefois, si les compositions d’Erik Rutan ne développent pas encore toute leur envergure, possédant un côté trop massif qui les empêche de se détacher pleinement les unes des autres, les trois morceaux composés par Doug Cerrito (Nailed to Obscurity, Dethroned, Spiritual Holocaust) à la mise en place & l'exécution désarmantes, apportent quant à elles ce parfum Despise the Sun (Suffocation) plus que délicieux, permettant de trancher judicieusement avec les titres du leader.

Repoussant vitesse, technicité et brutalité de quelques crans, pour donner une nouvelle définition de l’extrême, à l’instar d’Apocalyptic Revelations, Amongst the Catacombs & Exterminate (Krisiun, Nile, Angelcorpse), l'infernal Conquering the Throne marque ainsi le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du deathmetal en cette fin des années 90, apportant l’oxygène nécessaire au style pour permettre l’enterrement définitif de ses années fades et incertaines. Hate Eternal possède en effet cette violence rythmique et cette technicité pratiquement inédites en ces temps, renvoyant d'un coup au placard de nombreuses formations de deathmetal essoufflées, empêtrées dans des structures en middle-tempo et des riffs monolithiques maintes fois rabâchés.

Fabien.

10 Commentaires

15 J'aime

Partager

albundy57 - 11 Août 2009: HATE ETERNAL est un des groupes majeurs ayant soufflé un vent de fraicheur et de renaissance sur le death brutal! Enfin ce style revivait à pleine flamme et une nouvelle ère débuta pour le death! Et pour un 1er album, quel pain dans la tronche!!!

Pentaclis - 15 Septembre 2009: '' Repoussant vitesse, technique et brutalité de quelques crans ''
None So Vile sorti 3 ans plus tôt était bien plus vite, bien plus technique et bien plus brutal.
Darklau - 31 Mars 2011: En effet, un très bon album de death metal, d'une qualité technique irréprochable. A classer parmi les meilleurs...
Metalder - 16 Mai 2017: Parmi les meilleurs... oui
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire