Club Ninja

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Blue Öyster Cult
Nom de l'album Club Ninja
Type Album
Date de parution Décembre 1985
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album78

Tracklist

1. White Flags
2. Dancin' in the Ruins
3. Make Rock Not War
4. Perfect Water
5. Spy in the House of the Night
6. Beat 'Em Up
7. When the War Comes
8. Shadow Warrior
9. Madness to the Method

Acheter cet album

Blue Öyster Cult


Commentaire @ kiss33

27 Avril 2011

Un Bon Album, comme tous ceux de BÖC !

AH ! Club Ninja, un album que SOM n'a pas l'air de trop aimer !

Je trouve ça dommage, c'est un bon album (en même temps, y a t'il un mauvais album de BÖC ?). En plein coeur des années 80,(après 3 bons albums en 1980, 1981 et 1983) c'est le seul album sans Allen Lanier remplacé aux claviers par Tommy Zvoncheck. Pourtant, les claviers occupent un place importante dans cet album (c'est les 80's en même temps, développement du FM) et il y a pas mal de musiciens additionnels sur ce disque. Donald Roeser interprète plus de morceaux qu'à l'habitude, puisque il en interprète 4 (autant qu' Eric Bloom) + une en "duo" avec Joe Bouchard (When The War Comes).Cet album se compose essentiellement de deux parties :
- celle ou Eric Bloom est au micro
-celle ou c'est Donald Roeser qui l'est
En effet, la partie Bloom est beaucoup plus ancrée dans le genre du hard rock que ne l'est la partie Roeser, ce qui fait que pour moi, la partie Bloom est largement supérieure à la partie Roeser (juste pour le chant car ce sont tous deux d'excellents guitaristes). La totalité des morceaux chantés par Bloom sont excellents, soit White Flags, Make Rock Not War, Beat 'Em up et Shadow Warrior. Les refrains sont accrocheurs, chantés avec force accompagnés de bons jeux de guitares.

La partie Roeser est bien plus mitigée, mais dans tous les cas dans un timbre plus FM, bonne sur Dancin' in the Ruins, Spy in the House of the Night, et Madness to the Method, moyenne sur Perfect Water et carrément mauvaise avec le duo Roeser/Bouchard (Joe, Albert étant parti suite à Fire Of Unknow Origin), sur When the Warrior Comes. Perfect Water est trop irrégulière, de bons moments avec des solos de guitares mais un refrain désolé de le dire mais "chiant" et qui revient en boucle, les solos sont donc écrasés par ce refrain. When the Warrior Comes est parlée, lente (pas façon Black Sabbath, je critiquerais pas^^), voilà la tâche de cet album qui est très bon malgré les notes de mes "collègues". Un bon 18/20, dû en grande partie au travail fourni par Eric Bloom ! Je ne vous mets en vidéo que Dancin' in the Ruins, car, malheureusement, c'était la seule qui aurait pu être acceptée par SOM, les autres n'existant qu'en MP3 déguisés.

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
Elevator - 27 Avril 2011: On a beaucoup descendu cet album en raison d'une touche FM, mais même si je ne l'adore pas, il y a malgré tout de bons moments. De plus, on retrouve le grand BÖC sur les 3 derniers morceaux.
ZazPanzer - 27 Avril 2011: Oui, avec un peu de recul, il n'est pas si atroce que ça, m'enfin faut quand même avouer qu'il y avait de l'abus niveau synthés et lignes de chant un peu trop faciles.
Je comprends certains fans qui sont partis en courant avec cet album, on est loin de l'ambiance mystique des premiers ou même du charme 80s de Fire of Unknown Origin.
kiss33 - 28 Avril 2011: "ligne de chants un peu trop faciles" ? c'est pas forcément cela qui fait qu'un morceau est bon ou ne l'est pas, sur Beat 'Em Up (excellent morceau !), Eric Bloom chante dans un rythme pas compliqué mais c'est super bon comme morceau
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire