Cités Interdites

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Killers (FRA)
Nom de l'album Cités Interdites
Type Album
Date de parution 1992
Style MusicalHeavy Speed
Membres possèdant cet album87

Tracklist

1. Intro 01:15
2. L'Armée de la Mort 04:55
3. Sous le Regard des Hommes 04:00
4. L'Aigle Noir (Barbara Cover) 05:40
5. Le Pouvoir sans la Gloire 05:35
6. No Man's Land 04:35
7. Les Cités Interdites 04:05
8. Questions de Conscience 04:05
9. Travelling Flash 03:45
10. Au-Delà de la Fin 04:25
Total playing time 42:20

Chronique @ dark_omens

22 Juin 2016

Un sacre...enfin théoriquement...

Véritable acte de dévotion dédié principalement, et magnifiquement, à un Heavy Speed Metal sans concession, Résistances, précédent opus des Basques de Killers, donnait à entendre la confirmation, enfin, pleinement évidente de ces talents latents entraperçues sur des premières œuvres, certes, méritantes, mais clairement insuffisante selon moi.

A l’orée de ce nouvel effort, intitulé Cités Interdites, Killers va encore être victimes des affres de bouleversements profonds dont les conséquences seront le départ de Philippe Borda remplacé par Patrick Soria à la batterie, celui de René Chavin remplacé par David Pepiot à la basse mais surtout celui de Serge Pujos remplacé par Bruno Dolheguy lui-même aux chants. Cités Interdites constitue donc le premier véritable pas de Bruno en tant que vocaliste. Sans offrir de singulières particularités dans l’exercice, le musicien se contente de bien placer sa voix âpre rageuse, épuré de ces aigus, parfois, stérile dont d’autres abusent.

Concernant ces changements d’équipage s’il devait, du moins pourrait-on le croire, être de nature à déstabiliser le navire, il n’en sera rien, bien au contraire. Penser de la sorte dénoterait, d’ailleurs, d’une certaine méconnaissance de ce groupe tant il n’est un secret pour personne, du moins pas pour les connaisseurs, que Bruno Dolheguy, au fil du temps, est devenus l’un des maîtres artisans, auteur, compositeur, guitariste, manager et désormais chanteur du groupe. En indéfectible capitaine, l’homme continue donc à tenir plus fermement que jamais la barre.

Autrefois Killers fut un groupe de Heavy aux velléités Speed Metal maladroite. Puis il fut un groupe de Speed Metal aux aspirations Heavy maitrisées. Désormais, en une symbiose lucide, il nous propose l’expression d’un ensemble plus séduisant encore. Aguerris par les années, son Heavy Speed Metal acquiert, en effet, enfin, un équilibre adéquat dans lequel chaque élément propre à ces deux styles s’interpénètre parfaitement. Ce résumé, imparfait, ne suffit évidemment pas à définir très exactement la teneur précise de cette œuvre. De ce fait, outre ces rythmes parfois vifs et ces riffs d’autre fois plus incisifs, il faut compléter le tableau dépeint en évoquant ces composantes particulièrement travaillés dévouées à une musicalité toute nouvelle. Ainsi n’est-il pas rare, au détour d’une mélopée, d’entendre ça et là une guitare sèche venir enrichir un titre. Ce souci nouveau de musicalité est aussi accentué par un travail de recherche captivant sur les mélodies. Ajouter à ces vertus, celles de ces textes poétiques délicieusement cyniques et délicieusement raffinés, et ce Citées Interdites devient, alors, une œuvre exceptionnelle et incontournable.

Ainsi Killers écrits des chapitres à la vivacité redoutable et excellents tels que L’armée de la mort ou tels que L’aigle Noir, reprise remarquable de la chanson de Barbara mais aussi tels que Citées Interdites. Il s’égare aussi en des paragraphes plus nuancés où les différentes lignes alternent rythmes, atmosphères et plaisirs tels que sur Sous le Regards des Hommes ou tels que sur les magnifiques No Man’s Land et Le Pouvoir Sans La Gloire. Il erre également en des rubriques plus festives, et moi concerné, tels que sur Travelling Flash. Il erre, il s’égare, il écrits mais nul instant, nul trouble, nul dépit, nul moment même infime ne vient enlaidir cette délicieuse chronique qu’il nous conte admirablement.

Ce Citées Interdite nous propose l’excellence pouvant constituer le sacre, même à titre honorifique, d’un Killers exceptionnel. Nul doute, en effet, que si le couronnement est, d’un point de vue strictement artistique, indéniablement triomphale à l’écoute d’une telle œuvre, la consécration sera, du point de vue de la reconnaissance concrète, d’une injuste et déprimante confidentialité.

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Deloth - 22 Juin 2016: Mon album préféré de Killers, une tuerie de bout en bout pour ma part. Il est important de mentionner je pense la présence encore de Francois Merle qui au niveau des compositions apporte une certaine couleur (un peu de manigance avant l'heure ?).

Un Heavy Speed magnifique avec des parties de guitare qui volent de partout, peut-être dû au faite qu'ils étaient trois guitaristes à l'époque !

Le talent de parolier de Bruno s'exprime aussi enfin dans toutes sa splendeur, peut-être dû au faite qu'il chante ses propres textes. Je comprendrais jamais les personnes qui sont réfractaires au chant en français bon sang !

"Mais soudain la lumière est venue nous surprendre
Dans la caresse d'un rasoir.
Un océan dont la rougeur n'a d'égale que la férocité des Hommes"
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire