Choronzon

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Akercocke
Nom de l'album Choronzon
Type Album
Date de parution 04 Novembre 2003
Style MusicalDeath Black
Membres possèdant cet album97

Tracklist

1.
 Praise the Name of Satan
 07:11
2.
 Prince of the North
 02:04
3.
 Leviathan
 07:48
4.
 Enraptured by Evil
 04:06
5.
 Choronzon
 02:07
6.
 Valley of the Crucified
 05:09
7.
 Bathykolpian Avatar
 05:26
8.
 Upon Coriacious Wings
 01:47
9.
 Scapegoat
 04:13
10.
 Son of the Morning
 05:33
11.
 Becoming the Adversary
 06:50
12.
 Goddess Flesh
 02:31

Durée totale : 54:45


Chronique @ eulmatt

16 Novembre 2008
Deuxième changement de label au bout de deux albums, et pas n’importe lequel. Signer chez Earache dans ces conditions, cela signifie forcément quelque chose; en tout cas la qualité de The Goat of Mendes a permis de placer son géniteur sous la lumière des projecteurs, ce qui n’est à la fois guère surprenant et en même temps un brin amusant quand on connaît le goût immodéré des Anglais pour l’obscurité démoniaque.

Ce changement de régime a t-il dénaturé la bête ? Ceux qui connaissent la bande de Mendonca et de Gray savent bien que le Mal est profond…Choronzon reste donc invariablement akercockien, du graphisme du livret (un poil plus élégant tout de même), des incantations obsessionnelles des lyrics, et surtout jusqu’au tréfonds de son ossature musicale.
Pour ceux qui découvrent le combo avec cet album, il s’agit d’un death/black absolument atypique, pouvant déverser des flots de violence haineuse sous diverses formes, du rouleau compresseur genre brutal death aux envolées black guerrières et parfois épiques, mais toujours dans une atmosphère blasphématoire des plus noires. Voilà pour le corps, mais Akercocke est bien plus inquiétant que cela, car son satanisme immodéré cohabite avec une double personnalité névrosée, qui va de l’utilisation fréquente de ces accords en arpège inquiétants, un chant clair et mélodieux qui ne dit rien qui vaille, de nombreux passages aériens et instrumentaux, et globalement des structures qui aiment se complexifier pour semer le trouble, le tout sans jamais perdre le fil d’une cohérence artistique impossible à prendre en défaut. Bref Akercoke est un groupe complètement barré, atypique, effrayant mais tellement talentueux.
Pour ceux qui connaissent The Goat of Mendes, cette description rapide pourrait laisser croire que Choronzon est dans la droite lignée de son prédecesseur. Et c’est ici qu’il faut nuancer avec autant de précision que possible.

Soulignons d’emblée que l’effet des moyens mis à disposition d’Akercocke se fait immédiatement entendre. Si les Anglais quittent ici une forme d’underground, c’est d’abord par le son : la production d’une grande clarté, avec le mixage cristallin de Neil Kernon, fait figure de première rupture. Je n’irai pas jusqu’à dire que le rendu est aseptisé, mais l’aspect abrasif et étouffant que l’on connaissait s’est un peu évanoui. Avant d’aller plus loin dans la déception, il faut rester cohérent et admettre que le groupe utilise avec justesse les nouvelles possibilités musicales qui s’offrent à lui.
J’en viens au second changement perceptible : l’utilisation plus massive des arrangements divers et variés, notamment des claviers régulièrement mis à contribution. Le caractère progressif de Choronzon s’en trouve d’autant plus marqué.

Symbole de cette transition – le mot est lâché – Leviathan, faisant d’ailleurs l’objet d’un clip, qui devient en quelque sorte le morceau référence d’Akercocke par le biais de sa promotion. Ses premières notes aérées, inquiétantes mais légères, son riffing fluide et direct, jusqu’à son final de la même veine, Akercocke se fait donc séducteur, accessible et ensorcellant…nonobstant son accès de colère révélant sa vraie nature, celle qu’on lui connaissait, pendant quelques dizaines de secondes en milieu de morceau. A dire vrai, vouloir se raccrocher à tout prix à ces comparaisons est parfaitement idiot, car ce serait oublier toute la qualité d’un tel morceau, qui manie à merveille la tourmente émotionnelle.

Pour autant, Leviathan reste la seule composition qui pousse si loin l’évolution. Si l’album est semé de d’inspirations progressives et de passages aérés, son rythme global est plutôt élevé et sa teneur virulente. En fait, c’est lorsque le groupe se montre le plus versatile qu’il est le meilleur. Il glace le sang lorsqu’il va piocher abondamment dans un black blasphématoire bien maîtrisé (Praise The Name Of Satan), se montre diaboliquement suffocant lorsqu’il ménage une descente aux enfers brûlante (la brutalisation progressive de Valley Of The Crucified qui résume les multiples talents du groupe), et sait même jouer avec un certain onirisme qui peut dérouter (comme le très baroque Son Of The Morning).

Pour autant qu’ils se montrent redoutables d’efficacité, les morceaux les plus radicaux dans la brutalité sont plus ou moins inspirés. Le terrifiant Enraptured By Evil, ou ce curieux Becoming The Adversary qui mêle un groove presque grind, des refrains de black sympho et quelques pointes nilesques, sont plus convaincants que par exemple Scapegoat ou Bathykolpian Avatar qui sentent un peu le pilotage automatique…mais le grief n’est pas bien lourd.

Une fois encore, Akercocke se montre très convaincant, maniant avec justesse son évolution vers des contrées musicales plus ouvertes et variées, sans perdre son âme de possédé notoire. Si cela paraît aussi fluide et naturel, c’est d’abord parce que le talent du groupe semble s’épanouir au fil de son ambitieuse progression, et qu’artistiquement, il semble intarissable…
Choronzon, à considérer soit comme une synthèse à mi-parcours résumant les différentes facettes du groupe, soit comme un album de transition à part entière, entre la face démoniaque et directe de ce monstre de The Goat of Mendes et la personnalité schizophrène et séduisante de Words That Go Unspoken, le bijou à venir…
A chacun de voir, toujours est-il que Choronzon est indispensable.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager
Vinterdrom - 16 Novembre 2008: Excellente chronique. Tu as parfaitement su faire ressortir toute l'ambivalence qui caractérise la musique de Akercocke, constamment tiraillée entre brutalité et élégance, tel un psychopathe dissimulant ses pulsions les plus abjectes sous une apparence respectable.
Tout la richesse de sa musique également, n'hésitant pas à puiser dans d'autres courants que le metal, notamment lors des interludes : ambiances mésopotamiennes sur "Prince of the North", ambiant/drone sur le morceau-titre "Choronzon", dark ambiant sur "Upon Coriacious Wings", sans oublier le akercockiennement traditionnel morceau de clôture "Goddess Flesh" tout en atmosphères symphoniques et voix claires.
Un bijou ... tout comme les autres albums du groupe.
eulmatt - 16 Novembre 2008: Merci de ces compléments, c'est vrai que les interludes sont passés sous silence dans ma chronique, ton commentaire répare cela.
En fait j'en parle indirectemment, c'est vrai que ce travail au niveau de ces morceaux instrumentaux y est pour beaucoup dans le résultat versatile de l'atmosphère et tranche avec les albums précédents.
kiki2000 - 12 Mars 2011: C'est un de mes meilleurs groupes black/death que j'ai jamais écouté avec belphégor!
Constantine - 24 Fevrier 2012: Un album excellentissime !!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ kildengaard

26 Fevrier 2009
Tiens, j'ai bien envie de faire du Métal habillé en costard...Ah zut ! Akercoke l'a déjà fait ! Bon, s'il est d'un visuel assez surprenant, alors que dire de sa musique ! Groupe réellement innovant et original, Akercoke avec ce 3ème album nous livre un véritable bijou de compositions. Alors qu'un morceau comme "Leviathan" frise l'hystérie dévastatrice, un morceau comme "Son of the morning" (mon préféré)nous délivre un morceau tout en nuance, avec des alternances de chants clairs et gutturaux, ainsi que criés, mais le chanteur semble ne pas avoir de limites...Et le plus incroyable c'est que les musiciens non plus ! On passe de morceaux feutrés avec guitares électroacoustiques à des riffs cataclysmiques qui, servis par une très bonne production, claire et audible,sont de véritables bombes qui explosent dans nos oreilles !
Les CD d'Akercoke ne plairont certainement pas à des Métalleux bornés qui pensent qu'au blast-beat et aux riffs à trois accords joués à 300 km/h !
Je pense qu'il faut être vraiment ouvert d'esprit afin de rentrer dans leur univers, mais une fois rentré, on découvre vraiment un talent pour les arrangements et l'agencement des structures.
Cet album, c'est un peu comme si vous mettiez Mekong Delta,Morbid Angel, SOAD et Abigor dans un shaker, et que vous en sortiez le meilleur...
A écouter absolument!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire