Bleeding Profusely

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gorgasm (USA)
Nom de l'album Bleeding Profusely
Type Album
Date de parution 2001
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album66

Tracklist

1. Bleeding Profusely
2. Morbid Overgrowth
3. Stripped to the Bone
4. Fucking the Viscera
5. Voracious
6. The Essence of Putrescence
7. Post Coital Truncation
8. Severed Ecstasy
9. Lesbian Stool Orgy
10. Fisticunt
11. Disembodied

Chronique @ BEERGRINDER

18 Décembre 2009

Bleeding Profusely ravira quoi qu’il arrive les fans de Suffocation, Disgorge, voire Necrophagist

Formé sur les cendres de Crematorium, Gorgasm voit le jour en 1994 sous l’impulsion de la paire de guitaristes Tom Tangalos / Tom Leski. Brutalisant son Death Metal au fur et à mesure de ses sorties jusqu’au prometteur EP Stabwound Intercourse, le combo de Chicago enregistre enfin et logiquement son premier full-lenght intitulé Bleeding Profusely (2001).

Un couteau ensanglanté en guise de pochette, un logo déformé et sanguinolent, un court sample de film d’horreur, et un déluge de blast-beat en guise d’apéro sur le titre éponyme : ça situe le décor rapidement. On distingue nettement l’influence Deeds Of Flesh au travers des riffs rapides, débridés et précis de Stripped to the Bone par exemple, mais Gorgasm sait aussi inclure quelques passages de mélodie contenue, notamment sur Morbid Overgrowth ou le terrible The Essence of Putrescence, tour à tour pesant, entraînant, dévastateur, et même doté d’un solo empreint de nostalgie (tout arrive).

Ayant cherché en vain un chanteur ce sont les deux guitaristes ainsi que le bassiste Russ Powell qui se partagent la tache ici, et l’alternance ou la juxtaposition des voix est ma foi fort réussie. On signalera que le trio a dégoté un batteur de session de luxe en la personne de Dave Culross (Malevolent Creation, Suffocation,…), et effectivement ça martèle fort, vite et continuellement, Fucking the Viscera rappelle d’ailleurs fortement Hate Eternal au niveau de l’intensité et du jeu de guitare. Car le quatuor ne se contente pas de jouer comme des bourrins, la maîtrise instrumentale est de mise à chaque instant, que ce soit dans le jeu de batterie martial de Culross, la basse véloce de Powell ou les riffs millimétrés de Tangalos et Leski.

Bleeding Profusely est assurément un disque au dessus de la moyenne, s’extirpant de la multitude de clones de Suffocation et Deeds Of Flesh, cela dit malgré une production honnête de Chris Djuricic, il manque un petit quelque chose à ce disque pour péter la baraque. On aurait aimé notamment davantage de titres annihilant tout sur leur passage comme le percutant titre final Disembodied.
Rassurez-vous Bleeding Profusely ravira quoi qu’il arrive les fans de Suffocation, Disgorge, voire Necrophagist (c’est assez flagrant sur Lesian Stool Orgy), on regrettera juste un léger manque de personnalité et de folie ainsi qu’une durée de 23 minutes un peu juste.

Brutal Death… The US way.

BG

5 Commentaires

9 J'aime

Partager

albundy57 - 09 Décembre 2010: Je confirme, super groupe autant sur skeud qu'en live!
Fabien - 09 Mars 2011: Plus je sors Bleeding Profusely, et plus je le revois à la hausse. Gorgasm y réussit le pari de lâcher un deathmetal rapide, dense & brutal, et pourtant incroyablement aéré. Je suis bluffé devant une telle qualité d’interprétation, depuis le jeu de batterie net & destructeur de Dave Culross jusqu’à l’enchevêtrement des riffs de Leski & Tangalos et le croisement impeccable des lignes vocales des trois growlers, pour un résultat fluide et tout en nuance.

Au-delà d’une violence musicale manifeste, sans compter la grossièreté du visuel et du concept, Gorgasm livre ainsi à mon sens un album sacrément ingénieux, n’ayant finalement que peu de concurrents directs en 2001 avec un tel niveau de jeu. Bref, à l’image des quelques cris de femme désespérée qui me glace le sang à chaque écoute, Bleeding Profusely ressemble en tout point à une exécution rapide, nette et sans bavure. Du grand art.

Pour en revenir plus précisément à ta rédaction, sans compter la sévérité de ta note, autant je suis en accord avec ta description globale qui définit bien les contours de l’œuvre, autant je reste perplexe lorsque tu évoques l’absence de titres aussi « annihilants » que Disembodied ainsi qu’un léger manque de folie. Bleeding Profusely est au contraire un pur concentré de brutaldeath et un vrai album de maniaques qui prend directement à la gorge.

Fabien.
BEERGRINDER - 09 Mars 2011: Fabien me reprochant ma sévérité de notation, c'est l'hôpital qui se fout de la charité hé hé...

Et bien je préfères toujours assez nettement Masticate to Dominate, que je trouve à la fois plus inspiré, plus ultime dans les riffs et aussi plus rapide et brutal.

Puisqu'on parle de la concurrence brutal Death de 2001, j'ai un faible pour un Annihilation de Rebaelliun plus Evil, moins complexe et tout aussi violent, ou encore le premier Dark Legion d'une brutalité assez hallucinante.

Aucune révision à la hausse de ma note n'est donc prévue pour le moment.
BEERGRINDER - 02 Avril 2011: Après quelques réécoutes des 3 albums de Gorgasm et la réflexion qui a suivi, je mets ce premier album au même niveau que le troisième, ce bonus porte donc ma note à 14/20, c'est mon dernier mot Jean-Pierre.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

01 Septembre 2004
Gorgasm, groupe de death grind metal américain formé par de vrais malades en la personne de Tom Tangalos à la guitare et aux vocaux, Russ Powell à la bass et aux vocaux, Tom Leski à la guitare et aux vocaux et Dave Culross à la batterie. Ils forment un quatuor génial qui nous procure un death grind metal féroce, ultra violent et aux textes vraiment très gore. Vraiment un excellent groupe californien.
Signé sur le label Extremities Production et enregistré au studio one, Bleeding Profusely bénéficie d’une production littéralement énorme, sûrement une des meilleur du moment. Elle est puissante et très propre et nous donne l’impression qu’un rouleau compresseur écrase notre propre carcasse desséchée. Vraiment du grand travail.
Musicalement, les riffs de guitares sont dans l’ensemble très techniques et sont joués rapidement. Ils ont un côté sombre et obscure assez prononcé qui met tout de suite l’auditeur dans l’ambiance. La batterie est la plupart du temps, à l’image d’un Deranged, en blasts beats dévastateurs et rend la musique très violente. Les vocaux ( trois différent ) recèlent trois facettes différentes : la première hyper guttural à la Inhume, la deuxième un peu plus criard mais toujours bien rauque à la Cannibal Corpse et la troisième criarde à la Carcass. Bref, il y a de quoi faire dans cette boucherie qui nous est proposé.
Textuellement, rien de nouveau de le registre du death grind. C’est gore, hémoglobine et sex à profusion. C’est sur qu’avec des titres comme Lesbian stool orgy, Fucking the viscera ou voracious, on ne peut pas parler d’autre chose.
Bref, c’est un excellent album de death grind américain à posséder.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
 
MALEVOLENT - 06 Mars 2009: Très bon album de brutal death. Merci Dave Culross pour les blast et double grosse caisse. Musicalement rien de nouveau mais très efficace et brutal.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire