Destined to Violate

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gorgasm (USA)
Nom de l'album Destined to Violate
Type Album
Date de parution 31 Juillet 2014
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album42

Tracklist

1. Starved for Perversion
2. KuNtkiller
3. Destined to Violate
4. Funeral Gangbang
5. CarniWhore
6. Preserved Pleasure
7. Visceral Discharge
8. Lubricated in Vomit
9. Infected with Lunacy
10. Sadistic Bliss
11. Corpsified
12. Depraved Depredation
13. Mouthful of Menstruation

Chronique @ Fabien

16 Septembre 2014

Perversion's home

Auteur d’un mini-LP de haut niveau suivi de deux albums destructeurs, Gorgasm se hisse durant sa première partie de carrière parmi l’élite du brutaldeath US, dans le cercle restreint des groupes extrêmes à forte personnalité, aux côtés de Suffocation ou Disgorge (US). Officiellement dissoute en 2008, la bande emmenée par Damian Leski reprend du service au printemps 2010, pour revenir l'année suivante avec un Orgy of Murder de bonne facture, sans toutefois retrouver l'intensité ni la saveur de ses premiers albums.

Au line-up inchangé depuis son retour, fort d’une série de concerts décoiffant l’Europe aux côtés du maître européen Defeated Sanity, Gorgasm revient en cet été 2014 avec son quatrième album baptisé Destined to Violate, sous couverture de l’écurie californienne New Standard Elite encore spécialisée en brutaldeath plutôt générique, s’octroyant ainsi une recrue de premier choix avec l’ajout de notre quatuor de Lafayette.

Si l’illustration d’Orgy of Murder signée par Tony Koehl était très second degré, Gorgasm revient sur Destined to Violate à un dessin plus réaliste et définitivement sinistre de Jon Zig, une cave dans laquelle le personnage situé en haut des marches ferait bien de ne pas s’aventurer. Musicalement, le groupe adresse aussi un clin d’oeil dirigé vers sa première partie de carrière, intégrant non seulement l’efficace morceau Corpsified issu de sa première demo-tape de 1996, mais réenregistrant aussi les deux excellents titres de sa promo-tape de 2006 (l’éponyme et Visceral Discharge), étrangement écartés du répertoire du précédent album.

Si les samples courts & morbides de Starved for Perversion, CarniWhore ou Sadistic Bliss plantent d’entrée le décor, Gorgasm montre aussi son aisance à instaurer le même climat avec ses guitares, une violence de tout instant, un brutaldeath identifiable dès les premiers accords. Avec une sacrée technique, une précision désarmante et une vitesse d’exécution démentielle, notre quatuor se situe bien souvent à la limite de la tendinite, tout en maîtrisant impeccablement son sujet par un changement insolent des tempi et une variation des riffs tout aussi diabolique, parfois proche de la mélodie le temps de quelques secondes, pour un rebond vicieux sur une circulaire déchirante aux guitares. Les juxtapositions et superpositions des six cordes du tandem Leski / Saylor, le jeu à trois voix des growlers Voight / Leski / Christman, sont aussi ces atouts habilement exploités par le quatuor, témoins d’une mise en place directe en apparence mais savamment réfléchie.

Contrairement à une majorité de formations brutaldeath sans personnalité, grugeant l’auditeur à coups de retouches interminables en studio, Gorgasm lâche un nouvel album authentique et spontané, un recueil macabre de mini-films monstrueux idéalement mis en musique. L’efficacité des riffs, les rythmiques endiablées, les échanges à trois voix, l’ambiance malsaine et cette violence frontale, sont autant d’armes imparables dans les mains de Gorgasm, n'ayant décidément rien laissé au hasard en cette année 2014, à l’instar de Prostitute Disfigurement et Posthumous Blasphemer. Impressionnant !

Fabien.

6 Commentaires

13 J'aime

Partager
PeriGore - 16 Septembre 2014: Très belle chronique Fabien ! Cet album m'a retourné !
mayhem13 - 18 Septembre 2014: Merci pour ta superbe chronique Fabien. Vivement que je l'écoute.
HeadCrush - 18 Septembre 2014: Merci pour la chro Fabien, je trouve que c'est un chouette album, pas de mauvaise surprise ni de prise de tête. Pour ma part, je trouve qu'il y a moins d'humour que sur Masticate to dominante (les bruitages assez délirants) en revanche, leur prod est superbe, simple, brute, vraie oui, définitivement un très bon album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire