Black Gives Way to Blue

Liste des groupes Grunge Alice In Chains Black Gives Way to Blue
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Alice In Chains
Nom de l'album Black Gives Way to Blue
Type Album
Date de parution Septembre 2009
Style MusicalGrunge
Membres possèdant cet album234

Tracklist

1. All Secrets Known 04:43
2. Check My Brain 03:58
3. Last of My Kind 05:53
4. Your Decision 04:43
5. A Looking in View 07:06
6. When the Sun Rose Again 04:00
7. Acid Bubble 06:56
8. Lesson Learned 04:17
9. Take Her Out 04:00
10. Private Hell 05:38
11. Black Gives Way to Blue 03:04
Total playing time 54:12

Chronique @ transilvanian_

06 Octobre 2009
L'essence même du grunge s'est toujours incarnée en Alice in Chains. Aucun groupe du mouvement n'a su créer une musique si sombre et désolante. La voix déchirante de Layne Staley, ce pauvre martyr de l'héroïne, a toujours su envahir nos esprits d'une profonde noirceur, parfois séduisante et parfois dérangeante. Ce qui est le plus dérangeant, c'est que cette musique était plus vraie que nature. Le pauvre Staley, martyr de l'héroïne, condamné depuis des années, s'est finalement éteint il y a de cela huit ans, éteignant toute forme d'espoir d'un retour miraculeux.

Mais contrairement à ce que plusieurs peuvent penser, le miracle ne passait pas par lui, du moins pas par sa présence physique. Son esprit subsiste toujours et Alice in Chains est plus vivant que jamais. Après plus de 14 ans d'absence discographique, voilà que Jerry Cantrell et sa bande reviennent dans le décor avec un tout nouvel album qui ravivera enfin la flamme des amateurs du genre. Parce que oui, il s'agit là du vrai Alice in Chains et non d'une pâle copie de ce que le groupe était auparavant. Les textes sont toujours aussi introspectifs, sombres et glauques. Avec la mort de Layne, la musique ne peut être plus intègre et refléter l'état d'âme de ceux qui étaient autrefois l'un des groupes les plus flamboyants de leur époque.

Le tout commence avec "All Secrets Known", un morceau plutôt lent et planant, avec un riff de guitare pour le moins hypnotique et pesant, qui fait office d'arrière-plan à la voix aérienne de William DuVall, qui imite à merveille son prédécesseur. Bien loin des conneries à la Pearl Jam, l'entrée en scène est plus que réussie et déjà, on reconnaît le Alice in Chains des belles années. Suit "Check My Brain", deuxième single de l'album, qui lui aussi s'illustre par son jeu de guitare étouffant et aérien, mais cette fois avec un refrain accrocheur en prime. Bien que plutôt mouvementé, il est beaucoup moins violent que des morceaux des débuts du groupe comme "Man in the Box" ou "Them Bones", qui présentaient un aspect très "heavy metal" au groupe. "Last of My Kind" s'inscrit dans la même lignée que les morceaux précédents, qui à eux trois donnent un aspect très doomy à la musique d'Alice in Chains.

Mais bien entendu, il ne s'agit pas d'un groupe de doom metal, et la ballade acoustique fait son entrée au bon moment avec "Your Decision", un morceau beaucoup moins agité, où le duo vocal DuVall/Cantrell est une fois de plus mis en valeur. L'impressionnante chimie entre les deux hommes est d'ailleurs l'un des points forts de cet album, où le chant n'a aucunement été négligé. "When the Sun Rose Again" et la sublime "Black Gives Way to Blue" où Jerry Cantrell prend les commandes de la partie vocale viennent compléter la performance acoustique du groupe. Mais entre les morceaux rock hypnotiques et les ballades sirupeuses, le groupe a su laisser quelques morceaux fleuves, moins accessibles mais d'une noirceur inégalable. C'est le cas de "Acid Bubble" où le groupe fait étalage de toutes ses facettes, en alternant longs passages aériens et un lourd riff de guitare vers la fin du morceau. N'oublions pas non plus "Private Hell", où les voix des deux chanteurs s'harmonisent de façon magique et s'entremêlent avec les leads de guitare. Tout à fait sublime.

Voilà ce qu'on peut appeler un retour des plus réussis. Avec une intégrité surprenante, le groupe a su rester fidèle à lui-même sans plagier vulgairement l'œuvre de son mythique chanteur. Alice in Chains règne de nouveau, et sa musique demeurera unique à jamais, que ce soit du grunge, du heavy metal ou du rock, peu importe.

Coups de coeur:
Private Hell
Acid Bubble
Black Gives Way to Blue

11 Commentaires

15 J'aime

Partager

zde_free - 24 Novembre 2009: Merci pour la chronique. En effet je trouve aussi cet album terrible, et tellement inattendu. La bonne surprise de la décennie. C'est assez couillu de prendre le clône vocal de Layne, mais ça prend. Apparemment, Jerry Cantrell n'en a pas fini avec Alice; et c'est tant mieux. Fabuleux.
metalmat66 - 25 Novembre 2010: Un grand album, parfaite synthèse de ce qu'on peut trouver dans les albums précédents, avec notamment des harmonies vocales omniprésentes et assez fantastiques, comme tu l'as souligné. Par contre,je ne trouve pas que Duvall soit un clone de Staley. Il suffit de l'écouter en solo sur "Last of my Kind" (le morceau le plus heavy de leur discographie soit dit en passant). Et je t'accorde que Cantrell est bien l'âme du groupe et que je plussoie ta dernière phrase.
GXmega5 - 27 Janvier 2011: j'ai découvert cet album il n'y a que peu de temps, mais quelle bonne surprise !
Lamikawet - 01 Avril 2011: J'avais un peu peur avant de découvrir cet album et j'ai été plutôt rassuré.
Duvall a été inspiré de ne pas singer Layne Stayley (de toute façon, qui en serait capable ?) et cet opus est franchement bon
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire