Bent Out of Shape

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Rainbow
Nom de l'album Bent Out of Shape
Type Album
Date de parution 24 Août 1983
Labels Polydor
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album169

Tracklist

1. Stranded 04:26
2. Can't Let You Go 04:21
3. Fool for the Night 04:04
4. Fire Dance 04:29
5. Anybody There 02:37
6. Desperate Heart 04:03
7. Street of Dreams 04:26
8. Drinking with the Devil 03:43
9. Snowman 04:32
10. Make Your Move 03:56
Total playing time 40:37

Chronique @ frozenheart

15 Septembre 2015

Un virage FM, pas si inattendu que ça...

Pour ce septième album, Ritchie Blackmore, leader et guitariste du groupe Rainbow, décide d'ajouter des paillettes aux couleurs de son arc-en-ciel! En effet, avec "Bent Out of Shape" il nous propose une musique plus aseptisée et commerciale que son prédécesseur l'excellent et convaincant "Straight Between the Eyes". Bien sûr, certains fans se sentiront une fois de plus trahis, regrettant le grand Rainbow de la période Dio. D'autres, comme votre illustre serviteur, se laisseront aller dans cette nouvelle aventure.

Pour cela, le guitariste s'adjoindra encore les services de Joe Lynn Turner, chanteur au timbre de voix éraillé et mélodieux, mais aussi ceux de son compère de Deep Purple Roger Glover à la basse, de Chuck Burgi (ex-Blue Oyster Cult, Balance et Meat Loaf) à la batterie et de David Rosethal aux claviers, pour une production hyper clean au son cristallin et clair. Pour information, l'album sera enregistré et produit au studio Sweet Silence de Copenhague (Danemark) par Roger Glover, qui s'avère être le producteur attitré du groupe depuis 1979, mais aussi le responsable du nouveau son du groupe dans les années 80.

Passons en revue l'opus en question. Tout d'abord, comme tout album de Hard FM qui se respecte, nous avons droit à des Hits aux refrains imparables, "Street of Dreams" étant le meilleur exemple. D'ailleurs, celui-ci sera choisi comme premier single pour la promotion de l'album. Bien entendu, d'autres morceaux du même calibre seront disséminés sur les 10 titres et 40:37 minutes de musique que propose l'album. On retiendra le titre "Can't Let You Go", où le chant mélodieux et félin de Joe Lynn Turner prend toute sa dimension, tout comme "Desperate Heart" avec ses claviers au son moderne, accompagnant merveilleusement les guitares du maître, ou bien le mid tempo " Fool for the Night" et son refrain qui ne vous quitte plus.

Évidemment, Rainbow ne serait pas ce qu'il est si l'album ne possédait pas de titres au tempo plus rapide, comme les pièces de Hard Rock "Fire Dance" et "Drinkin with the Devil", donnant tous deux de la variété à l'opus ! N'omettons pas d'ajouter les deux titres instrumentaux de l'album, le court "Anybody There" où la guitare de Blackmore fait des merveilles et "Snowman" au thème qui, à l'origine, venait de la chanson "Walking in the Air" du film d'animation "le Bonhomme de neige", avec ses guitares aériennes pleines de feeling qui accompagnent superbement les claviers de David Rosenthal, impérial sur la totalité de l'album. Thème qui, pour la petite histoire, sera réarrangé par Blackmore lui-même et repris des années plus tard par le groupe de Metal Symphonique Nightwish sur leur album "Oceanborn" paru en 1998.

Pour conclure, nous ferons l'impasse sur les chansons "Stranded" et "Make your Move" que votre illustre serviteur qualifiera comme étant les moins bonnes de l'album. Sans oublier le don qu'avait le groupe à l'époque de nous sortir des pochettes à l'esthétique douteuse et moche.

Vous l'aurez compris, avec "Bent Out of Shape", Ritchie Blackmore nous démontrera encore une fois sa capacité à nous proposer des textes intelligents, avec une musique aux arrangements subtils, où les claviers et guitares s'accordent parfaitement sans pour autant altérer le son global de l'opus. Alors, si vous n'êtes pas allergique au Hard Rock formaté radio FM, je vous conseille fortement d'aller découvrir ou redécouvrir cet album.

4 Commentaires

9 J'aime

Partager
ericb4 - 15 Septembre 2015: Merci pour cette chronique qui nous renvoie avec justesse et inspiration à un hard rock du début des '80s comme on a pu l'aimer. A redécouvrir, donc...
Sonadenn - 16 Septembre 2015: Et une de plus à ton actif! Bien documentée et explicative comme d'habitude! Je ne connais pas cet album mais je vais y jeter une oreille très rapidement!
frozenheart - 16 Septembre 2015: @Sonadenn: Merci pour ce petit commentaires! De plus si est fan la voix de Joe Lynn Turner, cet album devrais te plaire!
metalstormrider - 16 Septembre 2015: Tu m'as donné envie d'y jeter une oreille... Merci pour cette chronique
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ kiss33

12 Novembre 2011

Rainbow a su encore une fois trouvé la bonne recette !

Attention, phénomène !! Joe Lynn Turner égale le nombre d’albums (soit 3) en tant que chanteur au sein de Rainbow (Glover étant à son quatrième mais en tant que bassiste) en rejoignant ainsi le grand mais aussi « petit lutin » Ronnie James Dio, qu’il ne dépassera point car remplacé par Doogie White après la dissolution en 1984 puis reformation en 1994.

Un album que j’apprécie particulièrement, très mélodique comme à l’accoutumée mais je ne pourrais jamais passer à 20 ! C’est vrai, on a beau avoir une osmose parfaite entre la guitare de Blackmore, le synthé de Rosenthal et la voix de Joe Lynn Turner, la période « Dio » me rend trop nostalgique…

En tout cas, « Can’t Let You Go » nous fait étrangement penser à la magnifique « Tarot Woman » de par sa longue et magnifique intro au synthé. De plus, Rainbow nous montre tout son talent dans « Anybody There » et « Snowman », deux très belles ballades instrumentales.

Pour conclure, nous sommes à la fin de la « troisième ère » et c’est encore un sans-faute dans la discographie de Rainbow qui, après des changements de line-up qui se sont atténués mais qui n’ont jamais disparu, a su encore une fois trouvé la bonne recette !
19/20

4 Commentaires

1 J'aime

Partager
Elevator - 12 Novembre 2011: Merci beaucoup pour cet intéressant commentaire sur un très grand groupe !

En dehors d'une intro commune aux synthés, il me parait cependant un peu osé de comparer une tuerie telle que Tarot Woman avec un morceau ultra FM tel que Can't Let You Go. Attention, je ne déteste pas cet album mais il est très représentatif d'une époque où certains groupes essayaient de suivre une ligne musicale à la Foreigner histoire de pouvoir passer en radio et éventuellement cartonner aux States. Je reconnais d'ailleurs que ce Bent Out Of Shape est très réussi dans le genre et il s'écoute agréablement, mais ce n'est pas ce que je préfère de Rainbow.

kiss33 - 13 Novembre 2011: Je suis tout à fait d'accord et d'ailleurs j'ai juste dit : "En tout cas, « Can’t Let You Go » nous fait étrangement penser à la magnifique « Tarot Woman » de par sa longue et magnifique intro au synthé." Parce que Tarot Woman est un morceau d'anthologie !
samolice - 03 Janvier 2012: J'ai écouté l'album 2 fois hier. Cela ne m'était plus arrivé depuis au moins 15 ans!
Donc merci pour la (courte) chronique qui m'en a donné l'envie.

Je trouve que l'intro de Can't Let You Go rapelle celle de Perfect Stranger (avant de virer au gros fm).

Si l'album est vraiment très calme, le jeu de Blackmore, que j'avais un peu oublié depuis quelques temps, m'a enthousiasmé.
swit35 - 05 Octobre 2014: Je découvre ce disque qui alterne entre morceaux vifs comme Fire Dance, Dinking with the Devil, Make Your Move et d'autre plus FM et molassons et c'est ce qui me gonfle un peu. Rien à dire sur la qualité musicale de l'album qui sent à plein nez les prémices d'un grand Perfect Strangers.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire