Zombie

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Devil Wears Prada
Nom de l'album Zombie
Type EP
Date de parution 23 Août 2010
Labels Ferret Music
Produit par Joey Sturgis
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album89

Tracklist

1.
 Escape
 04:45
2.
 Anatomy
 03:46
3.
 Outnumbered
 04:54
4.
 Revive
 04:53
5.
 Survivor
 04:32

Bonus
6.
 Danger: Wildman (Live from Cornerstone) (iTunes)
 05:10
7.
 Outnumbered (Live from Cornerstone) (iTunes)
 03:53

Durée totale : 31:53


Chronique @ S4v3_Us

23 Septembre 2010
Il y a bien deux choses que je dois confesser avant de commencer ma chronique. La première : les morceaux que j'avais écouté de The Devil Wears Prada avant l'annonce de cet EP ne m'avaient pas spécialement marqués. La seconde : je suis un fan absolu des concepts albums.
Ceci étant dit ce groupe joue du Metalcore, génial ! J'adore ! Et ils vont faire un concept album dont l'histoire raconte les péripéties d'un homme tentant de survivre à ses congénères zombifiés... OK, je prends, les délires à la Resident Evil j'adore aussi. Et quel concept ! Prenez un trailer vidéo d'Intro stylé, soigné, qui m'a vraiment donné envie d'acheter (les mauvaises langues diront que je me laisse berner par la pub', mais cette vidéo est partie intégrante du concept), un EP dont les paroles s'inspirent du livre "The Zombie Survival Guide". Et cet univers retranscrit sur papier dans un comic... Et mince. Voilà pour moi un soucis. Eh oui, c'est bien beau de vouloir faire un super concept "vidéo/musique/papier" mais encore faut-il tout fournir au public. En effet, le comic n'était offert qu'aux personnes ayant pré-commandé l'EP. Autant dire que le concept en prend un coup et c'est à mon sens une grave erreur. Impossible donc de juger l'œuvre sur son intégralité...

Cette amertume passée, laissons place à la musique. Après tout c'est ce qui nous intéresse le plus ici. Première remarque : The Devil Wears Prada joue du... Devil Wears Prada. Autant dire qu'il n'y a pas de grosse surprise à attendre quant à leur musique, tout est plus ou moins prévisible; les mecs sont rodés et ça s'entend : un jeu de batterie carré, des refrains au chant clair doublés des hurlements d'un Mike Hranika furieux, des intros qui démarrent à 200 à l'heure, des breaks sympas, un synthé' omniprésent... bref, rien qui ne sorte vraiment de la "norme Metalcore" pour ce groupe (qui est malgré tout une tête d'affiche de la scène). On notera quelques notes de piano/orgue et quelques touches d'Electro en arrière plan qui ne sont pas désagréables du tout car très en retrait (ça n'est pas du Asking Alexandria).
Non, la surprise n'est pas là. La surprise se trouve au niveau même de l'ambiance, au cœur du concept. Tout d'abord il faut noter l'homogénéité de cet EP, les morceaux s'enchaînent les uns après les autres dans une cohérence parfaite tout en étant diversifiés. Au cours de ces 5 titres (pour 23 minutes) on sent la montée en puissance, la rage de vaincre cette horde de morts, pourtant bien debout, l'envie de survivre du héros. Avant de retomber légèrement dans le dernier morceau, plus mélancolique que les autres, lorsque notre héros se rend compte de sa solitude et se rappelle de son passé, deux ans avant le drame qui a transformé le monde.
Ensuite toute l'ambiance est créée par les samples joués dans les intros, breaks et conclusions des morceaux. Et ces parties sont vraiment bien foutues : intro/appel radio aux derniers survivants, refrain/litanies d'outre tombes, conclusion/grognements de Zombies, breaks intégrés par des coups de fusil à pompe (jouissif !)... Bref il a pas mal de samples à découvrir et à savourer. C'est tout ce qui fait le charme de ce "Zombie" (Ahah ! Oui c'était nul...) Chaque nouvelle écoute me permet de découvrir des sonorités qui ne m'étaient pas apparues auparavant et c'est pour ça qu'il risque de tourner encore quelques temps.

Un morceau qui se démarque ? Dur, le tout est très homogène et il n'y a que 5 morceaux. Néanmoins mon préféré est "Revive" : c'est le plus "complet". Un démarrage en trombe, refrains/couplets jouissifs, et conclusion sur fond de piano et shotgun de cadavres !

Je conseille à ceux qui ont aimé le précédent ("With Roots Above..."), aux personnes qui aiment les concepts albums et à ceux qui prennent leur pied lorsque des bruits "courants" viennent poser l'ambiance dans la musique. Sinon aux autres, je conseille de tenter 2/3 écoutes et pas se rétracter à la première.

14/20 : un bon EP, bien homogène, aux ambiances excellentes mais pour moi proposer un concept sans rendre disponible à tous une part de ce concept (le comic...) c'est une énorme erreur, pénalisée. En espérant qu'il ait la bonne idée de le sortir à côté de ça.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager

metaladrien - 26 Septembre 2010: hé hé ! Ouais ! S4v3 Us, la classe ! Tu t'es appliqué, Bonne chronique en effet !
Je n'ai jamais aimé ce groupe et je vais surement pas m'y mettre avec cet album ... Quoi que, s'ils me fournissent le comic avec =D
Djaway - 07 Octobre 2010: C'est Album est une pure merveille
echaosis - 24 Mai 2011: cet EP est juste sensationnel, une pure merveille de metalcore, sincerement. je ne connais pas le reste de la disco du groupe, mais 14/ 20, c'est vraiment très bas, même pour un EP. les 5 titres sont des bombes.
Djaway - 15 Juin 2011: Le nouveau titre du groupe est dispo sur le forum du site.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Amdor

07 Juillet 2011

Les zombies ont du bon...

Fans de Resident Evil et de films horreurs de série Z, réveillez-vous, le monstre de The Devil Wears Prada est là. Le titre de cet EP, «Zombie» a réussi à lui tout seul à titiller mon intérêt bien qu'en terme de chrétiens au look d'émo, The Devil Wears Prada n'est pas ma préférence. Le trailer précédant la sortie de l'EP a ensuite achevé de me convaincre d'écouter cette nouvelle production. Le groupe prend ici la pari de conter en une vingtaine de minutes une invasion de morts-vivants assoiffés, il va de soi, de chair humaine, sur fond de Metalcore à l'américaine. La principale inquiétude que j'avais était quant à la capacité du groupe à retranscrire de manière convaincante cette ambiance si caractéristique tout en fournissant une musique convaincante car, vous en conviendrez, avoir l'un sans l'autre aurait été bien décevant.

Les 5 pistes suivent donc un concept laissant de côté la finesse et favorisant la boucherie. Ici, pas de mélodies pop mais des riffs gras sur une seule corde et des breaks puissants. L'atmosphère de ce «Zombie» est résolument plus sombre que dans les productions antérieures du groupe et reste homogène tout du long, se faisant progressivement de plus en plus pesante jusqu'à «Survivor», soutenue par la batterie, elle-même de plus en plus agressive. Rugissement du fusil à pompe, vrombissement de tronçonneuse, grognements de Zombies et message radio aux survivants de l'invasion, le tout soutenu par un clavier inquiétant, le compte est bon ! Nos acolytes dévoilent leur panoplie du parfait film de Zombies pour un résultat glauque convaincant. Mais ce travail sur l'ambiance générale n'est pas la seule évolution engagée par les compères.
En effet, si le groupe joue le même style de musique c'est à dire ce Metalcore très classique, agrémenté de nappes de claviers et de sons électroniques discrets («Anatomy»), le son est beaucoup plus percutant, notamment sur le titre introducteur, «Escape».

De plus, les gus semblent avoir laissé derrière eux leurs démons, à savoir un chant clair parfois dégoulinant et un manque de maturité apparent : si la voix de DePoyster n'a pas disparu, elle est bien plus spontanée, comme dans «Revive». En outre, chaque titre semble maîtrisé de son introduction à la conclusion. Techniquement, le groupe ne fait pas dans la complexité, à l'image du break de «Escape», mais reste diablement efficace et ne peine pas à faire headbanguer. The Devil Wears Prada nous offre ainsi un EP sans temps mort et taillé pour le live. A défaut de déployer une technique éblouissante, nos chrétiens préfèrent offrir une prestation carrée à tous niveaux, du chant de Mike Hranica à la production qui est, est-il besoin de le préciser vu les moyens dont dispose le groupe, impeccable, toujours assurée par Joey Sturgis (Attack Attack!, Miss May I, Asking Alexandria, We Came As Romans) qui, pour l'anecdote, se charge de la production du groupe depuis depuis sa toute première démo.

Vous l'aurez compris, cet EP marque une évolution dans le bon sens de The Devil Wears Prada qui nous surprend par le travail effectué sur l'ambiance ainsi que son homogénéité. Pour faire simple, «Zombie» semble être un concentré de ce que le groupe fait de mieux tout en occultant la grande majorité de ses défauts récurrents. A la décharge de l'EP, on regrettera tout de même son manque d'originalité rendant les morceaux assez prévisible mais soyons indulgents et retenons en premier lieu l'effort indéniable fait par le groupe pour essayer de sortir de la routine créée par leur 3 premiers albums, concrétisant une sorte de rêve d'ados. En résumé, à ceux qui n'étaient pas convaincus des premiers essais de The Devil Wears Prada comme aux fans, «Zombie» est un EP à écouter pour éventuellement se forger une opinion nouvelle ou pour savourer un concentré de ce que l'on aime chez eux.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire