Victims of Deception

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Heathen (USA)
Nom de l'album Victims of Deception
Type Album
Date de parution 12 Avril 1991
Style MusicalThrash Bay Area
Membres possèdant cet album125

Tracklist

1. Hypnotized 08:35
2. Opiate of the Masses 07:50
3. Heathen's Song 09:27
4. Kill the King (Rainbow Cover) 03:35
5. Fear of the Unknown 07:08
6. Prisoners of Fate 06:21
7. Morbid Curiosity 06:28
8. Guitarmony 03:31
9. Mercy Is No Virtue 06:29
10. Timeless Cell of Prophecy 05:20
Total playing time 1:04:44

Chronique @ Nightwing

08 Juin 2010
Entrez, entrez mes enfants… Prenez place et sortez vos crayons! La leçon d'aujourd'hui portera sur un événement tout particulier dans l'histoire du Thrash metal: à savoir la sortie de l'album Victims of Deception en cette année 1991.
Alors que l'invasion Grunge des années 1990 faisait rage, Doug Piercy et Lee Altus armés de leurs guitares affutées, partirent en croisade en brandissant l'étendard de la Bay Area. Entrainés par les tambours de guerre de leur compagnon Darren Minter et portés par la voix de David White, nos valeureux soldats allaient livrer au monde un opus impressionnant de dextérité et de maîtrise, inspiré et passionné.

L'album se veut être un fabuleux mélange de compositions accrocheuses au possible, tantôt directes et efficaces, tantôt complexes et alambiquées; mais toujours placées sous le signe de la mélodie et de la fougue.
C'est sur un discours inquiétant, rappelant les plus grandes envolées lyriques des despotes de notre histoire que s'ouvre le bal. La dernière phrase de ces élucubrations délirantes vient s'écraser contre un mur de son, à la fois compact et aéré. Les premières notes de Hypnotized sonnent à nos oreilles friandes, nous gratifiant d'un Thrash direct, travaillé, rassurant et efficace. Mais ce n'est qu'à partir du deuxième morceau que le disque commence à révéler tout son potentiel et son inventivité. Opiate of the Masses nous propose un thrash d'école, accrocheur et inquiétant, dont la recette fait irrémédiablement mouche.
Les tueries speed/thrash, ponctuées de riffs déchainés s'enchaînent alors à un rythme effréné, ne nous laissant aucun répit. Fear of the Unknown, Morbid Curiosity, Mercy is no virtue sont autant de titres énergiques, portés par le timbre de voix résolument heavy de David White et les solis fantastiques d'Altus et Piercy.
Cette frénésie musicale se voit magistralement aérée avec le merveilleux Prisonners of fate, envolée musicale ponctuée d'arpèges harmonieux qui apaise nos esprits malmenés jusqu'alors.
Et que dire de Heathen's song? Ce morceau (composé en partie par Sanguinelli, le guitariste des funk/thrashers de Mordred) aux allures de véritable épopée; avec ses nombreux changements, ces rythmiques lourdes en mid-tempo entrecoupées par l'arpège principal et les accélérations furieuses sur lesquelles glisse un solo dantesque constitue inévitablement un des moments forts de ce Victims of Deception.

La production, sans être mauvaise aurait pu être grandement améliorée. Elle pourrait être comparée à la production tant décriée de And Justice for All, avec ses guitares exagérément mises en avant, le son de batterie un peu faiblard et un son de basse absolument inexistant (y'a-t-il d'ailleurs une seule ligne de basse sur ce disque????). On aime ou on n'aime pas. Pour ma part, ça ne gâche rien au plaisir que me procure l'écoute de ce disque.

Et en parlant de Metallica, certains reviendront sur l'influence qu'ont exercé les four horsemen sur les thrashers de Heathen. Personnellement je ne trouve pas de réel plagiat de Heathen sur Metallica.
Victims of Deception se veut être respectueux des normes et standards du speed/thrash traditionnel et c'est en cela qu'il sonne de manière très similaire aux classiques des années 80. Résolument ancré dans la tradition, cet album fait référence à tout ce qui fît la gloire du thrash durant la période dorée (et Metallica est indéniablement un des acteurs principaux de cette période).

Alors pourquoi, avec toutes ces qualités, Heathen n'a-t-il toujours fait partie que des seconds couteaux de ce mouvement? Et bien, il est clair que cet album est sorti avec un petit train de retard par rapport à son époque. La période noire des années 90 n'étant pas très propice au heavy/ thrash mélodique, il est normal de penser que ce Victims of Deception a eu du mal à creuser son trou.
Alors que Metallica atteint un certain apogée artistique (en termes de maturité et de son) avec son Black Album (qu'on aime ou pas…), Heathen semble un peu à la traîne avec cet album ancré dans les 80's et à la production plus qu'approximative. Ceci explique cela…

En conclusion, cet album d'une qualité rare ravira les oreilles des amoureux du thrash mélodique, fidèle aux 80's. Efficace, énergique, finement interprété; voilà un opus remarquable qui a définitivement sa place parmi les classiques.
Merci pour votre attention, vous pouvez vous lever en silence et quitter la classe! Devoirs à faire pour lundi: se repasser en boucle ce Victims of Deception jusqu'à destruction totale des tympans!

18/20

12 Commentaires

9 J'aime

Partager

 
spiritualhealing - 14 Avril 2012: putin j'ai découvert cet album il y a peu et j'ai été impressionné par laqualité de l'enregistrement, rien à dire c'est énorme tout est maitrisé au maximum (batterie solo riff), vraiment content d'avoir déniché ce groupe, décidément thrash by area c'est vraiment un label de qualité!^^
swit35 - 21 Septembre 2013: C'est carré en effet. mais après la claque du 1er album, l'attente est énorme. Ici on a affaire a un Speed Thrash mature entre Anthrax, Metallica période Master... c'est au moins équivalent. mais ça reste très classique... technique irréprochable... Lee Altus est vraiment un Maitre ès-Thrash
grogwy - 29 Mars 2016:

Juste un petit commentaire concernant le titre "heathen's song".
Ce morceau s'appelait auparavant tout simplement "heathen", était présent sur la démo "Pray for Death", et a, comme les autres titres de cette dernière, été réenregistré pendant les sessions de "Breaking the Silence".
Or si on retrouvera ce morceau sur la compilation "Speed Kills III", il sera tout simplement absent du vinyle (pas du cd par contre, mais nous sommes en 1987 et le vinyle n'a pas encore été détroné).
Ce fut tout simplement un véritable scannnnnnnnnndale !!!!!
Quant à cette nouvelle version de neuf minutes sur "Victims of Deception" comparez-là avec l'originale de six minutes, et vous comprendrez ma colère !
Y'a vraiment des coups de bâtons qui se perdent !

Eaque - 20 Septembre 2016: Le son de batterie est faiblard ?!!! Etrange comme remarque dans une chronique pourtant assez juste dans son ensemble...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire