Unravel

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gehenna (NOR)
Nom de l'album Unravel
Type Album
Date de parution 11 Octobre 2013
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1.
 The Decision
 05:04
2.
 Unravel
 04:46
3.
 Nothing Deserves Worship
 04:52
4.
 Nine Circle of Torture
 02:45
5.
 A Grave of Thoughts
 06:51
6.
 Lead to the Pyre
 04:33
7.
 End Ritual
 05:13
8.
 Death Enters
 06:36

Durée totale : 40:40


Chronique @ Fabien

20 Fevrier 2014

Nothing Deserves Worship

Respectivement atmosphérique, symphonique et death, le blackmetal créé par Sanrabb & Dolgar en 1993 sous l’entité Gehenna sera passé par bien des colorations aux grés des périodes, jusqu’à l’intraitable WW paru en 2005, un retour aux sources vers un blackmetal guerrier, totalitaire et sans compromis, guidés par la force de frappe de Frost****** (Satyricon), batteurs parmi les plus rapides & talentueux issus de Norvège. L’arrêt de la collaboration avec Moonfog Productions ayant cessé les réalisations, le retour de Dirge Rep entre 2006 et 12, sont ensuite les principaux évènements de huit années durant lesquelles le groupe aura été très discret, jusqu’à cet automne 2013 où il revient chez Indie Recording avec un nouvel album baptisé Unravel.

Si WW était un disque épuré et sans détour, martelant sur des thèmes annihilateurs & guerriers, Unravel est quant à lui une œuvre tout aussi noire où transpirent davantage de haine et de désespoir, bien que dans la forme le blackmetal de Gehenna soit ici tout aussi cru et terriblement froid. Les diverses illustrations moyenâgeuses, notamment la superbe peinture "The Triumph of Death" (Jan Swart van Groningen - 1530) en couverture, ou encore la représentation du Baphomet, sont autant d'éléments qui renvoient justement vers ces temps reculés & obscurs, et confirment cette dimension mystique, ce sentiment de mort et de damnation qui relie chacun des nouveaux morceaux.

Tout comme WW dont Unravel en porte l’esprit, exit les synthétiseurs des premiers albums ou encore les velléités deathmetal de Murder et d'Adimiron Black, au profit d’un blackmetal post-apocalyptique où plus aucune lumière ne se dégage. Les morceaux lents et oppressants (The Decision) côtoient d’autres plus rapides (Nine Circles of Torture), moments où la batterie entêtante de Slaktaren frappe inlassablement. Chaque titre reste dépouillé & toujours accrocheur, lié par la même noirceur et par ce riffing volontairement basique & répétitif, sans note majeure, afin de mieux absorber l’auditeur, tout comme Burzum et Darkthrone ont si bien su le faire durant leur période la plus sombre entre 1991 et 94.

Aspirateur d’âme, Unravel ne s’embarrasse d’aucune fioriture pour répandre la mort. Basse, batterie, guitares basiques et chant anthracite sont les seuls éléments nécessaires à Gehenna, dont le blackmetal a rarement été aussi haineux, pur et obsédant. Après 20 années de carrière, la bande de Stavanger livre aussi à travers son nouvel album un vibrant hommage à la scène revival black norvégienne, dans ce qu’elle recélait de plus sombre et de plus cru durant la première partie des années 90’s. Seul le Malin peut désormais prédire l’avenir d’un groupe au soleil si noir qu’il parait sans lendemain.

Fabien.

1 Commentaire

12 J'aime

Partager
Eaque - 14 Avril 2014: Tout à fait en accord avec cette description de tout dans dans cette chronique. Et j'ai personnelment beaucoup moins apprécié les deux albums bien orienté death, moi qui préfère pourtant ce style mais qui ne sied guère à Gehenna je trouve. Sinon rien à dire sur cet opus, bonne musique comme décrite dans la chro, superbe illustration et retour dans les abîmes d'une certaine époque...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire