The Vile Conception

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hour Of Penance
Nom de l'album The Vile Conception
Type Album
Date de parution 23 Fevrier 2008
Produit par Stefano Morabito
Enregistré à 16th Cellar Studios
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album126

Tracklist

1. Misconception 04:23
2. Liturgy of Deceivers 02:43
3. Hideously Conceived 03:25
4. Drowned in the Abyss of Ignorance 03:46
5. Absence of Truth 03:09
6. Slavery in a Deaf Decay 02:43
7. The Holy Betrayal 03:15
8. From Hate to Suffering 05:12
9. Conjuration Sworn 04:08
10. Hierarchy of the Fools 03:54
Total playing time 36:38

Chronique @ Fabien

09 Juin 2008
Tandis que la scène brutaldeath technique bombarde de toute part en ce premier semestre 2008, à l’image des redoutables missiles de Brain Drill, Origin, Hate Eternal, Decrepit Birth & Prostitute Disfigurement, l’Italie riposte avec Hour Of Penance, désormais au sein de l’incontournable l’écurie Unique Leader Records. Enregistré au 16th Cellar Studio sous la houlette de Stefano Morabito, The Vile Conception, troisième album de la formation, débarque en février, muni d’une superbe illustration du maître Par Olofsson.

Dès le premier titre, The Vile Conception impose une puissance de feu phénoménale, dominé par les blast beats et les roulements de Mauro Mercurio, soutenant les salves de riffs assassines de Giulio Moschini et le guttural pur de Franscesco Paoli. Depuis l’impitoyable Misconception jusqu’au terrible Hierarchy Of The Fools, Hour Of Penance assomme ainsi avec une brutalité manifeste, mais également avec une technique et une précision désarmantes. L'un des atouts de l'album provient en outre du growler Franscesco, placant idéalement son chant tout en variant habilement son débit.

Conservant majoritairement le pied au plancher durant ses 37 minutes, The Vile Conception n’a ainsi rien d’un album linéaire, possédant toujours l’atout lui permettant de rebondir, et de conserver ainsi une puissance et un équilibre étonnants. La multiplication des contretemps, le positionnement judicieux de breaks tranchants, l’alternance des soli de Francesco entre débauche de furie et intensité contrôlée, sont autant d’éléments contribuant à la richesse de l’album, au delà de sa brutalité excessive. Hour Of Penance agrémente parallèlement l'album de plusieurs outros, à l’instar de Drowned In The Abyss & From Hate To Suffering, épaississant considérablement les atmosphères de son album.

Débauche d’énergie pure, sombre et parfaitement maîtrisé, The Vile Conception s’impose parmi les bonnes surprises de cette année 2008, confirmant l’excellence de la scène brutaldeath technique actuelle. Ainsi, malgré la présence de nombreux plans trahissant des influences Krisiun, Hate Eternal & Morbid Angel encore marquées, le privant d'une pleine personnalité, Hour Of Penance dégage une puissance et une précision étonnantes, lui permettant de frapper juste et fort.

Fabien.

15 Commentaires

16 J'aime

Partager

Fabien - 07 Octobre 2009: Ah oui, grosse boulette ! La première mouture d'Onset of Putrefaction est effectivement parue chez Velvet. La license Willowtip (& Relapse) n'a eu lieu qu'a l'occasion de son réenregistrement partiel en 2004. Oups...

Quant à Hour of Penance, je préfère également A Vile Conception aux deux premiers albums, quoique Pageantry for Martyrs passe aussi très bien.

Et puis donc, dommage pour le concert de Fleshgod Apocalypse. Les bières devront attendre dans les fûts...

Cult of Death.
Fabien.
Fetus - 21 Janvier 2010: Je n'aurais pas dit mieux pour cet album.
albundy57 - 18 Fevrier 2011: Je ne connaissais HOUR OF PENANCE que de nom.
Au final après écoute, je suis sur le cul! Putain que de puissance et de brutalité!
Très bonne surprise,un groupe de qualité dans la lignée de KRISIUN (entre autres...).
Aeternam - 10 Mars 2011: Cet album sent la sueur, la brutalité, le mâle. Un vrai rouleau compresseur que vous repasserez de nombreuses fois tellement ce disque est excellent. Ces italiens frappent très fort !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BrutusBourrinus

06 Avril 2017

Impressionnante synthèse brutale et macabre de ce qui s'est fait de mieux ces dix dernières années dans le domaine

En seulement trois albums, les Italiens d'Hour of Penance sont devenus des monstres de technique et de brutalité, qui se sont donnés pour mission de défoncer le cerveau de l'auditeur. Il aura quand même fallu deux albums, de qualité croissante (merde, Pageantry for Martyrs c'était déjà pas destiné aux cardiaques!) pour qu'ils dépassent leurs influences évidentes, à savoir Hate Eternal, Nile et Cannibal Corpse (période Bloodthirst). Mais maintenant c'est bon, ils sont chauds, ils sont rôdés, ils veulent te casser la gueule !

A vrai dire, on est quand même sur le terrain de Hate Eternal sur cette galette. Mais ces influences sont mieux digérées et moins directement reconnaissables. Car oui, répétons le encore, Hour of Penance est un groupe qui pompe ce qui se fait de mieux en Brutal Death ricain. Mais ils le font magistralement bien, et cet album est la preuve qu'ils peuvent maintenant rivaliser avec leurs modèles. Toujours complexe, sans être non plus prise de tête, leur musique est constituée de chansons aux structures à tiroir et aux rythmiques épileptiques. Si on en est pas encore au niveau de Visceral Bleeding, il faut avouer qu'ils ont du mal à tenir leurs riffs pendant plus de quelques secondes. En contrepartie, le groupe nous gratifie d'une incroyable diversité de rythmes ultra-bourrins, parfois aérés par de rares mais efficaces lead de guitare mélodiques (parfois harmonisés à deux grattes) inspirés de Nile (Hideously Conceived, Slavery in a Deaf Decay). Le blast est omniprésent, tenace et puissant, et rares sont les ralentissements, qui sont généralement prétextes à un déferlement de brutalité dans l'instant qui suit, alors que les harmoniques artificielles sifflent dans tous les sens. Tout ici est pensé, construit et interpreté pour sonner Brutal et malsain à la fois, rappelant même parfois les géants Immolation (Drowned in the Abyss of Ignorance, la fin de Conjuration Sworn).

Oui, encore une fois, oui, c'est un album qui, pour le connaisseur, n'aura pas la moindre originalité. Mais la qualité est au rendez-vous. Techniquement, le groupe étale une maîtrise absolument écoeurante, illustrée par un batteur incroyable de vitesse et de variété, mais à la batterie triggée, sans que celà soit aussi dérangeant que dans beaucoup d'autres formations du même genre. Les guitaristes ne sont pas en reste, enchaînant les riffs comme une machine à laver les tours de tambour. Tout aussi impressionnant, le chanteur ne fatigue jamais, avec une voix gutturale parfaitement au point, puissante et vindicative. Cerise sur le gateau, la production n'est pas du tout synthétique, bien au contraire. On nage en pleines fréquences basses, au milieu d'un océan de saturation maximale. Crade mais bien produit, le son contribue énormément à l'omniprésente présence macabre de The Vile Conception.

Alors certes, on peut considérer qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Mais des albums de Brutal Death à ce point maîtrisés, bien composés, parfaitement exécutés, j'en boufferais tous les jours. Nous avons là une oeuvre qui place directement Hour of Penance dans le peloton de tête des groupes européens de Brutal Death, enfonçant une grande partie de la concurrence, et offrant une impressionnante synthèse brutale et macabre de ce qui s'est fait de mieux ces dix dernières années dans le domaine. Réservés aux bourrins, mais ceux-là risquent fort de se repasser The Vile Conception en boucle ; c'est qu'on finit par aimer se faire violenter.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

05 Juin 2016

Une démonstration magistrale...

La scène transalpine, soyons honnêtes, n'aura jamais été, outre quelques formidables exceptions, grande pourvoyeuse de représentants susceptibles de lui octroyer, au sein d'un milieu Death Metal aux multiples visages, un statut à l'importance essentielle. Incapable de véritablement prendre part au destin de cette mouvance extrême qu'est le Metal de la mort, elle se sera alors contenter des quelques exceptions déjà évoquées pour exprimer une influence certes minime, mais pas inintéressante, dans ce paysage délicieusement farouche.

Incarnant un certain renouveau de cette Italie quelque peu absente jusqu'alors, Hour Of Penance aura, dans un premier temps, marqué les esprits au son d'un encourageant Pageantry for Martyrs. Toutefois c'est avec ce nouvel effort, The Vile Conception, sortis en 2008, que le groupe ultramontain va tenter de confirmer, auprès d'une assemblée difficile, tout l'étendu de son talent.

Pratiquant un Death brutal et technique, duquel exhalent les relents divinement putrides de groupe tels que Krisiun, Hate Eternal, Morbid Angel ou encore, par exemple, Decrepit Birth, Francesco Paoli et le siens vont imposer, avec ce nouveau méfait, la vision belliqueuse, agressive, violente et exaltée d'une musique intense dont ils aimeraient qu'elle soit la plus singulière possible. Cependant la tâche qui consiste à se distinguer est complexe. Et ce d'autant plus qu'en cette ère féconde, d'autres, et non des moindres, ont déjà su convaincre un auditoire exigeants (Origin, Brain Drill, Hate Eternal mais aussi, par exemple, Prostitute Disfigurement).

Alors quels sont donc les atouts susceptibles de différencier Hour Of Penance de ces autres candidats prétendant au trône?

Il y a tout d'abord, bien évidemment, les aptitudes d'artistes aguerris.

Ainsi, s'agissant des capacités de musiciens expérimentés, impossible de ne pas évoquer, en premier lieu, les chants. Car, en effet, de sa voix si particulièrement efficace, Francesco Paoli, transcende un album en variant formidablement ces interventions.
Toutefois, poursuivant sur les chemins de ces louanges destinés aux acteurs responsables de cette exemplarité musicale, il nous faudra aussi parler des dispositions précieuses de ce guitariste, Giulio Moschini dont certaines mélodies, dont certains solos et dont certaines débauches furieuses sont tout simplement édifiantes. Il nous faudra encore, pour conclure ce chapitre, parler de ce batteur, Mauro Mercurio qui, alternant la férocité prompte maitrisée de passage délicieusement virulents à celle d'autres à la brutalité plus retenue, met incroyablement en relief le travail de ces comparses. Ainsi, de par leurs talents respectifs, ces artistes exhaussent formidablement le contenu d'un album remarquable.

Il y a ensuite, pour en revenir aux éléments capable de différencier ce groupe de la horde incommensurable de ses concurrents, les nuances que tentent d'imposer Hour Of Penance.

Ainsi il faut donc également ajouter, à l'énumération de cette liste non-exhaustive d'éléments de la musique de ces italiens susceptibles de nous séduire, la présence éclairé, en cette album, de ces breaks judicieux, celle aussi de ces changements succincts mais ô combien nécessaires ou encore, par exemple, celle de ces outros étoffant formidablement l'atmosphère dense d'une œuvre pourtant déjà admirablement accablante (Drowned In The Abyss of Ignorance mais aussi, par exemple, From Hate To Suffering et leurs superbes conclusions). Tant et si bien que ces diverses nuances permettent à ce The Vile Conception de ne pas laisser sombrer son auditoire dans l'excessive brutalité superbement acharnée qu'il nous offre essentiellement.

Car soyons clairs, ces variations ne sont que d'infimes respirations au sein d'exaltations aux cadences majoritairement infernales (les excellents Misconception, Liturgy of Deceivers, Hideously Conceived, mais aussi, par exemple Conjuration Sworn) et beaucoup verront, dans cette surabondance démesurée violente, l'expression d'une linéarité impuissante à créer de la nuance. Ceux-là, sourd à la subtilité, n'auront évidemment rien compris aux caractéristiques fondamentales de ce Death brutal et technique. Ceux-là ne pourront donc définitivement pas comprendre l'excellence d'une telle œuvre.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire