The Raging Tides

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Exumer
Nom de l'album The Raging Tides
Type Album
Date de parution 29 Janvier 2016
Style MusicalSpeed Thrash
Membres possèdant cet album41

Tracklist

1. The Raging Tides
2. Brand of Evil
3. Catatonic
4. Sacred Defence
5. Welcome to Hellfire
6. Sinister Souls
7. Shadow Walker
8. There Will Always Be Blood
9. Dark Reflections
10. Death Factory
Bonustracks
11. Forever My Queen (Pentagram Cover)
12. Hostage to Heaven (Grip Inc. Cover)

Chronique @ LeMoustre

25 Décembre 2015

Rising From the Fire

Comme nombre de ses compatriotes (Assassin, Vendetta, par exemple), Exumer a émergé au milieu des années 80, avec deux albums fort réussis (Possessed by Fire, aux délicieux parfums Exodus, et le sous-estimé Rising from the Sea, aux accents Slayer plus prononcés) avant de splitter. Le leader du groupe, Mem Von Stein (chant) a bien tenté via The Sun Descends un come back sous la bannière du thrash, sans succès (logique, vu la qualité plutôt limitée du projet), et ce n'est qu'en 2012, avec l'album du come-back, (Fire and Damnation, plutôt sympathique et efficace) qu'Exumer a refait réellement parler de lui. Profitant de cet intérêt pour faire enfin un concert en France (au Fall of Summer, en 2014), Exumer, avec toujours le fidèle Ray Mensch aux guitares, s'est rapidement attelé à la composition d'un nouveau disque faisant référence à son second album par son titre, The Raging Tides (les marées déchaînées).

Dès l'éponyme ouvrant l'album, la patte de Slayer est immédiatement identifiable. Couplée à un riff introductif renvoyant à un "Blackened" accéléré de Metallica, l'ouverture fait craindre un plagiat éhonté des maîtres du genre. Pas mauvais en soi, pêchu et dynamique, mais tellement entendu. Heureusement "Brand of Evil" qui lui succède renoue avec le Exumer de Possessed by Fire, à l'instar de nombreux autres morceaux du disque ("Welcome to Hellfire", "There Always Will Be Blood"). L'écoute des dix titres de cette galette (plus deux reprises de Grip Inc. et Pentagram en bonus), est fort agréable tant les riffs démarrant chaque morceau sont incisifs, et le tempo global rapide (seul l'entraînant "Shadow Walker" au refrain scandé, ou encore plus "Catatonic", plus heavy, ralentissent judicieusement ce déchaînement thrash et permettent une variété bienvenue). Assez similaire à son prédécesseur Fire and Damnation dans le rendu final, quoique plus homogène, l'album ne contient heureusement plus de titres déterrés du passé pour combler et les dix compositions (nombre idéal), parsemées de soli vifs et néanmoins mélodiques, sentent bon l'époque bénie du thrash allemand.

N'attendons rien de plus d'Exumer que ce qu'il sait faire : un thrash Slayerien en diable, agrémenté des vocalises de Von Stein, reconnaissables entre mille, donnant sa spécificité aux compositions des Allemands. L'album est rapide, vif, doté de refrains entrainants, et à la production un poil plus rêche (W. Sorychta toujours aux manettes) que celle de Fire and Damnation, ce qui lui sied bien. The Raging Tides ne tombe pas dans le piège dans lequel Necronomicon s'est récemment fourvoyé, à savoir se dénaturer lui-même. Fidèle à ses premiers pas (Possessed by Fire n'est jamais très loin au détour de certains riffs/breaks comme en témoigne un furieux "Sinister Souls" ou "Shadow Walker"), ce nouvel album ne brille pas par sa complexité, et les compositions sont assez simples dans leur mise en œuvre, mais efficaces, un peu semblables à ce que Sodom propose depuis les années 2000. Les deux reprises, bien troussées, font figure de digestif à l'avenant ("Hostage to Heaven" semble une composition made in Exumer tant elle s'insère dans le répertoire des Allemands facilement) et complètent ce tableau.

Honnête, sans réelle surprise, mais aussi sans la folie qui caractérisait tant les deux premiers albums en dépit de quelques bombes citées ci-dessus, Exumer sort en ce début d'année un album fidèle à ses racines, aux rythmes effrénés le plus souvent, et doté de bons titres qui verront le thrasher considérer cette sortie avec intérêt. De là à en faire un album de chevet, le pas est assez grand. Exumer, s'il reste fidèle à la manière de composer qui a fait le succès de son premier album, s'il voue toujours un culte aux maîtres outre-Atlantique, et s'il utilise toujours sa mascotte masquée, n'a pas ici sorti un album référentiel, faute à une certaine répétitivité, et un constat mitigé sur certains riffs interchangeables, dont ne souffraient pas les deux premiers disques. Cela ne lui permettra sans doute pas de sortir de la masse grouillante de la scène thrash des années 2010, mais aura le mérite de maintenir un groupe fort sympathique sous les feux de l'actualité.

7 Commentaires

6 J'aime

Partager

MCGRE - 25 Décembre 2015: ouai bonne analyse Jérôme comme d'hab , il est vrai que les deux premiers sont vraiment culte mais j’ai beaucoup pris mon pied avec Fire and Damnation donc je pense me délecté bientôt de cet album,merci.
tormentor - 26 Décembre 2015: Je vois que je suis à la traine! Exumer étant le groupe de thrash allemand de référence pour moi! Les 2 premier albums sont des disques de chevet, alors là je ne te comprends pas Rachel que tu puisses passé à côté de ce groupe mythique non pas toi...? Mais fonces ma chère!
Et toi Jerome tu me donne trop envie avec ta chronique! Je n'en peut plus d'attendre sa sortie! Je suis un fan inconditionnel à 100%. Si ta chro est comme le skeud alors c'est une tuerie! Vivement!
@Rachel tu peux aller voir ma chro sur Fire and damnation car Greg a raison, ce skeud est super aussi. Moi c'est possessed by fire qui me botte le cul le plus et qui m'emmène dans un état de trans!
Thrash'em all!!!
LeMoustre - 26 Décembre 2015: Les inconditionnels de Fire and Damnation ne seront aucunement dépaysés.
tormentor - 26 Décembre 2015: Tant mieux c'est ce qu'on souhaite une belle suite logique à fire and damnation génial!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire