Rising from the Sea

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Exumer
Nom de l'album Rising from the Sea
Type Album
Date de parution Septembre 1987
Style MusicalSpeed Thrash
Membres possèdant cet album86

Tracklist

Re-Issue in 2001 by High Vaultage and Rock Hard with 3 bonustracks.
1. Winds of Death 04:14
2. Rising from the Sea 05:25
3. Decimation 02:41
4. The First Supper 04:51
5. Unearthed 05:12
6. Shadows of the Past 04:26
7. Are You Deaf ? 02:07
8. I Dare You 03:46
9. Ascension Day 03:12
Bonustracks (Re-Issue 2001)
10. Whips & Chains (Demo Version)
11. Lil Ol' Me (Demo Version)
12. Time Out (Demo Version)
Total playing time 35:54

Commentaire @ LeMoustre

22 Avril 2013

Vous aimez Slayer ? Si oui, foncez !

Exumer, groupe récemment reformé avec "Fire And damnation" sorti récemment, nous a gratifié de deux albums dans les 80's. Si leur premier album renifle le Exodus à plein nez, c'est ici plutôt du côté de Jeff Hannemann et son gang que nos Allemands vont chercher l'inspiration.

L'avertissement situé en intro, s'il est assez original (ça nous change d'une intro acoustique), n'est pas moins justifié. Dès les premières mesures de "Winds Of Death", on se croirait écouter Tom Araya et consorts, période 1985-86. Riffs implacables, voix déchirée, batterie virevoltante, vraiment la similitude est frappante. C'est d'ailleurs le cas sur beaucoup de compositions du disque, tout au long de l'album (je pourrais en citer une demi-douzaine, mais je vous invite plutôt à vous plonger dans l'album pour une idée plus précise). Du boulot tout sauf original, mais bien exécuté, pêchu et qui file la banane.

Là où cela devient intéressant, c'est lorsque les allemands dépassent cette influence par très (trop diront certains) marquée. Le terrible "Are You Deaf ?" par exemple lorgne vers S.O.D., le début de "Unearthed" est heavy à souhait, et "Decimation" fait très Nuclear Assault dans l'esprit, avec un petit excès de vitesse qui ferait perdre facilement 6 points au permis de conduire. Ces titres, judicieusement intercalés entre les salves plus classiques (entendre à la Slayer), fait respirer l'album fort à propos.

Le son, quant à lui, est vintage dans le bon sens du terme, avec toutefois une section rythmique très en avant, qui confère un charme certain à l'ouvrage. Paul ARAKARI, avec son t-shirt Slayer, est très à son aise dans le registre thrash à la Araya, jusque dans les cris de possédé, et un phrasé rapide, qui peut rappeler le premier Pestilence. Bref, on s'y croit vraiment. Les différents morceaux de bravoure "Shadows Of The Past", "Ascension Day", justifient l'écoute amplement.

Pas original pour un sou, mais on ne peut plus excellent dans le côté défouloir !






0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire