The Mastery

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Accuser
Nom de l'album The Mastery
Type Album
Date de parution 26 Janvier 2018
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album8

Tracklist

1.
 Mission: Missile
 
2.
 The Real World
 
3.
 Solace in Sorrow
 
4.
 Time for Silence
 
5.
 My Skin
 
6.
 Catacombs
 
7.
 Mourning
 
8.
 Ruthless
 
9.
 Into the Black
 
10.
 The Mastery
 

Acheter cet album

Accuser


Chronique @ LeMoustre

09 Janvier 2018

Double Dependent

La carrière d'Accuser est scindée en deux parties. La première présente un groupe de speed/thrash allemand plus ou moins technique apparu dans la seconde moitié des 80's (Who Dominates Who en point d'orgue, voire Double Talk à un degré moindre) s'étant orienté vers le thrash groovy jusqu'en 1995, suivant au début des 90's la tendance du moment inspirée par des groupes comme Sepultura ou Pantera. Puis, la seconde dès le tout début des années 2010, avec un des membres historiques Frank Thoms (guitares, chant) qui prit les rênes du navire et proposa un thrash plutôt moderne, à la Testament pour situer le propos général, dont notamment on retiendra le pêchu Diabolic de 2013. Pour son 13ème album (si l'on compte le mini-album Experimental Errors de 1988), le groupe Teuton enfonce le clou avec The Mastery, disponible dès la fin janvier chez Metal Blade, en CD et plusieurs formats LP, dont trois éditions limitées en vinyle uniquement disponibles auprès du label, en quelques dizaines d'exemplaires seulement (avis aux collectionneurs).

Si "Mission Missile", présenté en ouverture et en single vidéo laisse augurer d'un album rapide et dynamique, porté par une succession de plans groovy réussis, Accuser ne néglige pas son héritage de la fin des 80's, début 90's avec rythmiques saccadées ("The Real World", "Solace In Sorrow", "Ruthless") et caractéristiques du sens du rythme de Thoms, aidé par une section rythmique au poil tout au long des dix titres que composent The Mastery. Les compositions deviennent ainsi (un peu) plus personnelles, massives et à l'impact rythmique certain. Les guitaristes font étalage de leur savoir-faire ("Solace In Sorrow") et Accuser ne peut en aucun cas être traité de groupe revival old school avec un style qui n'est pas sans rappeler parfois le No Return de Steeve Petit ("Time For Silence" qui s'élève à partir de 4'00" après un début poussif) sans transcender le genre toutefois. Appliqués, proposant des compositions qui s'emballent souvent sur leur seconde moitié, les Allemands sortent le grand jeu sur les soli ("My Skin", "Ruthless") et plaquent leurs accords typiques avec sérieux, groove et énergie.

Sans doute moins porté par les accointances trop voyantes avec Testament que sur Dependent Domination ou Diabolic, Accuser ne s'éloigne pas trop de l'ombre du groupe d'Oakland aidé en cela par l'organe de Thoms, parfois proche de celui de Billy ("My Skin" ou le rapide "Catacombs" surtout). Les fans de Soulfly ou du Sepultura post-1992 aimeront également découvrir Accuser avec ce disque ("Mourning"). Les refrains sont réussis, les riffs tapageurs ("Into the Black") et induisent un album plaisant à l'écoute, à défaut d'être réellement marquant. Restent quand même des relents Slayer sur le final "The Mastery", avec son petit riff typique des californiens (à 3'25") précédant un solo de toute beauté et un final punchy pour une conclusion en forme de plaquage net et sans bavure.

Le groupe allemand n'ayant pas vraiment remporté le succès escompté lors de sa première partie de carrière, faute à un style par trop suiveur, un peu à l'instar de nos No Return nationaux (sans le côté death) à la même période, Assisterait-on à un revival 90's avec The Mastery ? En tous cas le thrash groovy d'Accuser possède les atouts nécessaires pour séduire les inconditionnels de cette vague à son apogée lors de cette décennie. Moins furieux que sur Diabolic, Accuser pose un album puissant et sans réelle faiblesse. Dépendant toutefois de l'intérêt du public pour un genre pas vraiment typique du revival thrash qui sévit depuis pas mal d'années, et sans avoir jamais été sous les feux des projecteurs dans les années 90, Accuser sait probablement que son heure est passée mais délivre ici un album finalement fort appréciable et doté de titres percutants dans son contenu.

3 Commentaires

9 J'aime

Partager
tormentor - 10 Janvier 2018:

Ce skeud ne m'as pas l'air d'être fameux. Ça m'emballe pas pour l'instant. J'approfondirai tout de même. Mais je reste perplexe

JeanEdernDesecrator - 13 Janvier 2018:

ça me rappelle un peu Sepultura époque Arise, mélangé a du Exodus et une lichette de Thrash allemand....

 

metallionel - 07 Fevrier 2018:

pour moi bon album

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire