The Imaginary Direction of Time

Liste des groupes Metal Atmosphérique Winds (NOR) The Imaginary Direction of Time
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Winds (NOR)
Nom de l'album The Imaginary Direction of Time
Type Album
Date de parution Mai 2004
Style MusicalMetal Atmosphérique
Membres possèdant cet album33

Tracklist

1. What Is Beauty
2. Sounds Like Desolation
3. Theory of Relativity
4. Visions of Perfection
5. The Fireworks of Genesis
6. Under the Stars
7. A Moment for Reflection
8. Time Without End
9. The Final End
10. Beyond Fate
11. Silence in Despair
12. Infinity

Chronique @ WarMetal

20 Décembre 2005
Winds, voilà à mon sens le projet le plus intéressant parmi ceux ayant vu le jour au cours du nouveau millénaire, avec deux membres déjà assez connus sur la scène norvégienne, à savoir : Jan Axel von Blomberg (Hellhammer), qui n'est plus à présenter, et Carl August Tidemann, connu pour ses participations impressionnantes à "Aspera Hiems Symfonia" et "La Masquerade Infernale" (eh oui, c'est à lui qu'on doit des solos aussi inspirés que celui de "Fall of Men").

Winds nous propose de la musique classique jouée aux violons, au piano et à la guitare, sans oublier le violoncelle électrique à la Apocalyptica qui donne un rythme metal à l'ensemble.

Andy Winter, le principal compositeur du groupe (avec August), est un pianiste vraiment talentueux, fortement influencé par les pianistes du 19ème siècle avec à leur tête le grand maître russe Rachmaninov (voir le Outro Predominance de l'album précédent qui est une reprise de Rachmaninov). Andy développe un jeu assez technique avec des mélodies très recherchés et une touche de romantisme très inspirée. Les violons (composés également par Andy Winter) nous proposent des mélodies lentes et parfois mélancoliques qui ont aussi l'air d'être inspirées du classique du 19ème siècle (notamment Greig). Le mariage entre le piano et les violons est donc parfait et la cerise sur le gâteau c'est bien la guitare de August qui constitue un élément indispensable dans la variété des compositions. La guitare ajoute une touche d'espoir à des compositions qui se veulent romantiques et assez mélancoliques. August s'inspire plutôt de compositeurs comme Mozart et Paganini pour nous offrir des riffs mélodiques assez rapides dans un registre très gai et joyeux. Quant aux solos, c'est parfois du néo classique assez proche de Malmsteen, et pour d'autres, c'est le style développé par August avec Arcturus sur "La Masquerade Infernale" et c'est toujours de la grande inspiration !

Le seul point noir qu'on peut évoquer ici c'est la voix de Lars Eric Si qui n'a rien de génial ni de particulier. Personnellement, j'aurais tellement aimé que ça soit Simen Hestnaes au chant.

Hellhammer est toujours égal à lui-même et se sert bien de son jeu de symbal impressionnant !

Bref, c'est de la grande inspiration et c'est un groupe très prometteur. Un album à posséder si vous êtes fan de la scène norvégienne et de la musique classique de la fin du 19ème siècle.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
Fabien - 15 Novembre 2007: Je considère également Winds comme l’un des meilleurs groupes de la scène métal progressive norvégienne. L’approche de cette formation est vraiment originale, puisqu’elle structure sa musique autour des partitions au piano d’Andy Winter, à l’instar du travail de Sverd pour Arcturus.

La seule chose me chagrinant sur les somptueux Reflections & Imaginery, c’est cette magie présente sur le mini LP Entity, que je n’ai pas ressentie sur les deux réalisations suivantes, hormis sur le magistral titre Theory Of Relativity.

Au delà, la présence d’un quatuor à cordes sur Imaginery apporte une richesse considérable à l’ensemble, montrant tout le potentiel créatif du très grand Andy Winter.

Je suis également un poil déçu par le chant de Lars Eric, manquant d’un je ne sais quoi, qu’il avait pourtant décroché sur Entity And Mind.

Enfin, si cela t’intéresse, Andy Winter a également composé un mini LP sous le nom simple d’Andy Winter, uniquement composé d’un seul morceau au piano de 15 minutes : mais quel morceau !

Pour finir, je ne te fais pas l’affront de te présenter Age Of Silence (encore un projet d’Andy Winter), un brin plus décalé. Tu connais forcément leur somptueux Acceleration sorti en 2004, ainsi que leur MCD Complications.

Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire