The Dark

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Metal Church
Nom de l'album The Dark
Type Album
Date de parution 02 Décembre 1986
Style MusicalHeavy Thrash
Membres possèdant cet album254

Tracklist

1. Ton of Bricks 03:00
2. Start the Fire 03:50
3. Method to Your Madness 04:52
4. Watch the Children Pray 05:57
5. Over My Dead Body 03:26
6. The Dark 04:11
7. Psycho 03:32
8. Line of Death 04:42
9. Burial at Sea 04:58
10. Western Alliance 03:18
Total playing time 41:46

Chronique @ ZazPanzer

31 Octobre 2011

Petit plaisir du soir...

Carpe Diem.

Un principe de vie décliné à l'infini et sous diverses formes depuis l'Antiquité, mais que je ne découvris et fis mien qu'en janvier 1990, secoué comme tous les adolescents de ma génération par le suicide de Neil Perry dans "Le cercle des poètes disparus", brillant film de Peter Weir, véritable hymne à la Liberté, qu'il est si bon de revoir à l'heure où la Pensée Unique menace et où l'abrutissement de masse se propage de façon indécente chez des jeunes déculturés et privés de tout réflexe d'auto-questionnement.

Cueillir au jour le jour les roses de la vie est un acte inné chez les enfants. Rappelez-vous ces petits moments si insignifiants mais finalement marquants, comme l'ouverture des pots de colle Cléopâtre parfumés à l'amande dans lequel nous ne pouvions nous empêcher de plonger le nez pour nous faire des fix innocents, ou bien encore cette précieuse pièce de deux francs que l'on tenait serrée au fond de sa poche à la sortie de la piscine, sachant avec une conviction inébranlable qu'elle allait dans les minutes suivantes se transformer via le distributeur en un paquet de fraises Kysmache, récompense ultime après l'éprouvante séance d'une demi-heure de sauts bruyants et désordonnés dans le petit bassin.

L'adulte, plongé dans les tourments de ses responsabilités pesantes, peine parfois à remplacer ces fragiles instants de bonheur quotidien, qui pourtant ne manquent pas mais auxquels nous n'accordons peut-être plus l'importance qu'ils méritent... Prend-t-on toujours le temps de savourer ces alternatives aux crocodiles et bananes Haribo que peuvent représenter le sourire fugace de sa femme prête à partir au travail, maquillée et sexy ? L'affirmation, confiante et ferme, d'un fils de sept ans : "Papa, c'est Motörhead !" alors que se font entendre les premiers accords de "(We Are) The Road Crew" ? Cette cigarette irremplaçable partagée entre collègues ayant échappé au syndrome de la rentrée-dans-le-rang-des-trentenaires-désormais-responsables caractérisé entre autres par un anti-tabagisme agressif ? Cette chaleur apaisante dégagée par le second verre de vodka-pamplemousse ? Et bien évidemment l'écoute égoïste et personnelle d'un disque fraichement acquis, ou ressorti de sa collection après une hésitation interminable devant son mur de CDs ?

"The Dark" de Metal Church fait justement partie de ces albums "petit plaisir du soir" qu'on se retrouve inconsciemment à sortir de l'étagère bien plus souvent qu'à son tour, et ce malgré un artwork aussi cheap qu'affligeant digne d'une affiche cinéma de série B et une photo du groupe désolante, présentant notamment un Kurdt Vanderhoof version "j'ai 11 ans et une coupe au bol", un Duke Erickson au regard vitreux affublé de bandanas pour le moins tendancieux, et un David Wayne évoquant Val Kilmer qui aurait troqué sa poignante incarnation de Jim Morrison pour un costume de Michel Polnareff. Une faute esthétique impardonnable pour tous les fans du premier album à la plastique irréprochable sur lequel un simple coup d'œil suffit encore à nous plonger dans son ambiance sombre et malsaine. Force est d'avouer que concernant "The Dark", les deux malheureux points rouges censés représenter les yeux de la Bête qui nous attend dans la cabane de jardin de Kurdt prêtent à sourire, et qu'on imagine plus ce monstre sous les traits de Gizmo que de Samara (The Ring). Et ne parlons même pas du pitoyable paillasson, photoshopé "Welcome" avec les moyens de l'époque, qui rajoute une couche de kitsch au tableau qui n'en avait pourtant pas besoin !

Mais soyons indulgents, et revenons en 1980. Nous somme à San Francisco, et quatre individus à l'allure louche, encombrés de vinyles, de housses de guitare et de packs de bières, se dirigent d'un pas décidé vers un immeuble décrépi. Parmi eux, un certain Lars Ulrich. La bande de potes vient quotidiennement squatter l'appart' d'un dénommé Kurdt Vanderhoof, guitariste de son état, pour y répéter et écouter à un volume inconvenant les sorties Heavy Metal récentes importées d'Europe. Chemin faisant, l'alcool aidant, les blagues fusent. "Encore quelques yards et nous pourrons nous prosterner sur l'autel du Heavy Metal" lance l'un des jeunes hardos en ponctuant sa phrase d'un rot bien sonore. "Ouais mec, chez Kurdt, c'est l'Église du Metal" lui répond son collègue en allumant une clope...Les semaines passent et le petit studio conserve le surnom de "Metal Church". Vanderhoof, qui n'a toujours pas de patronyme pour le groupe qu'il est venu fonder en Californie décide de lui attribuer ce nom qui, finalement, sonne bien. Metal Church vient de voir le jour.

Cependant, en 1981, Lars part tenter sa chance à Los Angeles, et Kurdt, dont le projet tourne en rond, décide de rentrer chez lui, dans son Nord natal, à deux heures de Seattle, plus précisément à Aberdeen, petite ville connue pour être le lieu de naissance d'un autre Kurt. Il y fonde rapidement un nouveau combo du nom de Shrapnel avec d'anciens potes du lycée : Craig Wells à la seconde guitare, Duke Erickson à la basse, Kirk Arrington derrière les fûts et, Mike Murphy, rapidement remplacé par David Wayne, au micro. Il faudra attendre 1983 pour que Shrapnel redevienne Metal Church, qui donnera son premier concert sous ce nom le 4 mai 1984 au D&R Theater d'Aberdeen.

Après des années de galère, le groupe acquiert en quelques mois une stature internationale et réussit à vendre 70 000 copies de son légendaire debut-album pressé sur le label indépendant Ground Zero. La légende veut que les amis Hetfield et Ulrich aient négocié en 1985 le contrat liant Metal Church à leur maison de disques Elektra pour la réédition de ce premier full-length. Le groupe part en tournée durant toute l'année 1985, ouvrant pour Metallica en pleine conquête du monde. L'avenir sourit enfin à Kurdt.

"The Dark" sort le 2 décembre 1986 dans deux contextes différents. Le premier, dramatique, est celui du décès de Cliff Burton (27 septembre 1986) à qui l'album est bien évidemment dédié. Le second est celui de l'explosion médiatique de la musique extrême. "The Dark" succède en effet chronologiquement à "Master of Puppets" sorti en mars, "Peace Sells..." sorti en juillet, et "Reign in Blood" sorti en octobre. Tous ces disques seront des succès commerciaux, et ce second Metal Church marchera également fort, se classant 92ème dans le Billboard et bénéficiant d'une diffusion régulière du clip "Watch the Children Pray" sur MTV.

Le style du groupe a cependant évolué. L'ambiance "Evil" du précédent album qui rappelait souvent Mercyful Fate a disparu, laissant place à un Thrash teinté de Heavy Metal, moins crade, mais toujours aussi enthousiasmant. Bien que Terry Date soit toujours crédité en tant qu'ingé son, la production a cette fois été confiée à Mark Dodson (futur Anthrax, Suicidal Tendencies, Infectious Grooves), et se caractérise par un son plus lisse, plus propre et particulièrement puissant. Sans surprise, c'est la batterie de Kirk qui est mise à l'honneur et l'auditeur en fait les frais dès le premier titre qui porte bien son nom. Punaise, quel morceau ! C'est bien une tonne de briques qu'on se prend dans la gueule à l'écoute de ce missile au refrain imparable "Hear the time bombs begin to click / I'll hit you like a ton of bricks". Et on n'a pas le temps de s'en remettre que "Start the Fire", up-tempo ravageur déboule dans nos oreilles. Ah, si l'album entier avait été à la hauteur de ces deux merveilles !

Mais si le disque regorge de très bons morceaux comme le furieux "Over my Dead Body" traitant de l'accoutumance à la drogue dure, le surprenant "Method to your Madness" souvenirs de guerre de David, ancien médecin militaire, ou bien le magistral "Line of Death", d'autres titres, sans être vraiment mauvais, restent relativement anecdotiques, à l'instar de "The Dark" dans lequel la voix de Wayne poussée à son paroxysme devient presque pénible, ou de "Psycho" dont on ne retient rien malgré des centaines d'écoutes, la ligne de chant ne contrebalançant pas assez le riffing pourtant terrible. On pourra également citer la ballade "Watch the Children Pray", qui, tout en restant sympathique, surfe peut-être un peu trop sur l'enthousiasme suscité à l'époque par "Fade to Black"...

"The Dark" est donc un bon album parmi tant d'autres, de fort bonne facture sans pour autant être un chef d'œuvre, qui a le pouvoir de transformer votre journée harassante en une bonne soirée, tranquillement calé dans votre fauteuil à deux mètres en face de vos puissantes enceintes. Si en plus, il vous arrache un sourire grâce à sa cover hilarante, que demander de plus ?

Sachons profiter de ces petits plaisirs avant de crever, peut-être demain. Et c'est en pensant au regretté David Wayne (01/01/1958- 10/05/2005), victime d'un accident de la route, que je relis ces lignes de Walt WHitman, découvertes dans "Le Cercle des Poètes Disparus" :

O Captain! My Captain!

O Captain! My Captain! Our fearful trip is done;
The ship has weather'd every rack, the prize we sought is won;
The port is near, the bells I hear, the people all exulting,
While follow eyes the steady keel, the vessel grim and daring
But O heart! Heart! Heart!
O the bleeding drops of red,
Where on the deck my Captain lies,
Fallen cold and dead.

34 Commentaires

18 J'aime

Partager

samolice - 13 Fevrier 2016:

Ah cette chro Zaz, toujours aussi surprenante et agréable à la relecture.
D'entrée "Tons of brick" explose tout je trouve. C'est vrai que ça sent parfois un peu (trop) l'influence de Metallica mais les compos sont quand même hyper bien chiadées. Ok avec toi sur le fait qu'il est dommage que le groupe ait placé les 2 bombes de l'album d'entrée. Du coup la suite nous laisse un peu sur notre faim.

grogwy - 20 Septembre 2018:

Il y a un groupe californien nommé Griffin qui a sorti en 1984 "Flight Of The Griffin" et en 1986 "Protectors Of The Lair", deux très bons albums de Heavy/Speed Metal.Cette formation peu connue comptait dans ses rangs William McKay (chant) et Rick Wagner (batterie), deux membres du tout premier line-up de Metal Church (quand celui-ci était basé à San Francisco).

 

ZazPanzer - 22 Septembre 2018:

Merci Growgy pour ces précisions très intéressantes, comme toujours. J'avais récupéré via tapetrade il y a une vingtaine d'années une cassette avec les deux albums que tu cites, un sur chaque face, mais à l'époque j'ignorais le lien avec Metal Church et ce groupe ne m'avait absolument pas marqué. J'ai effacé la cassette ou je l'ai fait suivre à quelqu'un d'autre. Je vais donc me récupérer ces opus, surtout que je viens par hasard de tomber à nouveau sur une recommandation : sur l'album "Circle The Wagons" de Darkthrone (2010), Fenriz cite "Protectors Of The Lair" dans sa liste de must-have albums à la fin du booklet, une idée excellente par ailleurs.

mechant - 08 Avril 2019:

trouvé en vinyl en occase à versailles, je me suis régalé à ecouter cet album d'une epoque pas si lointaine mais au combien riches en excellentes formations...

bien que different du premier, cet album est tout aussi excellent , peut etre plus facile d'accés ...il y a un je ne sais quoi qui fait que le 1° est plus riche ou plus diversifié...

en tout cas cette galette est fort appréciable comme une bonne biere !

 

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

28 Mai 2016

Deuxième chapitre fondateur...

De nos jours, la communauté néophyte, souvent prompte à s'émerveiller face aux nouvelles prouesses de certaines formations, ignorent les fondements essentiels des genres auxquelles s'adonnent ces nouveaux acteurs. Il n'est alors pas rare que ces adeptes récemment convertis encensent des divinités factices. Ils arrivent même que ces défenseurs acharnés de la nouveauté réécrivent les versets d'une bible pourtant déjà écrite. Ignorant le passé fondateur, dans un révisionnisme bon enfant mais primaire, ces novices incultes finissent par s'approprier des codes référents et par affirmer qu'ils sont l’œuvre de leurs Dieux et non plus de ceux qui les ont effectivement dictés.

Bien évidemment, nul besoin d'accabler ces partisans aveugles, et le seul fait de remettre certaines vérités au centre des débats suffit souvent à rétablir la réalité concrète.

Entendons nous bien, il n'est pas du ressort de votre modeste obligé d'affirmer de manière péremptoire et condescendante que la connaissance historique exhaustive de l'art concerné est nécessaire pour apprécier, à juste titre ou non, une œuvre. En revanche le savoir, lorsqu'on décide de faire certaines affirmations factuelles et objectives, est indispensable. En somme, tout à chacun est libre d'aimer ce qu'il veut, mais pour comprendre et affirmer, il faut apprendre.

Mais revenons donc au sujet qui nous occupe ici. Parlons enfin de Metal Church. Pour débuter l'analyse parlons donc du milieu de ces années 80 et disons que la frontière ténu entre le Speed Thrash Metal et le Heavy Metal subsiste encore mais qu'après son premier manifeste, les Américains de Metal Church ont déjà fait évoluer le genre et redéfinis certaines limites musicales.

Lorsque sort leur deuxième opus, cette volonté de continuer de bousculer les frontières demeure encore prégnante. Et même davantage encore puisque Metal Church ici, bien plus que des relents, axe son propos sur une musicalité clairement Heavy Metal donnant ainsi naissance à une œuvre magistrale. Ce nouvel effort est, de surcroit, affublé d'une production moins anémique et granuleuse, ainsi que d'atmosphères moins diaboliques et malsaines, que celles de son prédécesseur.

Une des autres vertus de cette œuvre réside dans ces chants Thrash, éraillés et ultra-aigus (en une sorte d'union improbable entre Udo Dirkschneider (ex-Accept, Udo), Chris Boltendahl (Grave Digger) et Bobby Ellsworth (Overkill) en somme), avec lesquelles David Wayne sublime des morceaux qui, en réalité, n'en avaient pas vraiment besoin. Le vocaliste, malgré les qualités évidentes des titres de cet opus, en demeure une des attractions notoires.

Fort de toutes les valeurs décrites l'album nous offre des moments de purs plaisirs (Tons of Brick, l'excellent Start the Fire, la ballade Watch the Children Play dans laquelle David Wayne démontre toute l'étendue de sa force de convictions. Citons encore The Dark, le furieux et délicieux Psycho, ou encore, par exemple, le véloce et sympathique Western Alliance).

The Dark, ainsi que son prédécesseur, sont donc des pièces indiscutablement fondatrices. En quelques sortes genèse d'un Heavy Thrash Metal dont, aujourd'hui, Nevermore, Symphorce, Iced Earth et autres Brainstorm sont, en quelques sortes, d'illustres légataires, ou tout au moins les terribles enfants spirituels lointainement inspirés. Ces opus sont indiscutablement de ceux indispensables pour saisir certaines des subtilités historiques de l'évolution du style en question. Ils sont aussi, malheureusement, de ceux que les oublieux imbéciles négligent sans aucune forme de scrupules.

4 Commentaires

1 J'aime

Partager
frozenheart - 28 Mai 2016: Merci pour ta chro darko, c'est sans commentaires tellement que cet album est bon. Par contre tu as du oublié une lettre au début à "Adeptes", il manque le A.;-)
dark_omens - 28 Mai 2016: Je crois que mon clavier commence à être fatigué...

Merci d'avoir relevé...je m'en vais de ce pas corriger...
dark_omens - 28 Mai 2016: En fait j'ai oublié un bout en copiant/collant...
frozenheart - 28 Mai 2016: Un gros bout même!^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire