Metal Church

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Metal Church
Nom de l'album Metal Church
Type Album
Date de parution 1984
Produit par Terry Date
Style MusicalHeavy Thrash
Membres possèdant cet album318

Tracklist

1. Beyond the Black 06:20
2. Metal Church 05:03
3. Merciless Onslaught 02:56
4. Gods of Wrath 06:41
5. Hitman 04:36
6. In the Blood 03:31
7. (My Favorite) Nightmare 03:11
8. Battalions 04:55
9. Highway Star (Deep Purple Cover) 04:37
Bonustrack (LP edition 1984, Steam Hammer)
10. Big Guns 03:21
Total playing time 45:11

Chronique @ Arawn

24 Avril 2005
Avec ce premier album de Metal Church, on embarque avec plaisir dans une machine à remonter le temps pour se retrouver au début du speed metal et au bon temps du heavy des années 80.

Aucun doute n'est en effet permis dès les premières vocalise du chanteur David Wayne dont la voix rappelle largement celle du célèbre Udo Dirkschneider d'Accept. Toutefois, attention, si cette voix typique des année 80 est largement utilisé sur l'album elle sait se moduler pour être aggressive comme sur "Nightmare" et "Battalions", claire et mélodique sur "Gods Of Wrath" et entre les deux sur les autres morceaux.

Puisque le mot est lâché, disons le clairement, Metal Church est un album très mélodique, majoritairement soutenu par le chant, bien que la voix n'ai absolumment rien à voir avec une voix à la Maiden ou à la Gamma Ray. Une mélodie assez douce mais parfois assez sombre comme "Metal Church" et toujours avec une atmosphère prenante.

Mais la particularité de cette album, c'est surtout de se trouver entre deux styles. En effet, on croit avoir cerné l'album après les deux premières chansons vraiment heavy et soudain arrive l'instrumentale "Merciless Onslaught" qui met le feu aux poudres et nous plonge dans les débuts du speed metal. On croit avoir rêvé quand arrive "Gods of Wrath", la ballade de l'album avec laquelle vous pourrez emballer sans peine, mais non, la fin de l'album avec Nightmare et Battalions confirme l'accélération et la violence accrue (toute relative bien sûr pour le style) des dernières compositions. Le déroulement de l'album montre vraiment la naissance du speed metal engendré du heavy et la reprise de Deppe Purple est admirablement marié au reste de l'album.

Quelle que soit la vitesse d'exécution, l'album reste très musicale et agréable à écouter, soupoudré de soli et soutenu par la batterie de l'excellent Kirk Arrington qui reste technique et varié mais sans jamais en avoir l'air. Loin d'être une simple curiosité du musée de l'évolution des styles, Metal Church est vraiment un must de l'époque.

22 Commentaires

18 J'aime

Partager

 
screamingformetal - 20 Septembre 2013: Pour revenir à "Big Guns", la version canadienne de Banzaï Records, tout comme la version cd ne l'ont pas... il faut posséder le vinyl pressage allemand de Steam Hammer de 1984 pour le trouver en extra track; de plus sur la pochette, pas d'ambiguïté car y figure la mention "INCLUDING ONE EXTRA TRACK-BIG GUNS-"
montesquieu1689 - 16 Novembre 2017:

Merci Arawn. Très belle chronique que la tienne sur cet album mythique d'un groupe qui aurait pu (à d'autres temps ou ailleurs) être reconnu pour sa qualité, sa technicité et la diversité (toujours cohérente) de ses compositions.

Malheureusement la gloire est bien trop souvent ingrate laissant sur le bord de la route des groupes qui auraient dû atteindre la cime des sommets tandis que d'autres, parfois médiocres, usurpent par une injustice de circonstances la gloire qu'ils ne méritent pas.

Ton analyse sur Metal Church me rappelle une autre infortune d'un autre groupe qui aurait dû et pu parvenir au succès... en vain : SCANNER.

En tout état de cause ta chronique aura permis quelque part de rectifier cette injustice en rendant à César ce qui aurait dû lui revenir : c'est à dire en reconnaissant que Metal Church (et son album du même titre) auraient dû concurrencer et (selon moi) auraient pu même dépasser des groupes mythiques comme des Metallica, Iron Maiden et autres AC/DC.

grogwy - 20 Juin 2018:

On a souvent, à tort, associé Metal Church à la scène Thrash Metal parce que le groupe avait tourné avec Metallica et Anthrax.Or il n'y a (quasiment) jamais eu la moindre trace de Thrash Metal dans la musique de Metal Church qui délivrait un superbe Heavy/Speed Metal sur "Metal Church" (1984) et "The Dark" (1986), avant de se tourner vers un Heavy Metal plus classique à partir de "Blessing In Disguise" (1989).Coincé entre le Speed/Thrash Metal de Metallica et consorts et le Heavy Metal de formations telles qu'Accept, Dio, et Iron Maiden Metal Church se singularisait par son style novateur, mais aussi par la superbe voix de son charismatique chanteur David Wayne. Aujourd'hui encore, impossible de parler de la scène Heavy Metal Américaine de la seconde moitié des années 80 sans évoquer ces disques incontournables que sont "Metal Church " (1984) et "The Dark" (1986), auxquels on peut ajouter l'album "Live" sorti en 1998 mais enregistré pendant la tournée de 1986.

mechant - 19 Septembre 2018:

Mais quel album! Découvert très ou trop tardivement.... Je remonte à mes 1ere annees metal ou les copies  (k7 )de metallica/megadeth/anthrax trustaient mon poste Sony. effectivement le côté  speed a fait que je pensais à tord que le groupe evoluait dans la sphère Thrash.

maître achatyes

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire