Take the Consequence

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Cypecore
Nom de l'album Take the Consequence
Type Album
Date de parution Décembre 2010
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1. Intro
2. Values of Life
3. The Lie of Redemption
4. The Balance
5. Plague
6. Moment of Impact
7. Coma Vigil
8. Sick Sad Little World
9. Torn Apart
10. Feel the Ground
11. And the Sun Will
Never Rise Again
12. Outro

Chronique @ Matai

01 Décembre 2011

Potentiel confirmé pour un groupe encore jeune mais pro

Désormais reconnaissable grâce à leur « c » allongé par des barres comme un circuit en guise de logo et à leur duo de couleur jaune/noir, Cypecore fait un retour en grande forme deux ans après un « Innocent » convainquant. Cette fois-ci, le quintet a trouvé un label susceptible d'améliorer la distribution de son travail, Twilight Vertrieb devenant de plus en plus l'égérie des nouvelles formations allemandes. Malgré le fait d'être signé, Cypecore continue de tout faire tout seul, prenant de l'assurance quant à la production et à l'enregistrement des morceaux effectué dans leur propre studio. Le son est en béton armé, facilitant l'écoute de ce « Take the Consequence » et son appréhension.

Cypecore change peu sa recette, basant sa musique sur des riffs death mélo typiquement suédois mélangés à des variantes thrashisantes voire parfois modernes, tout en utilisant les influences à bon escient. Ajoutez à cela les fameuses touches cybernétiques, cette fois-ci plus mises en avant, et vous avez une bonne définition du son actuel des allemands.

« Take the Consequence » commence là où « Innocent » se finit. La progression ne choquera donc personne, car l'enchaînement du cd à l'autre se fait d'une grande facilité, la différence étant l'accentuation du côté dense et lourd apporté par les riffs et le le chant, oscillant entre growl et cri typé hardcore. Comme « Innocent » nous le sous-entendait, nous voici donc face aux conséquences de nos actes. Et nous vivons dans ce monde, détérioré par toutes les manipulations entreprises par l'homme. Manipulations touchant au désastre, qu'elles soient mécaniques, physiques ou chimiques. L'air devient toxique, la guerre a éclaté, et l'humain est dénué de tous sentiments. Le voilà maintenant pris au piège dans un monde invivable. Ces événements sont mis en relief par un certain aspect progressif, histoire de narrer les faits de plus, la pochette et son masque à gaz ainsi que l'intérieur du livret, très pessimiste et destructeur, ne peut que confirmer la chose.

Finalement, le mélange des couleurs jaune et noir n'est pas si anodin, dans le sens où l'on peut y voir cet aspect chimique mélangé à la noirceur des événements. Ce qui n'est pas totalement faux en soit, le livret et son champignon nucléaire confirmant les faits. Mais la musique de Cypecore détient un côté plus sombre et plus acéré par rapport à un « Innocent » en manque de prise de risque. On n'a toutefois pas atteint un stade ultime d'originalité, ces deux albums n'apportant pas un plus à la scène death mélo en général, mais il s'avère qu'il y a quelque chose qui se dégage de ce « Take the Consequence ». Sans doute, Cypecore a enfin réussi à mettre en valeur son concept.

L'album se rallonge, pour le même nombre de titres, à savoir douze, sauf que certains dépassent largement les cinq minutes. On a donc droit à une heure de musique pour un rendu très sombre et futuriste. Bien que ce sont les riffs qui battissent l'opus de A à Z, il n'empêche que l'atmosphère dégagée par certaines plages ralenties et lourdes ne peuvent que confirmer cet aspect morbide et décadent (« Plague », « Coma Vigil »).

Comme sus-cité, les éléments électroniques sont beaucoup plus présents, sans non plus noyer le contenu de cet album, mais ils posent le décor et agissent principalement en guise d'introduction pour chaque morceau (« The Lie of Redemption », « Feel the Ground [Devastated] »). On peut aussi les entendre au sein même des chansons comme sur le long « And the Sun Will Never Rise Again ». Enfin, couplés à des parties syncopées et énervées, on croirait entendre Sybreed parmi cette vague de modern metal mélangeant les relents électroniques et la vague cyber. En clair, Cypecore se retrouve le cul entre deux chaises, à savoir le melodeath et le neo-thrash.

Encore une fois, je vais m'attacher à l'intro et à l'outro, qui restent de nouveau de très bonne qualité et originales. Elles ouvrent et clôturent l'album comme il se doit, aussi apportent-elles beaucoup d'atmosphères et d'effets, si bien qu'on a véritablement l'impression de se retrouver dans un film de science-fiction. L'intro se dote d'une ambiance à la Matrix, avec ses violons apocalyptiques et son ambiance décadente, avec cette voix distordue et cette batterie mécanique. L'outro, quant à elle, nous gratifie de nappes de claviers sombres et futuristes, à l'arrière plan robotique, avant de nous faire part d'un rythme et de quelques guitares sous couverts de sonorités industrielles. Mais ne vous laissez pas berner par ses quatorze minutes, car la fin du morceau s'avère être une piste cachée puisqu'au moins huit minutes séparent le début du véritable final.

La machine Cypecore est en marche, et fonctionne plutôt bien, quand on voit la qualité et le côté pro de ce groupe, pourtant fondé en 2007. Le potentiel est confirmé, bien que l'opus en question « Take the Consequence » ne soit pas une merveille du genre. En tout cas, on ne peut pas leur reprocher un manque de personnalité, car les allemands ont leur patte, ce qui est plus qu'encourageant. La suite confirmera peut-être ces dires...

1 Commentaire

6 J'aime

Partager
Celldweller55 - 01 Décembre 2011: Merci pour la découverte, je prends !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Cypecore