Stand Up and Scream

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Asking Alexandria
Nom de l'album Stand Up and Scream
Type Album
Date de parution 15 Septembre 2009
Produit par Joey Sturgis
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album228

Tracklist

1. Alerion 02:15
2. Final Episode (Let's Change the Channel) 04:02
3. A Candlelit Dinner with Inamorta 04:04
4. Nobody Don't Dance No More 04:00
5. Hey There Mr. Brooks (ft. Shawn Milke of Alesana) 04:10
6. Hiatus 01:45
7. If You Can't Ride Two Horses at Once...You Should Get Out of the Circus 3:46
8. A Single Moment of Sincerity 03:51
9. Not the American Average 04:39
10. I Used to Have a Best Friend (But then He Gave Me an STD) 04:06
11. A Prophecy 03:34
12. I Was Once, Possibly, Maybe, Perhaps a Cowboy King 03:41
13. When Everyday's the Weekend 04:23
Total playing time 48:16

Chronique @ Arachnid

20 Novembre 2009

La qualité est sans faille, le tout étant parfaitement bien dosé pour headbanger, mosher, danser.

A l’origine peu fan de screamo ou de post-hardcore, j’écoutais néanmoins plusieurs groupes (ou plutôt plusieurs chansons en particulier) qui réussissaient à sortir de bonnes choses. Des groupes comme Coheed And Cambria, Eyes Set To Kill, Thrice ou encore From Autumn To Ashes, confondant souvent le post-hardcore au metalcore tant les similitudes sont proches. Mais voici quelques temps, je découvre de nouveaux groupes vraiment sympathiques, mêlant les genres et proposant une véritable palette musicale, aux riffs accrocheurs et au son détonant ; Asking Alexandria en fait partie et m’a littéralement mis une claque.

Tous jeunôts, la mèche en avant et les cols en V bien saillants, tatoués et pluggés, des d’jeunz comme on en voit pleins en somme. Seulement, ceux-ci viennent à l’origine de Dubai, ont immigré au Royaume-Uni, ont commencé par du screamo assez basique voire bateau mais ont quand même réussi à se forger une bonne petite identité. Et les voilà qui signent chez Sumerian Records et qui enregistrent leur premier album aux Foundation Recording Studios à Connersville, dans l’Indiana. C’est donc Joey Sturgis, qui s’est déjà occupé de The Devil Wears Prada, Oceano ou encore dernièrement Miss May I et The Crimson Armada, qui gère tout ce ramdam.

Premier gros constat en écoutant Stand Up and Scream : le son est irréprochable. Bien retravaillé, net, aux multiples effets et aux réarrangements sans faille, Sturgis a fait un travail remarquable et l’écoute du CD fait vite oublier leur passé musical. Tout commence donc par une intro tout ce qu’il y a de plus commun : un appel téléphonique, puis une symphonie electro/transe sur laquelle viennent s’ajouter de grosses guitares bien lourdes sur un beatdown frappant. Le ton est donné, ça va envoyer sec !

BAM ! "The Final Episode" commence et on en prend plein la tronche. La première chanson passée, on ré-attaque dans la même veine avec "A Candlelit Dinner With Innamorta", sûrement la chanson coup de cœur de la galette. Et ça continue encore et encore, l’album s’écoute et se réécoute sans rechigner, avec une durée parfaite (pas de surplus, ni de manque). Exploitant à fond leur style, Asking Alexandria réitère à chaque titre la recette idéale, soit des riffs bourrins, des moshparts écrasantes et des refrains mélo attendrissants (celui de "Hey There Mr. Brooks" est quant à lui chanté par un Shawn Milke de Alesana ici très en forme).

Notons donc la qualité du quintet comblant un manque évident d’originalité. Ceci dit, j’appuie sur le fait que la qualité est sans faille, le tout étant parfaitement bien dosé pour headbanger, mosher, voire même danser. La voix de Danny est impressionnante de puissance et de diversité : growls caverneux, screams écorchés, chant clair limpide et passages emo, le tout met une bonne baffe. Les grattes sont également sujettes à une variété d’influences tout aussi ahurissante. Des saccades bourrines à la August Burns Red aux riff entrecoupés en 2-step dans la veine purement punk/hardcore, on y trouve aussi de brefs passages en allers-retours, des délires rock'n roll comme quasiment seuls Escape The Fate arrivaient à produire ou encore des lâchés sur fond d’electro/transe, ajoutant une petite touche bienvenue à la bande anglaise.

Si on peut reprocher à Asking Alexandria de manquer d’identité, on ne pourra pas leur reprocher d’être carrés et à fond dans leur musique, Stand Up and Scream étant une belle preuve de leur potentiel détonant.

8 Commentaires

10 J'aime

Partager

metaladrien - 22 Mai 2012: pour rectifier ce que j'avais dis il y a plus de deux ans. Ce n'est pas le mélange qui est original, mais ils le font tellement bien, qu'on ne peut que s'incliner. (comme tu l'avais très bien dis Arachnid)
DevilDevil - 10 Octobre 2013: Oui moi aussi je trouve que le mélange est bon et original et pas d'un goût douteux...j'aime beaucoup cet album
FallenWorld - 23 Novembre 2015: Je trouve que c'est leur meilleur album, malgré le côté un peu émo surtout au niveau des lyrics, le reste est tellement excellent, que ce soit la voix et ses différentes utilisations, les effets d'electro implémentés etc..
Game_system - 24 Janvier 2016: Un album absolument formidable, rien à dire, tout est parfait et bien cadré dans cet album. Que ce soit les riffs ravageurs, les excellentes parties electro très bien implémentés dans les chansons (celle d'A Candlelight Dinner with Inamorta, incroyable !!), la batterie très dynamique ou les breaksdowns juste terribles, absolument tout est réalisé avec un sans faute remarquable. Mais ce qui m'a le plus impressionné dans cet album, c'est la qualité des vocaux ! Danny Worsnop a fait des miracles avec sa voix, ces growls cadavériques et brutaux sont d'une rare maîtrise, de même pour les screams percutans, mais surtout, le chant m'a paru le plus impressionnant, car tellement limpide, maitrisé et ça sonne si bien dans les chansons !

Cet album est tellement bon, il n'y a à mon sens aucune faute. C'est défoulant, efficace et tellement bien fait, le tout avec une production de très haute qualité. Je m'incline.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire