Southern Stars

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Rose Tattoo
Nom de l'album Southern Stars
Type Album
Date de parution 1984
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album45

Tracklist

1. Southern Stars 04:22
2. Let Us Live 03:13
3. Freedom Flame 05:35
4. Wish 04:24
5. Saturday's Rage 03:29
6. Death or Glory 03:00
7. The Pirate Song 04:11
8. You've Been Told 04:40
9. No Secrets 03:58
10. The Radio Said Rock 'n' Roll Is Dead 03:20
Total playing time 40:12

Chronique @ Loloceltic

04 Avril 2013

Pas vraiment un album des Tatts

Deux ans après un "Scarred for Life" de haute stature, c’est la débandade au sein de Rose Tattoo. Angry Anderson se retrouve bien esseulé à bord malgré la présence du fidèle Geordie Leach derrière sa basse. En bon capitaine, notre teigneux petit chauve décide de continuer à mener sa barque contre vents et marées avec 3 nouveaux membres d’équipages, à savoir la paire Meyer – Jordan aux guitares, ce dernier assurant les parties de slide, ainsi que le batteur Scott Johnston.

L’album commence sous les meilleurs auspices avec un titre éponyme au refrain immédiat, au bon solo de slide et où la gouaille d’Angry semble intacte. Malheureusement, la suite fera déchanter la plupart des aficionados des Tatts car, même si la majorité des titres est d’une bonne tenue, l’esprit de Rose Tattoo semble s’être envolé avec Pete Wells et ses compères. En effet, c’est un bon album d’un rock flirtant avec les frontières pop qu’Angry nous propose, mais il aurait été plus compréhensible qu’il le sorte sous son propre nom car il ne reste pas grand chose de l’identité du combo. Et l’on se retrouve à se raccrocher désespérément à la voix éraillée du chanteur pour être sûr d’écouter un album des 5 tatoués. Seul le titre éponyme ainsi que l’hymne "Death Or Glory" aux relents de "We Can’t Be Beaten" restent dignes de la discographie du groupe qui, depuis, a complètement banni cet album de sa setlist en live.

Quid des autres titres de ce "Southern Stars" ? Pas grand chose d’intéressant en fait ! Angry et sa nouvelle bande tentent bien de nous resservir quelques formules ayant fait leurs preuves dans le passé, mais la mayonnaise ne prend pas. Le reggae de "The Pirate Song" en est le meilleur exemple, qui ne décolle pas et tourne vite en rond là où "Sydney Girls" apportait soleil et enthousiasme sur "Scarred for Life". Le rock’n’roll de "You’ve Been Told" et "The Radio Said Rock’n’Roll Is Dead" retombe tel un soufflet raté après quelques accords, le dernier nommé donnant même l’impression de ne pas savoir comment finir. Et lorsqu'Angry s’essaye à de nouveaux horizons, il s’éloigne trop de l’esprit Tatts pour que nous le suivions. Ainsi, sans être de mauvais morceaux, la ballade popisante de "No Secrets" ou le mid-tempo "I Wish" lorgnant également vers une pop légèrement 'highway', ne répondent pas au désir de testostérone et de rage qui sont ceux d’un tatoué déposant un album de Rose Tattoo sur sa platine.

L’échec artistique de cet album débouchera sur l’échec commercial prévisible et il faudra attendre 19 ans pour voir un nouvel album studio de Rose Tattoo apparaître dans les bacs de nos disquaires favoris. Nous sommes cependant nombreux à penser que les conséquences auraient pu être moins désastreuses si Angry avait sorti cet album sous son propre nom. En effet, les fans du groupe ne se seraient probablement pas sentis autant trahis. De plus, cet album n’étant pas intrinsèquement mauvais, une autre destinée aurait pu être envisageable.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
PhuckingPhiphi - 08 Fevrier 2020:

10/20, mince, je trouve la note sacrément sévère !… Certes, cet album n’a pas la niaque de ses trois prédécesseurs, mais ça reste quand même une fort honnête tranche de Hard Rock, avec quelques beaux titres à l’intérieur.

Pourquoi ce petit coup de mou de la part d'Angry et sa bande ?

Sans doute à cause du départ des deux tiers du groupe, en effet, mais je crois que c’est surtout une question d’époque : en cette belle année 1984, le Hard Rock était tout simplement en train de vivre exactement ce que le Heavy Metal allait lui-même subir une décennie plus tard, c’est-à-dire que les groupes qui constituaient le fer de lance de la révolte et de l’extrémisme musical encore quelques années auparavant se retrouvaient peu à peu ringardisés, au fur et à mesure que de nouveaux styles reprenaient leur flambeau pour le porter vers de nouvelles contrées… emportant au passage une grosse partie du public, désormais accro aux radios libres et aux balbutiements des chaînes musicales. De plus, il faut bien reconnaître que nombre de ces formations atteignaient alors un pallier créatif, avec parfois des albums pas très folichons… Regardez un peu où en étaient AC/DC, Ted Nugent, Blackfoot ou Nazareth à la même période, le moins qu’on en puisse dire, c’est que ça stagnait sévère, ou au contraire que ça partait dans tous les sens. Le style n’avait tout simplement plus le vent en poupe, et il faudra attendre bien des années pour que, doucement mais sûrement, il reconquiert sa place dans le cœur des fans (cf. le come-back triomphal d’AC/DC en 1990 avec “The Razor’s Edge”). Rose Tattoo ne bénéficiera pour sa part jamais d’un retour en grâce aussi glorieux que celui de ses compatriotes, mais bon, ceci est une autre histoire.

Il n'est donc pas interdit de penser que, sorti trois ans plus tôt, cet album aurait pu avoir une toute autre destinée et serait probablement tenu en meilleure estime aujourd'hui.  À titre perso, je lui mettrais plus volontiers un bon petit 13-14.

Merci pour la kro (se Tattoo) ! :)

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire