Rose Tattoo

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Rose Tattoo
Nom de l'album Rose Tattoo
Type Album
Date de parution 1978
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album146

Tracklist

This album is also issued under the name "Rock'N'Roll Outlaws" with a different cover
Re-Issue in 1990 by Repertoire Records
Re-issue in 2004 by Captain Oï!
1. Rock 'n' Roll Outlaw 03:22
2. Nice Boys 02:53
3. The Butcher and Fast Eddy 06:32
4. One of the Boys 03:10
5. Remedy 03:01
6. Bad Boy for Love 03:07
7. T.V. 02:02
8. Stuck on You 03:58
9. Tramp 02:39
10. Astra Wally 05:59
Bonustracks (re-Issue 1990)
11. Never Too Loud 03:45
12. I Had You First 02:35
13. Fightin' Sons 03:09
14. Snow Queen 04:20
15. Rock 'n' Roll Outlaw (Live) 03:33
16. Bad Boy for Love (Live) 05:39
17. Rock 'n' Roll Is King (Live) 04:25
18. Suicide City (Live) 05:19
Bonustrack (re-issue 2004)
11. Snow Queen
Total playing time 36:40

Chronique @ largod

15 Mars 2012

Tout vient des racines...

Il trônait sur ce présentoir. La boutique se situait dans la rue partant de la « place carrée » en direction de la gare. Les disquaires en cette année 1981 avaient encore pignon sur rue. Les hyper-marchés et les gros distributeurs de biens culturels n’avaient pas encore fait main basse sur le circuit de distribution des disques vinyle, en particulier. C’était la fin de l’été dans cette bourgade du Cher, Saint-Amand Montrond, sous-préfecture, où votre serviteur vit le jour. Je passais mes vacances à 18 kilomètres de là. J’y ai mes racines, plantées dans cette région où la culture était d’abord celle de la terre. A l’opposé de ce continent qu’est l’Australie. Terre d’accueil pour des millions d’immigrants en provenance des pays du Royaume-Uni. Anglais, Écossais et Irlandais y bâtirent un nouvel avenir, sur un continent offrant toutes les palettes dont la nature disposait : mer, montagne, désert et terres fertiles. Je l’ai vu après avoir poussé la porte. Son nom « Rose Tattoo » flottait sur un étendard du moyen-âge, fiché au dessus de cette photo prise live d’un Angry Anderson figé en plein effort, escorté d’un Peter Wells soudé à sa guitare.

Je connaissais « Rock 'n' Roll Outlaw » mais j’étais loin d’imaginer l’électrochoc que cet album allait me donner. Comme si la connexion s’était faite au travers de ces 10 titres d’un naturel et d’une énergie puisés au fin fond des racines de ces cinq rockers tatoués. En à peine 40 minutes, l’empreinte de Rose Tattoo vous marque au fer rouge. La prise d’assaut est rapide, musclée et ce disque a des allures de combats de rue, dans lesquels excellait le petit chauve, le Joe de la bande : Angry le teigneux. Ces acolytes n’étaient pas non plus des tendres. Il fallait jouer des coudes et des épaules pour se faire une place au soleil d’Australie. Sur cet album, sorti en 1978 là-bas, on y retrouve une douce folie punk comme sur « Tramp », « TV » et « Astra Wally ». Dallas « Digger » Royal aligne sur le premier une ligne de frappe teintée de swing alors que la slide guitare, omniprésente mais toujours au service des compositions, et le chant d’Angry virevoltent en un peu plus de 2 minutes. On monte crescendo avec le second, véritable ode anti lavage de cerveaux dont on affuble la télévision. Un titre court et nerveux, qui secoue bien. Un vrai déluge s’abat avec « Astra Wally », pas de temps mort, le groupe vous prend à la gorge et vous assène en pleine face un titre sur-vitaminé. La section rythmique bastonne, le riff de Mick Cocks arrache tout et Angry beugle à l’envie l’histoire de ce gentil bargeot, à en devenir hystérique dans son chant. Beaucoup d’urgence dans ces trois titres.

Mais les racines de ce disque restent bien entendu le Rock 'n' roll. Avec une grosse bouffée de blues. Un premier hymne « Rock 'n' Roll Outlaw » qui en quelques secondes offre toute la quintessence du groupe et son identité : un bon groove de batterie, assistée d’une basse solide et un duo de guitaristes où l’un propose des riffs et des rythmiques inspirés alors que le second nous fait découvrir les solos sur la slide guitare. Et cette voix, ce chant arraché des cordes vocales d’un leader/front man qui cherche en permanence le contact physique, comme si chaque titre était un nouveau round d’un combat duquel il voulait sortir vainqueur. Une quasi autobiographie d’Angry sur « Bad Boy for Love », envoyé avec une certaine dose de classe et ce riff de guitare qui ne quitte plus votre cerveau, binaire et entêtant. Et puis, il y a ce tryptique magique, rodé pour la scène, symbole d’une vie de coPains, unis, tatoués et durs à cuire. « Nice Boys » est un pied de nez à ceux qui sont trop clean. Le rock est l’affaire des mauvais garçons clame Angry. Qui irait lui dire le contraire lorsque son groupe vous martèle cette vérité avec une chanson en contre temps et qui repart sur un rythme à perdre haleine. Encore un témoignage vécu d’Angry avec «One of the Boys », véritable pépite d’or fin. Une attaque de morceau qui fait taper du pied. Ce swing de batterie qui contraste avec le direct pleine face du chant. Encore une réussite de pur rock, du rythme, de l’authenticité. Un écrin de qualité pour des guitares qui donnent le frisson. Et ce «Remedy» lorsque la vie fout le camp, c’est bien entendu le rock, celui de Rose Tattoo. Morceau magique ! Peter Wells est époustouflant du début à la fin et derrière c’est malsain mais divin. Mick Cocks assure le tempo avec ses deux potes de la section basse-batterie, et les chœurs participent au délire commun. Trop court par moment mais diablement efficace.

Du blues pour finir. D’abord avec un « Stuck on You » qui donne l’étalage de la sensibilité du groupe lorsqu’il faut parler d’amour. Naïf mais d’une infinie douceur, ce morceau synthétise dans un registre à part les influences des musiciens. Et puis, la pièce maitresse de ce premier album : «The Butcher and Fast Eddy » retrace la rivalité entre deux chefs de gang. Le blues ultime pour un groupe de rock avec un riff singulier, quasi inquisiteur. Chant entonné avec respect pour cette histoire où les valeurs de la vie sont mises en avant : code d’honneur, droiture, courage. Le bon gagne à la fin. Pour une fois. Un morceau qui confine à l’orgie, durant lequel Mick Cocks se lâche dans un solo ciselé pour ce titre et où Angry, habité au fur et à mesure du déroulé de cette histoire, hurle le destin tragique d’un des deux protagonistes. Un premier opus, un coup de maître. Ce disque regorge de titres réussis, composés sans fioriture. Un rythme nerveux avec un goût de trop peu parfois. Une véritable empreinte et une marque de fabrique. Un papier carbone posé sur l’existence de personnages partis à l’autre bout de la planète, des valeurs humaines, où l’on ressent que tout vient des racines.

I die young, from livin’ fast….

17 Commentaires

11 J'aime

Partager

ZazPanzer - 14 Avril 2012: Butcher & Fast Eddy est incroyable. Me concernant, en temps que groupie des Guns ayant passé une bonne partie de ma vie à écouter en boucle entre autres le Live Like A Suicide, j'avoue que j'ai du mal à apprécier à sa juste valeur même l'originale. Je suis tellement habitué à la version Los Angeles qu'il me manque les "Nananannnna Baby" ;-)
samolice - 14 Avril 2012: J'aime les 2 même si du coup j'ai l'impression à chaque fois d'écouter une cover des Guns -)
Jette une oreille (protégée!) sur Bonafide Zaz.
samolice - 14 Janvier 2014: Oh purée, je ne me souvenais plus du tout de mes commentaires sur cette chro. La pub pour Bonafide que j'envoie! Désolé d'avoir été hors sujet. Didier, encore merci, le cd n'a pas bougé de l'autoradio depuis 5 jours et il tourne en boucle. En plus,les bonus tracks sont vraiment biens (ça change). Il n'y a guère que "Stuck on You" que j'avoue zapper souvent. Ce qui m'a le plus surpris en redécouvrant autant le disque, c'est la qualité du chant d'Angry. Il est incroyable, pas seulement le braillard que j'avais gardé en mémoire. "Assault & Battery" va vite venir rejoindre son grand frère...
largod - 14 Janvier 2014: Super content que tu prennes du plaisir avec ce bijou intemporel. Stuck on you a pourtant une partie de guitare toute en douceur. Et Angry n'est pas qu'un beuglard... Petit coffre mais il assure le bougre !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire