Sounds of the Animal Kingdom

Liste des groupes Death Grind Brutal Truth Sounds of the Animal Kingdom
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Brutal Truth
Nom de l'album Sounds of the Animal Kingdom
Type Album
Date de parution 23 Septembre 1997
Style MusicalDeath Grind
Membres possèdant cet album101

Tracklist

1. Dementia 02:04
2. K.A.P. 01:23
3. Vision 00:49
4. Fucktoy 01:23
5. Jemenez Cricket 03:40
6. Soft Mind 01:04
7. Average People 02:18
8. Blue World 07:14
9. Callous 00:11
10. Fisting 01:19
11. Die Laughing 03:08
12. Dead Smart 03:05
13. Sympathy Kiss 04:54
14. Pork Farm 01:51
15. Promise 02:19
16. Foolish Bastard 01:09
17. Postulate Then Liberate 01:40
18. It's After the End of the World (Sun-Ra Cover) 02:09
19. Machine Parts 04:22
20. 4:20 03:00
21. Unbaptized 03:22
22. Prey 22:02
Total playing time 1:14:26

Chronique @ Fabien

31 Mars 2007
Sorti en septembre 1997, Sounds of the Animal Kingdom marque la fin de l’association entre Brutal Truth et son label Earache, qui perd ses groupes death grind les uns après les autres, par manque d’intérêt à cette époque pour la scène extrême. Depuis leur précédent EP, Les grinders new yorkais évoluent désormais chez Relapse, spécialiste US du grindcore et des groupes à fortes personnalité, donc une écurie correspondant parfaitement au style extrême de la formation.

Sounds of the Animal Kingdom balance un grind brutal et spontané, montrant toute l’envie de Brutal Truth d’évoluer dans des sphères résolument underground. L’album ne possède donc pas la production claire et massive d’Extreme Conditions & Need to Control, mais développe au contraire un son très cru, donnant l’impression d’un enregistrement de garage, à l’image des photos live incluses dans le livret, où Dan Lilker et sa bande jouent dans un local pourri, où 20 personnes se bousculent.

Possédant une approche foncièrement grind et brutale, Sounds Of The Animal dégage parallèlement une attitude très hardcore (les origines du grind, ne l’oublions pas), notamment dans la voix de Kevin Sharp, loin du guttural effrayant de ses débuts. Mais, bien que quelques morceaux décollent encore la tapisserie, à l’image de Dementia et K.A.P, leur multiplicité et leur côté à la fois déstructuré & cradingue, voire brouillon, installe rapidement une certaine lassitude. Enfin, la présence de titres bruitistes, semblant être désormais une marque de fabrique de Brutal Truth, s’avère franchement inutile, à commencer par l’insipide Prey de 22 minutes, ne présentant que l’avantage d’être situé en fin d’album et d’être ainsi facilement zappé.

Loin de la la puissance de ses deux premiers albums, Brutal Truth débarque avec un grindcore 100% personnel et moins conventionnel, à la brutalité toujours aussi manifeste, mais s'exprimant juste différemment. En fin de compte, inesthétique au possible, Sounds of the Animal Kingdom ne se recommande qu'aux amateurs de grindcore, de bruits et d'expérimentions diverses.

Fabien.

9 Commentaires

5 J'aime

Partager

Fabien - 02 Novembre 2011: Oui, mon jugement final reflète certainement mon regard d’indécrottable deathster face à ce Sounds of the Animal indomptable pour certains, culte pour d’autres. J’ai par exemple bien plus apprécié le grindcore plus traditionnel et si pur (et plus puissant à mon sens) de Evolution through Revolution lors du retour de Brutal Truth sur le devant de la scène. J’ai d’ailleurs lu une interview récente du quatuor new-yorkais à l’occasion de la sortie de End Time, où ce dernier cite justement Sounds of the Animal comme son album le plus expérimental.

Fabien.
BEERGRINDER - 02 Novembre 2011: J'ai revendu ce disque il y a pas mal de temps, trop bordélique, trop expérimental pour "l'indécrottable deathster" que je suis également.

J'ai bien envie de tenter le coup pour End Time, mais j'ai peur d'être déçu une fois de plus, je crois que j'en resterai définitivement à Extreme Conditions Demand Extreme Responses.
FBD5367 - 03 Novembre 2011: Hu hu !
C'est clair que pour les "indécrottables", le grind "roots" privé de touches Death ça risque de pas le faire ! J'ai parfois du mal aussi. Mais pour Sounds Of The Animal Kingdom je ne le trouve pas bordélique. Expérimental c'est sûr ! Mais avec une bonne atmosphère angoissante, illustrant les sautes d'humeur de l'individu broyé par le système car il n'a pas le droit à son idéal et se réfugie en marge de la société. C'est cette image terrifiante de l'aliénation de la conscience qui confère à ce disque son charme. L'être humain redevient un animal au service d'un progrès avilissant et en fait une proie ; alors que l'on aurait pu espérer que le progrès lui permette d'évoluer au sein d'une civilisation éclairée.
Mais en ce qui concerne simplement la musique, j'entends bien ce que vous dites, rassurez-vous !
albundy57 - 11 Novembre 2012: BRUTAL TRUTH a fait l'inverse de beaucoup de groupes : là où une majorité passe du grind brut à du plus death brutal, BRUTAL TRUTH nous la joue à l'inverse.

J'apprécie beaucoup le grind, mais concernant BRUTAL TRUTH leurs deux 1ers opus sont ce qu'ils ont fait de mieux à ce jour.

Ce "Sounds of..." se présente en effet comme du grind direct, au son "raw" et de bonne facture.

Cependant le groupe ne nous prend pas aux tripes comme ce fut le cas avec leurs réalisations précédentes.

Perso je trouve ces dernières bien plus riches musicalement, plus structurées et massives.

On peut respecter l'évolution choisie par le combo, mais il est indéniable que les fans purs et durs de "Extreme conditions..." et "Need to control" pourraient être quelque peu déçus...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire