Slow Decay

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe The Acacia Strain
Nom de l'album Slow Decay
Type Album
Date de parution 24 Juillet 2020
Labels Rise Records
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1.
 Feed a Pigeon Breed a Rat
 03:39
2.
 Crippling Poison
 02:34
3.
 Seeing God (ft. Aaron Heard of Jesus Piece)
 02:48
4.
 Solace and Serenity
 04:37
5.
 The Lucid Dream (ft. Jess Nyx of Mortality Rate)
 04:05
6.
 I Breathed in the Smoke Deeply It Tasted Like Death and I Smiled (ft. Zach Hatfield of Left Behind)
 04:44
7.
 Crossgates
 01:08
8.
 Inverted Person
 03:23
9.
 Chhinnamasta
 03:50
10.
 One Thousand Painful Stings (ft. Courtney LaPlante of Spiritbox)
 04:29
11.
 Birds of Paradise, Birds of Prey
 03:49
12.
 Earth Will Become Death
 03:57

Durée totale : 43:03


Chronique @ Groaw

21 Mars 2021

Une insertion dans un monde morose et abyssal

The Acacia Strain fête aujourd’hui ses vingt années d’existence, un événement quelque peu gâché par la pandémie actuelle et les difficultés qui s’en suivent. C’est en suivant ces récents bouleversements que le groupe a publié l’année dernière sa neuvième toile, Slow Decay, annoncée comme l’un des opus les plus sombres de la discographie des américains. Le frontman du groupe, Vincent Bennet, explique que le concept de l’album s’intéresse à la réalité qui se décompose autour de nous. En effet, selon lui, l’Homme aurait terminé sa vie utile sur terre et assisterait actuellement à sa disparition. Le vocaliste nous précise également que cet extinction s’exprime librement dans le travail instrumental et lyrique.

Sur ce point, la formation respecte parfaitement ses paroles avec onze titres extrêmement pesants et obscurs. Le quintet suit également ses précédentes productions, notamment Gravebloom et Coma Witch avec un death puissant et morose et une patte hardcore qui apporte la rage et l’impact des compositions. Sur le travail des guitares, c’est un esprit plus djent qui s’amorce et qui intensifie cette sensation intimidante, mélancolique et maussade. On observe une amélioration sur l’écriture de la batterie, qui se montre plus véloce qu’auparavant et surtout mieux mis en avant. Le groupe a d’ailleurs collaboré avec Randy LeBeuf, pour qui l’on doit l’accomplissement technique de certaines parutions de Thy Art Is Murder, Northlane ou encore Crossfaith.

L’atmosphère morbide est parfaitement palpable dans des titres tels que The Lucid Dream, en featuring avec Jess Nyx (Mortality Rate), où le screaming de la chanteuse sonnerait presque comme du dégoût. C’est également ce morceau qui affiche le plus clairement l’esquisse hardcore avec une intransigeance et une austérité omniprésente. Le quintet nous affiche parfois des passages un peu plus atmosphériques, synonymes d’espoir et renouveau. C’est notamment le cas dans le titre One Thousand Painful Strings, avec la contribution de Courtney LaPlante (Spiritbox) et qui signe une nouvelle fois une performance remarquée.

La descente aux enfers se manifeste même dans le nom de certaines chansons, à l’instar de Crippling Poison ou de Earth Will Become Death. Si le groupe a su parfaitement exploiter son sujet, il n’en demeure pas moins le développement d’une certaine redondance. En effet, même si l’inspiration des américains reste relativement unique, il ne nous empêche pas de ressentir parfois une absence d’audace et de réelle proposition. Ce principal défaut réside de la performance vocale de Vincent Bennett, qui, même s’il nous offre une intense prestation, peine à varier son timbre mais aussi à certains riffings un peu récurrents. Cela est le cas pour Solace And Serenity, dont la variation instrumentale et le chant demeurent assez limités. Crippling Poison présente ces mêmes défauts, avec en plus un esprit très paresseux.

Slow Decay n’est sûrement pas la meilleure découverte et stupéfaction de l’année 2020 et de deathcore de manière générale mais The Acacia Strain signe tout de même un neuvième résultat tout à fait convaincant, dans la parfaite continuité de ce que les américains nous proposent depuis plusieurs pièces. La promesse du groupe est parfaitement tenue et les douze titres nous affichent clairement les prochaines heures sombres de l’humanité. Avec un peu plus de prises de risques et un travail vocal un peu plus diversifié, le quintet pourrait facilement revenir sur les devants de la scène deathcore. Reste à la formation de trouver la bonne recette.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire