Silent So Long

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Emigrate
Nom de l'album Silent So Long
Type Album
Date de parution 31 Octobre 2014
Labels Motor Music
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album42

Tracklist

1.
 Eat You Alive (ft. Dellé)
 
2.
 Get Down (ft. Peaches)
 
3.
 Rock City (ft. Lemmy Kilmister)
 
4.
 Hypothetical (ft. Marylin Manson)
 
5.
 Rainbow
 
6.
 Born on My Own
 
7.
 Giving Up
 
8.
 My Pleasure
 
9.
 Happy Times
 
10.
 Faust
 
11.
 Silent So Long (ft. Jonathan Davis)
 

Chronique @ Just_an_Ellipsis

23 Novembre 2014

Il semble davantage miser sur le plaisir de faire ce qu’il veut plutôt que de chercher un moyen de se démarquer

Quand trop de tension il y a, il est parfaitement normal d’avoir recours à d’autres solutions pour trouver un peu de paix intérieure. C’est la raison qui a poussé Richard Z. Kruspe à s’émanciper de Rammstein le temps d’un album solo en 2007, au même nom que son projet : « Emigrate ». Le résultat donna un album ni bon, ni mauvais, assez quelconque, hésitant et inégal, surtout par des lignes de chants très bancals, mais qui a parfaitement réussi son œuvre : offrir un bout musical plus personnel de la part du guitariste de R+, un disque à l’ambiance plus Rock tout en gardant cette patte industrielle indissociable du groupe allemand. Un disque qui a permis à Richard de revenir avec les idées un peu plus apaisées, délaissant Emigrate pour le coup. Mais voilà déjà un petit moment que Rammstein n’a pas pris la peine de donner plus de signe de vie qu’une poignée de titres balancés ici ou là…

« Silent So Long », si longtemps silencieux, un nom qui convient à ravir au deuxième acte d’Emigrate. Toujours frustré de ne pas pouvoir pleinement s’exprimer sur les compositions du géant de l’indus Allemand, Richard est reparti à la composition de son projet, toujours accompagné en studio du batteur Mikko Sirén (Apocalyptica), du guitariste Olson Involtini et du bassiste Arnaud Giroux (notamment connu avec Axel Bauer dans notre contrée). Ici, nous avons affaire à un disque dans l’ensemble davantage maitrisé, plus mûr, pourrait-on dire, mais surtout blindé de hits indus à en devenir, bien aidé par une énorme plâtrée de featurings que nous allons décrire plus en détail maintenant.

Il y a tout d’abord les hits qui s’incorporent très bien dans l’univers de Kruspe. Le titre d’introduction en est la preuve. « Eat You Alive » ne casse pas trois pattes à un canard. Une base électro commune, des riffs lourds et épais, ce chant toujours assez monocorde, un refrain très catchy et entêtant… Frank Dellé propose des éclats de voix sympathiques pour dynamiser le tout. C’est classique, mais ça ne prend pas la tête. « Get Down » propose un univers plus érotique, le duo de voix entre Richard et Peaches (pas celle de Mario) se tourne entre élan sensuel et parfois plus malsain dans un univers qui correspond bien à celui du guitariste. C’est un peu longuet, toutefois, si bien que l’on sait dès la fin du premier couplet que la conclusion explosera comme de bien entendu. Après ce pamphlet, inutile de décrire « Happy Times », sensiblement dans le même univers (un peu plus électro, tout de même).

Mais il y a d’autres featurings, ceux avec des stars, ceux où la personnalité et l’univers de l’artiste invité prendront complètement le pas sur celui de Richard. « Rock City » par exemple. Le grand Lemmy (de Motörhead) imposera entièrement sa patte pour en faire un titre essentiellement Speed Rock’n’roll où Richard ne devra se contenter que de quelques mots épars. Même son de cloche sur « Hypothetical ». Outre le fait que le titre sente méchamment le réchauffé, la présence de Marylin Manson annihile toute velléité du guitariste allemand. Ceci dit, ce n’est pas très grave, tant les deux univers se ressemblent au fond. Dernier point, le titre éponyme final, « Silent So Long », en duo avec Jonathan « Korn » Davis, à l’atmosphère entre sombre électro mélancolique et passage en saturation distordante bien emmené ferait carrément penser à un titre du groupe Américain…

Tout ceci dit, le guitariste joue aussi parfois tout seul sur son album ! Un titre comme « Faust », par exemple, accumule les lourdeurs. Une patte Hard-Rock banale et des « Hey, hey » qui ne dynamiseront que les salles de concert, sans oublier ces éternels refrains simplistes. Citons également « My Pleasure », sorte de reboot du « My World » du disque précédent. On retrouve ainsi toutes les tares qui vont bien, cette même voix électronisée et monotone et cette base rythmique guitare/batterie plus que simpliste, dont la basse n’a droit qu’au temps de parole le plus faible qui soit. La confuse « Giving Up » se veut bien trop remplie pour la musicalité qu’elle semble vouloir exprimer. Trop de voix, de guitares, d’électro et de batterie « poum pam poum pam » en même temps pour pouvoir pleinement rentrer dans le moule du guitariste.

Il ne reste que les ballades pour bousculer les choses. L’impression d’un chant faux vous poursuivra sur un « Rainbow » Pop/Indus gentillet, bien qu’assez dynamique jusqu’à son refrain plus catchy que jamais. « Born on My Own » est peut-être le meilleur titre de l’album… Quelques arpèges délicats, des passages plus puissants bourrés d’émotion téléphoné, rien d’original donc. La voix semble toujours terriblement fausse (bien que les envolées des refrains soient bien exploitées), alors que le tout me rappelle énormément un autre titre dont le nom ne me revient pas du tout…

On n’écoute clairement pas Emigrate en espérant autre chose qu’un disque de Rock Industriel misant sur l’accroche immédiate plutôt qu’une quelconque envie d’innovation. Sur ce point-là, c’est effectivement une réussite. Les mélodies s’assimilent en quelques secondes, et ne marqueront probablement pas plus longtemps que ça. « Silent So Long » n’est pas un mauvais album, il est seulement comme son grand frère : totalement dispensable. Richard semble davantage miser sur le plaisir de faire ce qu’il veut plutôt que de chercher un moyen de se démarquer. Pas de quoi passer un mauvais moment donc, mais vous l’oublierez bien vite.

6 Commentaires

13 J'aime

Partager

darkstef - 24 Novembre 2014: Bien meilleur que le 1er, je trouve ce disque vraiment accrocheur et sympa à écouter.
indusmetalhead - 24 Novembre 2014: Bizarrement y a que les feats (hormis ceux avec Dellé avec Manson) que je n'ai pas aimé...
HeadCrush - 04 Décembre 2014: J'aime bien cet album, assez simple d'accès et agréable. Je trouve que le chant de Richard tient très bien la route et enfin je partage assez l'avis de Indusmetalhead quand au fait qu'au fond, seuls les titres avec les guests ne me plaisent pas trop au regard des autres compos. Merci pour cette chro.
Celldweller55 - 17 Janvier 2015: Sympa mais ça part en effet un peu dans toutes les directions. J'ai apprécié l'ensemble mais je préfère le 1er album qui me rappelle pas mal Rammstein sur certaines pistes (In My Tears)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire