Shadowheart

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Kivimetsän Druidi
Nom de l'album Shadowheart
Type Album
Date de parution 15 Octobre 2008
Produit par Esa Orjatsalo
Enregistré à Noisecamp Studios
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album78

Tracklist

1. Prelude / Northwind 01:29
2. Blacksmith 06:01
3. Jäässä Varttunut 05:51
4. Halls of Shadowheart 04:36
5. Pedon Loitsu 05:57
6. Burden 04:31
7. The Tyrant 05:44
8. Tiarnách / Verinummi 02:33
9. Verivala 04:01
10. Korpin Laulu 05:19
11. Mustan Valtikan Aika 07:00
Total playing time 53:02
Bonustrack:
12. Viimeinen peikkokuningas 02:22
13. Leaves (The Gathering cover) 04:42
Total playing time 1:00:06

Chronique @ Julien

02 Décembre 2008
C’est toujours intéressant de voir arriver dans notre belle contrée un nouveau groupe de jeunes finlandais. On se dit toujours que l’on peut tenir un joyau a l’état brut. C’est le cas de nos druides de la forêt de pierre. Gros potentiel mais au final un disque un peu bancal masqué (ou mis en exergue au choix) par une production d’une grande qualité. Revenons donc à notre groupe qui vit le jour en 2002 sous l’impulsion des frangins Koskinen. L’un est guitariste, l’autre claviériste et se disent qu’ils pourraient bien faire un peu de bruit ensemble. S’en suit l’enchaînement logique des démos auto-produites, la valse des musiciens pour arriver enfin en 2007 à un line-up stable qui va enregistrer ce Shadowheart. Voilà en gros l’histoire du groupe, passons maintenant à l’album en lui-même.

L’impression générale qui se dégage de ce disque c’est probablement un manque de maturité. D’emblée ça fait un peu direct mais c’est mon ressenti. Nous allons commencer par la chanteuse Leeni-Maria Hovila. On ne va pas lui jeter la pierre plus que ça, mais elle parait déjà arriver à ses limites. Juste certes, mais poussive sur certaines parties ce qui à terme n’est pas forcément viable pour le groupe. Quand on sait que le groupe a déjà épuisé un certain nombre de chanteuses, ça craint un peu. Mais elle n’est pas la seule qu’il faut incriminer. La section rythmique encore fraîche peine à trouver ses marques et l’on a l’impression qu’il manque de la cohésion. Je trouve ce sentiment assez gênant. Allez encore un petit point négatif et après je dirai du bien de ce disque. Une autre impression a pesé lourd dans mon ressenti. Est-ce d’un groupe à tendance symphonique ou un groupe à tendance folklorique? Grande question et je pense que le groupe se la pose aussi. Résultat : certains titres perdent en puissance comme par exemple « Pedon Loitsu ». Bref je n’impute cela qu'à la jeunesse du combo qui peine à dépasser les 20 ans de moyenne.
Car en terme de potentiel nous pouvons parier une piécette dessus. Il faudrait juste canaliser cette fougue afin d’aller d’en un seul et même chemin. Je reprends mon exemple de « Pedon Loitsu », l’appui symphonique aurait du être plus fort, ce qui aurait renforcé la base convaincante du morceau. La combinaison entre une batterie très entreprenante et un chant plus planant est une bonne idée qui fait son petit effet. Les chœurs masculins sont eux aussi un bon apport (même si il ne faut pas en abuser). L’alternance entre titres en anglais et titres en finnois est toujours une chose appréciable d’autant que cela nous plonge un peu plus dans l’univers du groupe (et ce même si l’on n'en comprend pas un traître mot). S'il ne devait rester qu’un titre sans défaut sur cette galette ça serait bien le dernier « Mustan Valtikan Aika ».
Comme annoncé, la production est vraiment bonne au niveau de l’enregistrement mais le mixage est quant à lui un poil moins bon. Certains instruments à cordes sont trop en arrière ce qui ne permet pas l’immersion totale souhaitée par le groupe. Dommage mais bon c’est fait, c’est fait……

Un groupe donc plein de promesses pour peu qu’il arrive à canaliser sa fougue dans une seule et même direction. Avec l’appui de Century Media et de bons conseils constructifs pour la suite, le groupe risque dans quelques années de faire jeu égal avec les pointures du genre.

6 Commentaires

11 J'aime

Partager

Eternalis - 03 Décembre 2008: Chronique sympa, ça fait de la promo pour ce groupe dont je n'ai jamais entendu parler.
pmb13 - 11 Décembre 2008: En live ça depote grave !!
L'album est sympa (acheté à la fin du concert)
Bakounine - 16 Décembre 2008: @ lemniscatev : 22,8 an exactement : ils sont 4 à avoir 21 ans, méme si c'est vrai que La chanteuse fait office d'ancétre...
Niils - 30 Janvier 2013: ca vas elle a que 30 ans, c'est pas si vieux
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Opalescente

28 Décembre 2008
Décidément la Finlande est bel est bien sur le point de détrôner la Norvège dans mon podium personnel ‘des pays qui font le meilleur metal’. Cet album s’ajoute à la liste des très bons groupes originaires de ce pays. Laissez-moi vous conter pourquoi cet album m’a enthousiasmé.

Cela fait quelques temps que je connais Kivimetsän Druidi, à l’époque de leurs EP, et de leurs anciennes chanteuses. J’ai toujours pensé que, bien qu’étant très prometteurs, ils avaient vraiment fait un mauvais choix au niveau des parties vocales féminines, parfois fausses et souvent désagréables. J’attendais donc avec empressement leur nouvelle chanteuse, espérant qu’elle s’harmoniserait avec le groupe.

Force est de constater que Leeni-Maria est assurément meilleure. Sa voix est atypique et plutôt bien maitrisée, et j’ai apprécié le fait qu’elle ne réserve pas ses chants uniquement aux parties mélodiques. Malheureusement, le choix, s’il est plutôt heureux, comporte encore quelques lacunes. Déjà, je ne suis pas certaine que son timbre soit le plus adapté à ce style de musique. Il manque peut-être un peu de dynamisme, pourrais-je dire. De plus, j’ai l’impression qu’elle est parfois un peu en difficulté sur certaines compositions, peut-être est-ce dû au fait qu’elle ait intégré récemment le groupe ? Mais elle n’en demeure pas moins une bonne chanteuse, dont les capacités d’évolution devront être confirmées par la suite.

Il est à noter également une très bonne évolution de la production, qui offre un son de bonne qualité, à des lieues des précédents enregistrements. J’ai toutefois noté que la batterie avait parfois un peu tendance à écraser les autres instruments.

Quant au contenu de l’album, il se ressent clairement que le groupe est jeune. Toutefois, là où on pourrait leur reprocher un manque de maturité dans les compositions, je trouve qu’au contraire, ils gagnent en fraicheur. Le genre épique est souvent emprunt d’une certaine lourdeur et d’une grande prétention, ce qui ne semble pas être tout à fait le cas ici. Cette relative légèreté rend selon moi l’écoute d’autant plus agréable.

J’ai toutefois été un peu dérangée par le brassage des styles. Si la dominante de l’album est résolument épique, j’ai été un peu étonnée par le choix d’une thématique plus folkorique, notamment dans le morceau Mustan Valtikan Aika qui, après une introduction assez classique/épique, vire complètement dans le folklorique, avant de retrouver des accent plus traditionnels pour le groupe au cours d’un solo, et de repartir vers le folklore. Je ne sais évidemment pas ce qui a justifié le choix d’un tel morceau, mais je l’ai trouvé assez étrange et en complet décalage avec le contenu de l’opus.

En revanche, si je ne suis pas entièrement séduite lors de leurs envolées folks, j’ai vraiment eu un coup de foudre pour le reste de leurs compositions.

Jäässä varttunut, qui contient un refrain superbe, où la voix de la chanteuse, mariée aux grunts du chanteur guitariste, à quelques choeurs et aux salves martiales du batteur, est parfaitement exploitée, et offre un rendu global splendide. Le clip, d’ailleurs, illustre très bien l’ambiance qui se dégage de cette chanson grandiose.

Je trouve également que Blacksmith se démarque un peu par la qualité de sa composition. Elle est un heureux mélange de divers styles. Mais là où le groupe aurait pu tomber dans l’écueil du manque, du brouillon et du mélange un peu hasardeux (comme dans Mustan Valtikan Aika), la chanson offre au contraire une approche diversifiée et nuancée de leur musique. Un début black, mêlé ensuite à quelques accents folkloriques/symphoniques, puis des parties vocales épiques avec backgrounds féminins alternant avec d’autres parties black/fantasy. L’ensemble est cette fois-ci vraiment harmonieux et offre probablement le morceau que j’ai le plus apprécié de l’album.

Le morceau exploitant pour moi le mieux le côté fantasy, voulu par le groupe, est probablement Halls of Shadowheart. J’ai vraiment eu l’impression de suivre l’évolution de l’histoire, non seulement car le texte est en anglais (ce qui, évidemment, facilite l’immersion) mais également, et surtout, par la qualité musicale et le soin qui a été apporté à poser une ambiance fantastique.

Cet album est pour moi une excellente surprise, et certainement la découverte de l’année. Évoluant dans un genre assez vaste, cette diversité est à le fois une force et leur procure une identité originale et affirmée, mais parfois offre quelques moments un peu brouillons. Un groupe avec beaucoup de personnalité que je suivrai donc avec plaisir dans les années à venir.

Pour les avoir moi aussi vus en live, je peux dire qu’ils sont également très doués hors studio.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 28 Décembre 2008: Bravo pour ta chronique très complète , et sincère . J'ai bien envie de me l'offrir , celui-là...
Merci . Glad.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ metalpsychokiller

06 Décembre 2008
Décidément les froides contrées scandinaves infestées de trolls n’en finissent plus de nous abreuver de combos distillant avec talent divers genres de metal. Les nouveaux venus de Kivimetsan Druidi, fondé en 2002 par les frères Koskinen, sont issus de Finlande (Kouvola) comme les Nightwish, Turisas mais surtout Finntroll, Battlelore et Korpiklaani dont les influences sont sous jacentes tout au long de cette première offrande.

5 guerriers – Joni, growls et guitare ; Antti, claviers et chant ; Rinksa, lead guitare ; Simo, basse ; et Atte, batterie- émergeant maquillés de noirs, d’une forêt dense, imaginaire, magique, aux blocs de pierre épars et aux hautes montagnes. Et, une princesse au teint clair, la blonde et blanche Leeni-Mania, dont le timbre cristallin et velouté répondra aux épanchements gutturaux et virils. Une recette classique de « Metal sympho with female voice » épanchée black pagan, heavy ou folk power par intermittence, et accouchant ma foi d’un premier opus fort appréciable. Des atmosphères surréalistes épiques inoubliables, des mélodies catchies et mélancoliques ou les envolées des lignes organiques sont ciselées ; un melting pot d’influences folkloriques celtiques sur une solide assise metal. Un véritable vent chaud de rage et de sang venu de champs de bataille, tourbillonnant, et seulement tempéré par la pureté du chant lyrique féminin.

Ce premier album labélisé Century Media et produit par Esa Orjatsalo au noise camp studio en Turquie est une belle surprise et une pure réussite. Shadowheart oscille entre loyauté et amour, défection et haine, pénombre et lumière, courages et trahisons, bien et mal. Un manichéisme inhérent traité par une alternance growls masculins à la Loki et chant clair féminin à la Arwen, réussissant à éviter écueils et poncifs du genre. Pas de linéarité dans cette galette, ou l’originalité est le fil conducteur et ou des titres comme « Pedon Loitsu » à l’intro jubilatoire, ou un divin « The tyrant » se dégagent par leur excellence. La fantasy dont sont teintés les lyrics s’expriment à travers chaque composition traversée d’effluves de piano, et de rushs guerriers faisant mouche inexorablement.

Finalement, cette première offrande surprend beaucoup plus malgré un léger manque de maturité que par le potentiel du combo ; et la grande qualité exposée ne peut qu’être annonciatrice de lendemains prometteurs. « Kivimetsan Druidi » sera en tournée à travers l’Europe dont la France en oct. /novembre 2008 en compagnie des Trolls folkleux hydromélisés de Korpiklaani, et de Battlelore (surprenant, non ?!!!). Un sacré coup de projecteur, pour un groupe en devenir (mais déjà d’actualité) que tout amateur du genre ne peut en aucun cas zapper. Pour ma part je ne louperais cela en aucun cas. A bon entendeur…

Un certain temps s’étant écoulé entre la rédaction et la mise en ligne de ma review, je confirme; en live KD, vu avec Battlelore, et Korpiklaani est une future valeur certaine…

16/20 MPK

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire