Serenadium

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Iniquity
Nom de l'album Serenadium
Type Album
Date de parution 1996
Enregistré à Borsing Recording
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album50

Tracklist

1.
 Tranquil Seizure
 06:20
2.
 Prophecy of the Dying Watcher
 04:26
3.
 Serenadium
 04:42
4.
 Spectral Scent
 06:25
5.
 Mockery Retained to Obturate
 04:28
6.
 Encysted and Dormant
 05:48
7.
 Son of Cosmos
 03:38
8.
 Retorn
 05:35

Durée totale : 41:22


Chronique @ BEERGRINDER

26 Mars 2008
Mesdames et messieurs, voici encore une bande de brutes venue du Danemark. Ce pays est petit en effet, mais la scène Death y est très développée et hormis les incontournables que sont Illdisposed, Panzerchrist et Exmortem, d’autres formations donnent dans le brutal, c’est le cas d’Iniquity et de ce premier album Serenadium (1996).

Les danois nous présentent ici une pochette colorée, mais qui a son charme avec ses carcasses humaines partiellement digérées par une sorte d’estomac extra-terrestre.
Et au niveau de la musique, Iniquity ne fait pas non plus dans la dentelle, Tranquil Seizure assommant l’auditeur dès le début avec une lourdeur de diplodocus : des guitares accordées très bas et un son gras de chez gras, rappelant immédiatement les débuts de Illdisposed.
Certes les grincheux trouveront qu’un effort aurait pu être fait au niveau du son et la dizaine de jours d’ enregistrement au Borsing Recording s’avère être un peu juste, mais ceux ci n'ont qu'à aller écouter Obscura ou le dernier Embryonic Devourment et sa prod en plastique..
C’est justement cette impression d’urgence et d’approximation qui donnent son caractère à Serenadium, un peu comme le fromage et les pourritures dans le bleu. Le chant de Brian Petrowsky est également colossale et accompagne magistralement les pavés que sont Serenadium ou Mockery Retained to Obturate. On trouve aussi régulièrement sur Serenadium ces sonars, accentuant (comme si ça ne suffisait pas) la lourdeur des titres (Son of cosmos).

Mais le matraquage en règle n’est pas la seule chose qu’Iniquity sache faire, vous trouverez sur Spectral Scent quelques parties techniques (même si elles ne sont pas vraiment mises en valeur par la production), ainsi que quelques soli mélodiques étonnants et même une pincée (faut pas déconner non plus) de clavier et un passage de piano.
La basse de Thomas Christensen est elle, vrombissante à souhait et appuie encore le côté 38 Tonnes des danois avec la batterie de Jesper Frost**, sa double pédale sonne d’ailleurs comme si les peaux étaient détendues au maximum. (un peu à la manière de Pungent Stench sur For God Your Soul…) Avant de conclure arrêtons nous un instant sur Encysted and Dormant la perle de l'album, débutant lentement et enchainant sur un crescendo dans la brutalité jusqu’à atteindre le chaos ( le fuc* lancé au milieu est irrésistible).

Alors certes on retrouve quelques similitudes avec Illdisposed : voix gutturale infra-basses et lourdeur omniprésente, mais les compos sont monstrueuses : bien grasses et avec un surcroit de technique qui fait la différence. Avec Serenadium et aidé aussi par la bonne distribution de Die Hard, Iniquity impose de nouveau la scène danoise à la face du monde avec brio!

BG

3 Commentaires

8 J'aime

Partager
eulmatt - 27 Mars 2008: Contrairement au trio infernal de ses confrères, je ne connais pas Iniquity. Danois rime toujours avec finesse à ce que je vois.
Bon, si je tombe sur ce disque pas cher, pourquoi pas...
Balze - 15 Janvier 2011: Pute de borgne... mais... mais... c'est une gemme ! [air ahuri]
Jacky_Doussot - 07 Mars 2012: Je viens de le recevoir: moins de 25 euros port compris, chez imusic.dk (avec des bons de réductions qui plus est). Le site est fiable, allez-y vite car l'objet est très très rare!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire