Satellite

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe POD
Nom de l'album Satellite
Type Album
Date de parution 11 Septembre 2001
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album209

Tracklist

1.
 Set it Off
 04:16
2.
 Alive
 03:23
3.
 Boom
 03:08
4.
 Youth of the Nation
 04:19
5.
 Celestial
 01:24
6.
 Satellite
 03:30
7.
 Ridiculous (ft. Eek-a-Mouse)
 04:17
8.
 The Messenjah
 04:19
9.
 Guitarras de Amor
 01:14
10.
 Anything Right (ft. Christian Lindskog from Blindside)
 04:17
11.
 Ghetto
 03:37
12.
 Masterpiece Conspiracy
 03:11
13.
 Without Jah, Nothin' (ft. H.R. from Bad Brains)
 03:42
14.
 Thinking About Forever
 03:46
15.
 Portrait
 04:32

Bonus
16.
 Whatever It Takes
 04:02

Durée totale : 56:57


Commentaire @ Trashking

14 Juin 2008
Bon, je suis pas trop neo Metal mais certains groupes de ce genre arrivent à captiver mon attention. C’est le cas de P.O.D. ( Payable on Death) qui mélange habilement un metal teinté d’influence rap. Oui, je sais, on appelle cela de la fusion. P.O.D. est d’ailleurs un des survivant de la vague neo qui ravageait la Terre au milieu 90’s au grand désarrois des puristes qui voyaient dans cet effet de mode, la mort du solo de guitare et des morceaux épiques. Aujourd’hui, peu de ces groupes sont encore debout dont Korn et Deftones en tête.

Comme tout album de neo qui se respecte, « Satellite » fait la part belle à des morceaux dont les riffs de guitare sont taillés pour le jump et les pogos comme sur les trois premiers titres « Set It Off », « Alive » et « Boom ». Simple mais efficace en concert.
« Youth The Nation » est beaucoup plus posé, calme. Le chant est rapé et le refrain repris en chœur par des enfants est assez accrocheur bien que très répétitif.
S’ensuit « Celestial »,un court morceau instrumental très planant, limite chiant.
La chanson-titre n’est pas exceptionnelle puisqu’elle reprend la formule classique du groupe avec l’habituel chant typé rap.
Meme critique pour « Ridiculous » bien que le refrain soit assez marrant.
Retour dans un registre plus violent avec « The Messenjah » : dans la meme veine que les trois premiers titres.
Encore une courte interlude instrumentale du nom de « Guitarras de Amor » mais cette fois en acoustique.
Je passe le descriptif de « Anything Right », « Ghetto » et « Masterpiece Conspiracy » car tous sortis du meme moule que « Satellite ».
« Without Jah, Nothin’ » commence brutalement avec un chant criard et violent pour ensuite enchainé avec une musique reggae. Original.
Evidemment, il y a LA Ballade de l’album : « Thinking About Forever ». Pas de quoi casser trois pattes à un canard, ce titre comporte néanmoins un joli solo à la guitare acoustique.
L’album se termine par deux morceaux très violent que sont « Portrait » et « Whatever It Takes ». Une bonne fin.

Bon, évidemment, je déconseille l’album à tous les détracteurs du neo metal mais les amateurs de ce genre musical devraient y trouver leur compte.

7 Commentaires

2 J'aime

Partager

Trashking - 20 Janvier 2010: Pareil que toi. Je ne possède que cet album de P.O.D. et bien que ça ne soit pas mon style de prédilection, une petite écoute de temps en temps ne fait jamais de mal, bien au contraire.
rambo53 - 21 Janvier 2010: J'avoue qu'ils ont réussi à me faire changer d'avis à savoir que l'on peut faire de la bonne musique même avec du rock chrétien sans être "culcul".
Benaya - 25 Octobre 2011: Je comprends que ce soit difficile pour des "vrai" métalleux de bien noter cet album, mais pour moi ça restera l'album (et donc aussi le groupe) qui m'a fait découvrir et aimer le métal chrétien, même si aujourd'hui j'ai du mal à classer ça dans le Métal, et que j'écoute plus volontiers August Burns Red.
Game_system - 17 Novembre 2018:

Cet album est d'une immense efficacité. Les bon riffs sont là; les passages bourrins sont défoulants et les refrains bien exécutés. Je trouve cet album vachement original pour du néo, puisqu'il y a un mélange de genres différents et ce de manière constante tout au long des chansons de l'album (reggae, punk, rap, acoustic,..). Le groupe a fait un véritable effort pour que chacune sonne différemment de la précédente, et que le tout soit varié, et ça se sent. Un album aussi spirituel que créatif.

Contrairement à ce qui est dit dans le texte, j'ai beaucoup aimé les interludes instrumentaux, que je trouve qui font bien leur boulot de transition (j'aurais tellement aimé qu'ils soient plus longs). Et puis, dire que « Anything Right », « Ghetto » et « Masterpiece Conspiracy » sont pareils que la chanson-titre, c'est à se demander si on a écouté les mêmes chansons...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire