Rapid Foray

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Running Wild
Nom de l'album Rapid Foray
Type Album
Date de parution 26 Août 2016
Labels SPV
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album50

Tracklist

1. Black Skies, Red Flag 04:44
2. Warmongers 04:29
3. Stick to Your Guns 05:08
4. Rapid Foray 04:47
5. By the Blood in Your Heart 05:27
6. The Depth of the Sea Nautilus 03:53
7. Black Bart 05:06
8. Hellestrified 04:22
9. Blood Moon Rising 04:20
10. Into the West 04:34
11. Last of the Mohicans 11:11
Total playing time 58:01

Chronique @ LeMoustre

24 Août 2016

Under Running Wild

Après un retour attendu par ses fans mais, disons-le franchement, à côté de la plaque avec le raté Shadowmaker (2012), un chouia relevé avec Resilient l'année qui a suivi, revoici le capitaine (et seul maître à bord) Rock'n'Rolf avec son Running Wild pour un disque qui peut susciter autant l'envie (eu égard au passé du groupe) que l'indifférence, compte tenu de la qualité de ses deux sorties précédentes. Devenu one-man band, au fur et à mesure des années, Running Wild a connu son heure de gloire à partir de Under Jolly Roger (1987), avec un heavy/speed-metal totalement germanique, dont l'originalité est basée sur l'imagerie flibustière, avec hymnes entraînants, rythmiques simples mais accrocheuses, parfois épiques, et portées par la voix charismatique de son leader. Si les albums se sont succédés toutes voiles dehors jusqu'en 2005, avec du moyen et du plus intéressant, la pause du leader Kasparek (le vrai nom de Rock'n'Rolf) et le succès du groupe ont permis l'émergence de groupes inspirés ouvertement par le pirate Hamourgeois (Lonewolf : cocorico !), voire le retour d'un Grave Digger, dans un créneau similaire, aidé en cela par les programmations traditionnelles de certains festivals, allemands pour la plupart.

Qu'attendre de Running Wild en 2016 ? Après une blessure à l'épaule qui l'a tenu indisponible plus d'un an, Kasparek (encore sans groupe à proprement parler) sort ce Rapid Foray, trois ans donc après Resilient, à la pochette rappelant les grandes heures du groupe. Après deux titres ouvrant l'album reconnaissables entre mille, et plutôt encourageants, "Stick To Your Guns" lorgne vers un AC/DC répétitif, et l'ennui pointe assez rapidement, pas aidé par une assise rythmique d'une banalité affligeante (batterie programmée, feeling aux abonnés absents). Chacun pourra d'ailleurs se demander, à juste titre, si l'absence de vrai groupe à la composition (mais aussi à l'exécution en studio) n'enlève pas d'âme à Running Wild ? Poser la question revenant ici à avoir la réponse. Alors, bien sûr, Kasparek sait toujours composer des refrains fédérateurs (les cornemuses du réussi "By The Blood In Your Heart" à chanter dans une taverne, godet au poing) et des titres réussis ("Rapid Foray", et la doublette ouvrant l'album), qui combleront les fans avides de nouveaux hymnes. Ils seront également rassurés de retrouver le morceau épique de 11 minutes ("Last Of The Mohicans", évidemment placé en fin de disque, qui intro et outro enlevés ne dure finalement pas autant - effet d'annonce ?).

Ainsi, l'auditeur exigeant essaiera de distinguer les variations de jeu d'une batterie aussi inventive que le tic-tac d'une pendule, et les vraies réussites d'un l'album gâché par cet effet très mécanique de la rythmique. Un peu en pilotage automatique, la frégate Running Wild ne prend aucun risque, et on a souvent l'impression de recyclage avec des riffs déjà entendus ("The Depth Of The Sea - Nautilus" sauvé par son solo). Kasparek retrouve néanmoins de sa superbe passée avec des vocaux entraînants ("Black Bart" et ses chœurs, "Into The West" et son lead dynamique), mais jamais bien loin de ses anciens morceaux de bravoure, tant et si bien que l'impression de déjà-vu hante le disque ("Blood Moon Rising"). Bien sûr, on s'attend à du Running Wild, et les irréductibles du groupe se réjouiront de revoir celui-ci revenir dans sa zone de confort. Toujours ça de pris. Un mot sur la pièce finale "Last Of The Mohicans", son intro Maidenienne d'une minute trente, son riff principal bien trouvé, mais qui retombe un peu une fois le chant placé - aux couplets convenus - en s'éternisant quelque peu, étirant plus que de raison une composition à tiroirs typique qui n'en avait pas besoin.

Kasparek donne aux fans ce qu'ils attendent, et malheureusement, sans vraiment sortir un disque emballant. Rempli de redondances agaçantes et plombé par un jeu de batterie mécanique agaçant, Rapid Foray (au tempo général plutôt agréable, sans jamais déchirer les voiles) redresse quelque peu la barre grâce au métier certain de son capitaine, et une poignée de titres conformes aux attentes des fans, à l'image d'un groupe établi et professionnel, comme il en est dans tous les styles. Pas difficile après les deux albums précédents. Ce Rapid Foray, au nom faussement indicateur, constitue un moment parfois sympathique à l'image de son prédécesseur, convenu et rassurant sur son orientation générale, mais au final encore une fois en dessous des albums phares du groupe.

2 Commentaires

16 J'aime

Partager
BARONROUGE - 07 Septembre 2016: Une bonne "chro" à double tranchant , que doit ton "attendre" ou " entendre " de "Running Wild" , la sur sûr ce skeud , c'est une "compil" de riffs ou plutôt un mixte de ce qui à fait les plus grands skeuds du groupe , ou alors juste du "Running Wild " pour reprendre le navire sur des flots sans histoire , pour plaire à la base de fans qui ne cherche pas la révolte , perso j'aime ce skeud à la con , et pour dire plus sur le précédent album du groupe " Resilent " est un skeud à part , une petite sortie de route bien "sympa" , un truc comme ça qui sort de la tête de " Kasparek" ( voir le résultat du désastreux "Shadowmaker" ), faut le secouer , il tourne en rond ce mec , mais la avec "Rapid Foray" les voiles ont bon vent ------------- bon vous fait chier avec vos "chros" ou ils nous faut , non ou je dois réfléchir" sur la conception d'un putain de skeuds à deux balles , mais je vais me mettre dans ma collection , merci les amis .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire