Prophet of the Last Eclipse

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Luca Turilli
Nom de l'album Prophet of the Last Eclipse
Type Album
Date de parution 11 Novembre 2002
Produit par
Enregistré à Gate Studios
Style MusicalPower Symphonique
Membres possèdant cet album196

Tracklist

1. Aenigma 01:58
2. War of the Universe 04:19
3. Rider of the Astral Fire 05:12
4. Zaephyr Skies' Theme 03:19
5. The Age of Mystic Ice 04:54
6. Prince of the Starlight 05:14
7. Timeless Oceans 04:18
8. Demonheart 05:09
9. New Century's Tarantella 05:15
10. Prophet of the Last Eclipse 11:49
Bonustracks
11. Dark Comet's Reign 04:44
12. Demonheart 05:02
13. Caprice in a Minor 02:31
14. Autumn's Last Whisper 02:30
Total playing time 51:27

Chronique @ Eternalis

25 Novembre 2008
La vague « True Metal » n’aura certes pas engendré que du positif dans le monde du Metal mais force est d’admettre qu’il aura permis l’éclosion de certains génies musicaux comme Andre Matos (Angra, Sha(a)man), Tobias Sammet (Edguy, Avantasia) et Luca Turilli. En véritable état de grâce en cette année 2002, car sortant presque simultanément Power of a Dragonflame de Rhapsody (qui reste selon moi leur meilleur album à ce jour) et ce gigantesque Prophet of the Last Eclipse, œuvre avant-gardiste et novatrice d’un Speed n’en revenant pas de pouvoir être si créatif.

Car si King of a Nordic Twilight n’offrait guère de différence avec son groupe principal, si ce n’est le changement de vocaliste (et encore, relativement proche au niveau du timbre), ce second opus offre un travail bien plus développé et original.
La principal nouveauté étant évidemment ce clavier électronique et spatial auquel Luca ne nous avait pas habitué (il a d’ailleurs complètement passé le cap avec Dreamquest) et qui offre une fraicheur et une puissance peu commune aux compositions toujours aussi grandioses du charmant italien.

En effet, à l’écoute d’Aenigma ouvrant le disque, l’auditeur plonge dans une atmosphère chaotique et froide, tout en gardant cette part de mystère et de beauté faisant la grâce de la musique de Luca. Puis déboule entre nos oreilles le rouleau compresseur typique nommé sobrement War of the Universe. Speed, sans concession, grandiose, lyrique, un « hit » en puissance défonçant tout sur son passage. Un parfait hors d’œuvre pour débuter.

Le reste n’est que pure jouissance sonore pendant plus d’une heure. Le chant de Olaf Hayer est splendide, tout en puissance, mais c’est surtout Robert Hunecke-Rizzo qui impressionne derrière les futs autant par sa rapidité que par sa dextérité. Sur le morceau éponyme de onze minutes, sa vitesse est tout bonnement incroyable, les symphonies se déchainent, les solos volent de partout, les chœurs sont grandioses (je l’ai déjà dit ça non ??) et la conclusion du morceau est splendide et intrigante.

Mais ne croyez pas que notre génie transalpin se limite à du bourrin. Il fait passer tout un panel d’émotion à travers sa musique et montre une sensibilité peu commune, à l’instar de la superbe intro de flute sur New Century’s Tarantella », ou encore sur la ballade Timeless Ocean, simplement merveilleuse, et évoquant les mélodies vocales du regretté Freddy Mercury.
On se devra de noter également le très intéressant intermède Zaephir Skies’ Themes, très électronique et cosmique, avec uniquement le chant divin de Madame Amanda Somerville. Et puis on n’oubliera pas le single Demonheart, véritable rouleau compresseur, sans doute plus simple que le reste mais si parfait que pas l’ombre d’un défaut ne vient entraver son écoute. Il existe également une version avec Andre Matos au chant (disponible sur la magnifique version digipack) mais cette dernière est moins convaincante, car non taillé pour un frontman d’ordinaire habitué à une musique moins agressive.

Au final, que dire si ce n’est qu’il s’agit d’un futur album culte, indispensable, génial et simplement unique. Ce que l’on appelle communément un chef d’œuvre.

3 Commentaires

5 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 26 Novembre 2008: Rien à ajouter d'autre que : "Je cours chez ma disquaire pour acheter ce CD " Merci ! Glad.
Eternalis - 26 Novembre 2008: Tu ne l'as pas?? Connaissant tes gouts, tu peux simplement te jeter dessus.
Et juste un conseil d'ami, si tu le veux vraiment, va voir sur holy records, la version digipack (dont je parle justement) est seulement à 9?50, donc hésite pas vu la qualité de cet opus!!
SilverClimber - 16 Août 2016: Très bonne chronique pour un disque excellent je crois que vais y réfléchir pour mes futurs achats !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MetalAngel

15 Juin 2005
Second album solo du guitariste de Rhapsody, Luca Turilli, 'Prophet of the Last Eclipse' est un album surprenant et pas du tout typique de celui-ci. Bien sûr, on y retrouve des orchestrations et les structures musicales préférées de Turilli, mais, tout y différent : des sonorités modernes font leur apparitions (samples, boucles, synthétiseurs), la voix d'Olaf Hayer se fait un peu plus agressive que par le passé (un peu dans la veine de ce qu'il fait dans Dionysus) et les compositions sont un brin plus barrées (cf le titre éponyme "Prophet of the Last Eclipse", tout modern-jazzy). Luca Turilli nous a sorti un album tellement inspiré que toute la discographie de Rhapsody disparaît dans les méandres de notre mémoire, pour laisser place à ce chef-d'oeuvre de sci-fi métal. L'histoire est toujours à situer dans la catégorie "donjons & dragons", mais, est plus moderne, car située dans un futur chaotique et ténébreux ("Demonheart", "Prophet of the Last Eclipse"), ceci étant la principale différence entre le premier et le second album. Au niveau de l'interprétation, rien à dire, tellement elle est impéccable : les morceaux sont toujours aussi speed ("Riders Of The Astral Fire", "Prince Of Starlight", "Demonheart", "New Century's Tarantella"), les parties de synthés enchanteresses et les vocaux surpuissants. Luca Turilli s'est dépassé complétement pour nous pondre un album magnifique, fait pour devenir un classique du genre. Mais, où trouve-t'il toute l'inspiration nécessaire pour gérer sa carrière avec Rhapsody et sa carrière solo, alternativement???? Mystére! Nous ne le saurons peut-être jamais, mais, ce qui est sûr c'est qu'il continuera, dans l'avenir à nous donner du plaisir avec ses disques. Vivement le troisiéme album!!!!

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
erzebethgoth - 01 Novembre 2006: En effet album surprenant et génial (je n'oublis pas pour autant Rhapsody ^^)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

26 Novembre 2008
Ca n’est pas dans mon habitude de chroniquer du Heavy Metal (enfin le terme est assez restreint pour englober la diversité musicale dont fait preuve cet opus) mais cet album solo de Luca Turilli m’a littéralement foutu sur le cul (excusez pour l’expression). Luca Turilli, aidé d’Olaf Hayer, Sascha Paeth, Miro et Robert Hunecke-Rizzo nous délivre un album somptueux de Heavy Metal Symphonique avec utilisation d’éléments folkloriques. Ce chez d’œuvre se nomme Prophet of the Last Eclipse.
Signé sur le label NTS, Prophet of the Last Eclipse bénéficie d’une bonne production, claire et puissante. Tous les instruments y trouvent leur place.
Musicalement, les riffs de guitares sont en adéquation avec les parties symphoniques c'est-à-dire qu’ils ne sont pas mis en avant dans la musique, disons qu’ils sont là pour donner de la puissance et du rythme. Les solos sont tout bonnement magnifiques, très techniques et hyper mélodiques, ils donnent à la musique un gros plus. En tout cas les mélodies sont somptueuses d’ingéniosités et d’inspirations. Vraiment très réussi. Les parties orchestrales (synthé, violons etc…) sont du même ordre que les riffs de guitares, hyper mélodiques et géniaux. La batterie varie entre différentes sortes de tempos, rapides, lents, lourds etc.… Le chant est un gros attrait de la musique, il est très présent et donne vie à la musique grâce à un timbre de voix assez aigu. Olaf Hayer maîtrise parfaitement son sujet.
Bref, si vous n’en avez pas assez de Rhapsody et que vous voulez vous transporter dans un monde musical parallèle crée de toute pièce par le génie de Luca Turilli, cet album est fait pour vous. Moi j’adore.


0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire