Pandemonium

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Chthonic
Nom de l'album Pandemonium
Type Compilation
Date de parution 28 Janvier 2008
Labels SPV
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album16

Tracklist

1. City of Obscurity 01:28
2. Onset of Tragedy 06:32
3. Revert to Mortal Territory 03:27
4. Grab the Soul to Hell 05:06
5. Decomposition of the Mother Isle 11:05
6. Floated Unconsciously in the Acheron 06:17
7. Indigenous Laceration 04:04
8. Bloody Gaya Fullfilled 06:39
9. Quasi Putrefaction 07:03
10. Guard the Isle Eternally 08:55
11. Relentless Recurrence 07:16
Total playing time 1:07:51

Chronique @ Matai

09 Décembre 2009
Chthonic aura mis du temps à se faire connaître de la scène occidentale et seul son album Seediq Bale lui aura fait ce privilège en 2005, après dix ans de formation. Deux ans plus tard, ils nous sortent leur deuxième compilation, Pandemonium. Il faut noter que cette compilation n'est pas bien différente de la précédente sortie un an plus tôt: les titres sont quasiment les mêmes à une ou deux exceptions. La différence, c'est la remasterisation, donc une amélioration du son.
Pandemonium n'est évidemment par un nom choisi au hasard puisqu'il s'agit de la capitale des Enfers. Amorçons donc une descente dans les Enfers Taïwanais par la même occasion.

Tout d'abord, les titres. La plupart sont extraits de Seediq Bale, les autres piochés ici et là dans les précédents opus. Musicalement, on retrouve bien la patte du groupe, cet étrange black métal symphonique (retrouvé grâce au titre d'introduction City of Obscurity, car instrumental) qui se veut plutôt mystique, les thèmes principaux étant les mythes taïwanais, la colonisation, les traditions ancestrales, et la mort.
La grande particularité de Chthonic, et donc par conséquent de cet album, c'est l'utilisation d'instruments traditionaux (outre les claviers) comme les flutes ou le erhu, un violon chinois, le mélange des langues, passant du taïwanais ou japonais et au mandarin, les vocaux, un mix entre cris aigues, graves, et chant féminin très glauque, aux sonorités tès mystérieuses, les ambiances, bien noires, bien malsaines et décidément bien tristes, et les changements de rythme. Le titre le plus révélateur est Onset a Tragedy, le pur joyau de Chthonic tellement il est complet. Les guitares sont très tranchantes, bien agressives, la voix, criée, se rapproche beaucoup de celle de Dani Filth de Cradle of Filth, le timbre est presque identique, la batterie est assez technique, martelée comme il faut, et en accord avec une basse bien audible. Les claviers et le erhu sont beaucoup mis en valeur, tellement qu'on les entendrait même plus que le reste, mais ce n'est pas déplaisant, car ce sont ces claviers en particulier qui créés l'ambiance que j'ai décrite plus haut. Le groupe joue avec les sonorités, les bémoles, le tout devient très particulier à entendre. Ces jeux sont un élément à part entière dans la musique de Chthonic, présents dans tous les titres, et c'est bien ce qui fait le charme du groupe. Toujours dans Onset a Tragedy, le changement de rythme. La bonne surprise du titre: tempo moyen, puis accélération pendant la majeure partie du titre, et tout d'un coup, la chute, on repasse au tempo moyen, et le groupe le fait avec une telle facilité que ç'en est déconcertant.

Bon, on a quand même du plus agressif avec des titres tels que Revert to Mortal Territory ou Floated Unconsciously in the Archeron, assez rentre dedans, bien tranchant: guitares en première ligne, aux riffs incisifs et offensifs, au chant bien crié à s'arracher les trippes et à la batterie martelée, tel un rouleau compresseur qui s'abat sur vous. Bloody Gaia Fulfill met la voix féminine en avant avec les claviers, et ça donne un drôle d'effet: c'est extrêment glauque, ça part dans tous les sens, les sons sont bizarres...le titre le plus étrange que j'ai eu l'occasion d'écouter, sans pour autant ne pas être intéressant, avec Quasi Putrefaction, vraiment barré dans son genre à cause (ou grâce?) aux claviers, avec son chant extrêmement prenant et torturé.
On a tout de même des titres plus calmes, mais restant tout de même violents par le chant principalement, avec Grab the Soul to Hell et Decomposition of the Mother Isle, les guitares sont tout de même plus timides sans pour autant se cacher, elles arrivent tout de même à se distinguer par moment mais ont tendance à se voiler, au profit des claviers. A noter, quelques solos intéressants.

Les résultats sont concluant, tous les titres présents sur cette compilation sont très bons, ce sont en effet les meilleurs. J'ai pu me procurer Seediq Bale et les titres phares de cet album sont en effet présents sur Pandemonium. Si vous ne connaissez pas le groupe, procurez vous cette compilation, elle reflète énormément le travail de Chthonic, et vous pourrez toujours l'écouter comme un album à part entière tant elle est bonne. A mon avis les amateurs de black ne seront pas trop déçus (à part les amateurs de black brutal cependant). Tout de même, il est très intéressant de se pencher sur ce groupe, qui se réserve un bel avenir. Petit bémol : les prestations live ne sont pas vraiment à la hauteur des albums studios. En même temps c'est du black. Mais si vous prenez un titre comme Onset a Tragedy version live, vous serez sans doute déçus : le chant n'a rien à voir, le passage du grave à l'aigu est très mal fait, même le cri n'est pas bon...
Dans tous les cas, Chthonic reste un bon groupe. Si cette compilation vous a conquis, penchez vous sur Seediq Bale ou Mirror of Retribution, le dernier en date.
Bonne écoute!

5 Commentaires

6 J'aime

Partager

BadaOfBodom - 25 Octobre 2010: Tiens, je ne savais pas que tu avais chroniqué ce truc ! Merci de l'avoir fait, déjà parce que ça m'intéresse, mais aussi parce que Chthonic est un groupe qui mérite de l'attention. ;)
Morsifer - 07 Mars 2013: Bonjour,

Je rejoins l'avis de Bojart. Vous êtes la reine des groupes qui ne suscitent certainement pas l’engouement général!
Très bon groupe, en effet! Ils dégomment bien!!
Ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les passages de violon chinois (Er Hu en mandarin). Cet instrument ajoute une touche mélancolique extraordinaire!!! Ecoutez Grab the soul to hell dès les premières secondes pour vous en persuader !! Decomposition of the mother Isle, la longue balade style black metal, en est imprégnée du début jusqu’à la fin !

Bref, comme je l’ai mentionné dans un des forums sur SoM, attendez que les chinois se mettent réellement à faire du metal, ils vont faire péter la baraque, surtout dans le genre symphonique !!! Car des instruments traditionnels comme le Er Hu, ou encore le Da Gu (gros tambour chinois) apporteront une nouvelle dimension encore inconnue en Occident.
Cela n’aura rien à voir avec le metal du style japonais qui se rapproche beaucoup de celui que nous connaissons en Occident. Les chinois ont l’art et la manière d’introduire leur propre culture dans un style qui ne leur est pas familier et d’en faire un melting-pot harmonieux !
Certains d’entre vous trouveront peut-être ma dernière remarque trop biaisée… Seul l’avenir nous le dira !
Morsifer - 07 Mars 2013: De plus, le nom chinois du groupe est ??(en caractères simplifiés, les taïwanais utilisent les caractères traditionnels, tout comme à Hong Kong) que je traduirais par 'âme scintillante'.
Svernast - 12 Janvier 2014: @Matai: Belle chronique, mais il n'y a que 3 titres sur 11 de Seediq Bale, donc pas "la plupart" ;)
@Morsifer, Le groupe "Ego Fall", dans un autre style, est intéressant, le morceau "Spirit Of Mongolia" utilise un chant traditionnel, avec une voix de gorge, très grave. C'est assez intéressant!
La compilation est géniale, les morceaux repris de Seediq Bale sont excellents, ceux repris de "9th Empyrean" sont incroyables aussi! A écouter!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Scoss

22 Octobre 2010
Chthonic est un groupe qui a désormais plus de 10 ans d'activité au compteur, qui pratique une musique de qualité mais qui est surtout relativement peu connu par chez nous. Pour quelle raison? Pour la simple et bonne raison que ce combo est taïwanais et que, d'une part, le manque de promotion de la scène asiatique et, d'autre part, le manque d'intérêt du public pour celle ci, ont fortement handicapé la reconnaissance du groupe hors de ses frontières.

Pourtant le groupe possède de solides atouts.

Musicaux tout d'abord : le groupe pratique un Black Metal mélodique et symphonique de très bonne facture auquel s'ajoute l'utilisation du erhu (violon chinois à deux cordes) qui donne à la musique une saveur exotique inédite.

Conceptuels : les thèmes abordés par le groupe sont originaux, l'histoire des rites et des croyances de Taïwan, l'histoire de Taïwan et de sa mythologie. L'alternance de textes en anglais et en chinois confère encore une fois une originalité à la musique du groupe.

Visuels : La jolie (ndr: somptueuse) bassiste, Doris Yeh qui assure la promotion du groupe est un atout certain pour attirer l'attention sur le groupe. Les pochettes d'albums sont également très travaillées et en rapport avec le concept de chaque album.

Effectivement, lorsque l'on tient en main ce Best-Of sobrement intitulé Pandemonium, on se dit immédiatement que le groupe ne se fout pas de la gueule de l'auditeur. Présenté sous la forme d'un mini-coffret ne possédant point de livret mais des paroles écrites en doré sur une imitation de papier ancien ainsi que des cartes du groupe, l'objet séduit.

Musicalement parlant, ce best of regroupe des titres de chaque album du groupe jusqu'à Seediq Bale (ndr: sorti en 2005) en mettant toutefois l'accent sur ce dernier. La musique du groupe est donc un Black Metal symphonique et mélodique fortement influencé par Cradle Of Filth et Dimmu Borgir sans toutefois atteindre la grandiloquence des groupes sus-cités. Notons également l'apport de quelques éléments Thrash et Heavy Metal notamment dans les mélodies et les soli de guitares.

Mais la principale originalité du groupe réside dans l'emploi de gammes asiatiques sur plusieurs morceaux et l'utilisation du fameux erhu qui s'incorpore parfaitement aux rythmiques Metal extrême donner à la musique une couleur très personnelle. L'ajout de chant féminin, par Doris la bassiste, sur certains titres donne une dimension envoutante au Black Metal proposé par le quintet Taïwanais.

D'un point de vue technique les musiciens sont au dessus de la moyenne particulièrement les guitaristes capables de jouer des soli virtuoses et le batteur possédant un jeu relativement riche et capable de jouer quelques rythmes peu évidents.

Le travail de composition est également à souligner. Les 11 minutes de Decomposition of the Mother Isle débutant par un Metal extrême lent dont l'intensité va crescendo pour enchaîner sur un final rapide et varié où s'entremêlent rythmes Thrash, chant féminin et soli virtuoses. Bloody Gaya Fulfilled avec ses choeurs féminins ou encore Guard The Isle Eternally avec sa sublime introduction envoûtante possible au Erhu qui laisse place à des mélodies de guitares typiquements asiatiques.

Chthonic est, par conséquent, un groupe qui vaut vraiment le détour, proposant une musique inspirée du Metal Européen mais mis à la sauce d'Extrême Orient pour un résultat surprenant et dépaysant. L'intérêt des Best Of est bien souvent très limité, dans le cas présent il est un moyen sur et efficace de découvrir le groupe dans ce qu'il a de meilleur et de se laisser apprivoiser par les mélodies envoûtantes de l'orient.

A découvrir...


9 Commentaires

0 J'aime

Partager

Matai - 24 Octobre 2010: AWL : merci et je suis tout à fait d'accord avec toi sur tous les points.

@Scoss : Après, qu'on dise son avis, je ne suis pas contre du tout, mais là où ça devient risible c'est quand on a à faire à deux fois la même chose, et la même note de surcroit...
Il y a bien des chroniques que j'aimerais écrire, mais je ne le fais pas, tout simplement parce que ça serait répéter et le contenu, et la note du membre qui a premièrement chroniqué l'album, et ça ne sert à rien. Si tu vois ce que je veux dire. Après il faut juste savoir faire preuve de bon sens quant à ses envies.

Dans le cas présent, si tu avais envie de montrer que ça en vaut le coup comme tu le dis, tu aurais pu par exemple mettre un commentaire à ma chronique dans lequel tu expliques ce que tu as aimé/pas aimé etc dans l'album et le membre qui tombe sur ça se fait une bonne idée de la chose.
Après c'est peut-être une façon plus ou moins concrète de gagner des points facilement en faisant un presque trop gros magnifique doublon...
AlonewithL - 24 Octobre 2010: "Après c'est peut-être une façon plus ou moins concrète de gagner des points facilement en faisant un presque trop gros magnifique doublon..."
Pour ma part je n'irais pas jusqu'à affirmer ça. Les soumissions de groupes me font gagner plus de points, et celà demande généralement moins de boulot qu'une chronique.
Le double-chroniquage est une pratique que j'évites justement par respect du chroniqueur qui est présent. Car celà consacre du boulot et du temps (pour celui qui le fait correctement). Après celà "peut" être utile quand on a un avis contraire.
Matai - 24 Octobre 2010: C'est en effet utile quand on a des avis contraires d'avoir plusieurs chroniques, d'autant plus quand la fourchette est large ou que les notes sont très différentes (genre le dernier Kamelot, les notes des chroniqueurs vont de 11 à 18 et chaque membre argumente...)
Scoss - 24 Octobre 2010: Matai, j'ai répondu à ton MP pour te fournir quelques explications.
Effectivement je suis d'accord avec vous. Voilà après j'ai posté cette chronique, je n'ai pas du tout plagié, c'était maladroit mais vraiment pas mal intentionné. Le système de points ne m'intéresse pas.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire