Mirror of Retribution

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Chthonic
Nom de l'album Mirror of Retribution
Type Album
Date de parution 10 Août 2009
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album58

Tracklist

1. Intro / Autoscopy 01:57
2. Blooming Blades 04:41
3. Hearts Condemmed 04:31
4. Venom in My Veins 03:02
5. The Aroused 05:07
6. Sing - Ling Temple 04:07
7. 1947 04:18
8. Forty-Nine Theurgy Chains 03:36
9. Rise of the Shadow 04:09
10. Bloody Waves of Sorrow 04:49
11. Spell of Setting Sun: Mirror of Retribution 05:56
Bonustrack
12. Unlimited Taiwan
Bonustracks (Japanese Release)
12. Blooming Blades (Taiwanese Version)
13. Forty-Nine Theurgy Chains (Taiwanese Version)
14. Bloody Waves of Sorrow (Taiwanese Version)
15. Floated Unconsciously in the Acheron (Taiwanese Version)
16. Forty-Nine Theurgy Chains (Video)
Total playing time 46:13

Chronique @ Matai

13 Octobre 2009

Chthonic continue de prouver qu'il est le maître asiatique en matière de black symphonique

Chthonic, c'est la perle Taiwanaise en matière de black symphonique. Depuis sa création en 1995, les musiciens ont eu l'audace de pousser plus loin les limites du black en intégrant non seulement des arrangements symphoniques mais aussi des instruments traditionnels, et en particulier le erhu, petit violon asiatique au son si caractéristique. Les albums se sont succédés, du « 9th Empyrean » au désormais fameux « Seediq Bale », très influencé par Emperor et réédité en de nombreuses versions. C'est pourtant avec ce « Mirror of Retribution » que Chthonic s'est davantage fait connaître en Europe grâce à sa signature chez Spinefarm Records. En effet le groupe manquait de médiatisation et ceci a eu vite fait d'être corrigée. L'opus en question est la digne continuité de « Seediq Bale », deuxième partie d'un concept centré sur le passé noir de Taïwan.

Chthonic continue sur sa lancée avec un black symphonique très rapide et bien agressif. Pas de répit au sein de cet opus qui s'avère très sombre, en adéquation avec les thématiques apportées par les Taïwanais. Le duo introducteur « Autoscopy » et « Blooming Blades » mettent bien dans le bain, l'un avec son ambiance résolument noire et inquiétante, l'autre par sa brutalité et la vélocité de ses riffs. Freddy n'a pas perdu son chant black torturé et très porté dans les aigus, à la Dani Filth, ce pourquoi il est surtout connu. Peut-être plus flagrant sur « Hearts Condemned » ou « Sing Ling Temple », un titre plus varié dans son ensemble, tant dans les sonorités que dans les styles. En effet, Chthonic adopte plus d'éléments death contrairement à ces derniers opus, si bien que le chant arrive à s'apparenter à un growl et les riffs détiennent ce groove caractéristique.

Chthonic se focalise aussi davantage sur l'harmonie basse/guitare/chant que sur l'apport de claviers et de ce fait, d'éléments symphoniques. Ce ne sont pas ceux là qui priment, si ce n'est sur « The Aroused », plus proche de ce qu'on avait attendu venant d'eux, ou « 1947 », une instrumentale dotée de violons mélancoliques et quasi impériaux. Toutefois, le combo ne perd pas de vue ses origines, avec un « Rise of the Shadows » à la très forte emprunte black symphonique, le tout mélangé au folklore du pays. Sans oublier un « Spell of Setting Sun » maladif et torturé, emmené par des guitares tantôt furieuses, tantôt quasi acoustiques.

« Mirror of Retribution » est un opus qui permet à Chthonic de diversifier son jeu, se permettant d'intégrer plus d'influences que ce soit dans les riffs que dans les claviers. La production est meilleure si bien que les différentes sonorités se situent davantage dans les graves que dans les aigus, ce qui permet une meilleure écoute. Dans tous les cas, Chthonic continue de prouver qu'il est le maître asiatique en matière de black symphonique, et ce, depuis ses débuts.

4 Commentaires

9 J'aime

Partager
Matai - 11 Juillet 2012: Chronique retouchée ce jour, 11/07/2012.
Svernast - 12 Janvier 2014: Chronique très pertinente, très intéressante, mais... un peu courte? Qu'en est-il des thèmes abordés dans la musique? Très peu de titres sont abordés, ou très rapidement. Tu aurais pu citer "Sing Ling Temple" ou "Forty-nine Theurgy Chains", qui sont des morceaux très importants dans cet album. Cela dépend des goûts de chacun, c'est certain. J'aurais davantage apprécié une chronique plus longue, sans pour autant toucher à la qualité :) Album très étonnant selon moi, beaucoup moins fluide que "Seediq Bale", les riffs sont beaucoup plus cassés, saccadés. Cependant, l'ensemble est magnifique et a une pêche impressionnante.
Matai - 12 Janvier 2014: C'est une vieille chronique (2009) je n'étais qu'à mes balbutiements et je risque de revenir sur mes vieilleries pour les améliorer donc...;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire