October Rust

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Type O Negative
Nom de l'album October Rust
Type Album
Date de parution 20 Août 1996
Style MusicalDoom Gothique
Membres possèdant cet album341

Tracklist

1. Bad Ground
2. Intro
3. Love You to Death
4. Be My Druidess
5. Green Man
6. Red Water (Christmas Mourning)
7. My Girlfriend's Girlfriend
8. Die with Me
9. Burnt Flowers Fallen
10. In Praise of Bacchus
11. Cinnamon Girl
12. The Glorious Liberation of the People's Technocratic Republic of Vinnland by the Combined Forces of the United Territories of Europa
13. Wolf Moon (Including Zoanthropic Paranoia)
14. Haunted
15. Outro

Chronique @ taylor13

19 Avril 2011

Cet album est le fragment intemporel d'un instant qui ne l'est pas.

Après l’énorme succès de Bloody Kisses sorti en 1993, il était difficile que penser que Type O Negative puisse faire mieux, tant barre avait été placée haute. Le groupe, après une tournée mondiale qui s’est déroulée sur près de deux ans, décide de rentrer en studio à la fin de l’automne 1995.

Mais cet automne est aussi celui du groupe, non pas qu’il soit sur le déclin, mais c’est bien le fameux cap du «troisième album» qui est en jeu : l’automne de la maturité. Le groupe peut-il enregistrer quelque chose de plus sombre et sauvage que le précédant opus ? Peut-il refléter une nouvelle facette du groupe ou bien confirmer l’ancienne ?

Deux fois ne sont pas coutumes, et c’est pour la troisième fois que le groupe retourne aux studios System Two pour enregistrer les 15 titres de l’album. L’album labelé par RoadRunner sort le 20 Aout 1996, alors que le groupe est en Europe pour deux dates (Donnington (U.K.) 17 Aout et Flevopolper (Pays-Bas) 24 Aout). Sortir un album comme October Rust en aout semble un peu étrange, mais nous reviendrons dessus.

L’album s’ouvre sur une blague. Mais à quoi ressemble une blague racontée par Type O Negative ?
A rien en vérité, ce qui devait être le titre «Bad Ground» c’est transformé en 40 secondes de silence. Tous ceux qui ont à l’époque rapporté leur disque chez le vendeur réclamant un remboursement se sont bien fait avoir. Le groupe explique à la piste suivante qu’il s’agit d’une blague (Peter) et qu’ils se sont «défoncés» pour réaliser l’album (Josh : «Yeah, we spent a couple of months getting, uh, high working on it.»).

Le voyage de décomposition (ce qui est assez normal pour un album « rouillé ») de Peter Steel commence donc à la troisième piste avec le désormais culte : « Love You to Death ».
Tout est mis en place dans l’introduction mélancolique de ce titre, les premières notes de piano évoquent la mélancolie, sous un fond de vent synthétisé : nous sommes en Aout 1996 mais Type O Negative prend le parti de nous faire voyager jusqu’à Niflheim, il va faire froid pendant plus d’une heure.
L’entrée de la guitare, de la basse et de la batterie dans ce morceau confirment les premières impressions : une certaine tristesse, que les frimas n’arrivent pas à gercer, est bien présente.
« Love You to Death » est un titre étrangement calme, le groupe aurait-il viré sa cuti d’amateurs d’hardcore cyniques par celle de mous du genou affligés ? Les critiques et les fans de l’époque penchent pour la seconde solution : T.O.N. a vendu son âme au diable de la célébrité et propose un album plus pop.

Certes, si l’album a élargi le public de Type O, il correspond en vérité plus à un état d’esprit qu’ils avaient à l’époque qu’à une réelle volonté de vouloir convertir le public à la doctrine de la République Technocratique du Vinnland (dont le drapeau apparait pour la première fois au dos de l’album). Ainsi les titres tiennent plutôt du mid-tempo et sont résolument plus calmes, la voix de Peter Steele résonne alors comme un celle d’un sombre crooner dont l’une des perles est « Red Water (Christmas Mourning) ». Ce titre est certainement le plus triste de l’album. Sur des pas enneigés la mélodie nous mène haut, très haut, jamais Type O Negative n’avait été aussi sombre et aussi calme. Alors que l’auditeur est en plein vol, quelque chose vient le percuter et le cloue au sol par son réalisme et sa noirceur : « My Girlfriend’s Girlfriend » est la pop-song aux accents 60’s de l’album, mais possède une ambiance sombre et drôle, jusqu’à en évoquer l’univers décalé de Tim Burton.

Ces deux titres semblent aussi bien marcher ensemble que «In Praise of Bacchus» et «Cinnamon Girl». Il faut noter que «Cinnamon Girl» est le seul morceau non composé par Peter Steele, puisqu’il s’agit d’une reprise de Neil Young (extrait de l’album Everybody Knows This Is Nowhere, 1969). Encore une fois donc l’accent est mis sur le côté pop 60’s / sombre. En revenant en arrière, l’une des plus grosses surprises de l’album est «In Praise of Bacchus», titre évoqué un peu plus haut.
Ce titre, tout comme «Red Water (Christmas Mourning)», est surement l’un des plus calmes de l’album, mais est paradoxalement l’un des plus noirs et reflète le mieux ce qu’est le «Doom» torturé de Type O Negative. L’entêtante phrase «She hates me» résonne encore comme une évidence inébranlable après l’écoute de l’album.

Parmi les phrases cultes de cet album, la plus marquante ce trouve certainement au début, dans « Be My Druidess » plus précisément. Ce morceau, avec le suivant (« Green Man »), est certainement le moins « hivernal » des morceaux et reflète plus une certaine lumière comme il possible d’en trouver dans les forêts en automne : une lumière forte et mourante. Tout ceci pour dire donc que la fameuse phrase qui apparait comme une psalmodie sur « Be My Druidess » est l’effroyable : « I’ll do anything to make you cum ». Cette phrase est à la fois effrayante mais étrangement belle : Peter Steele est prêt à s’adonner aux pires bassesses de l’homme pour faire jouir sa druidesse. Cette preuve d’amour, entre violence et sensualité à l’image de la musique, réapparait à plusieurs reprises dans l’album (« Love You to Death », « Die With Me »…).

L’album se construit comme un conte romantique et violent digne de Charles Pérault, des frères Grimm ou d’Egard Allan Poe. L’homme n’arrive plus à satisfaire sa conquête et essaye par tous les moyens de la récupérer, mais l’issue semble inévitable : ce n’est pas tant que la maîtresse est partie, mais c‘est que l’homme c’est changé en monstre.

Ainsi «Die With Me» est le tournant de l’album et se comprend alors comme un regret dont les parties en acoustique l’ancrent peu à peu dans le souvenir. Au contraire « Burnt Flowers Fallen », l’un des morceaux les plus énervés de l’album est un déchirement bien présent dont la douleur ce ressent à chaque mesure.
Le dernier acte de l’album scelle bel et bien l’histoire du narrateur ne pouvant supporter que sa bien aimée le hante (« Haunted »).

Si cet album a contribué a faire de Type O Negative un groupe connu d'un public plus large sous ces aspects plus mid-tempo, est en vérité beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Il s’agit de la romance d’un homme que le changement effraye autant que la mort. Le groupe signe ici un album romantique et ne se prive pas de raconter sa plus belle fable. La « rouille d’octobre » montre le groupe à un moment donné entre ce qui était, ce qui est et ce qui sera. Comme une feuille sous le vent de l'automne, cet album est un fragment intemporel d'un instant qui ne l'est pas.

5 Commentaires

10 J'aime

Partager
rambo53 - 19 Avril 2011: T'as oublié de changer ta phrase en entête.

Sinon bonne chro, on en apprend pas mal sur le groupe, et l'album est bien décrit que ce soit les émotions ou la musique sans trp rentré dans des détails complexes.
J'avoue qu'entre "bloody" et ce dernier mon coeur balance mais celui ci est plus mélancolique, plus beau aussi tout en étant sombre, et c'est ça que j'aime chez Type O, le fait qu'ils arrivent à transformer quelque chose de sombre de laid en merveille.
albundy57 - 19 Avril 2011: Après la bombe "Bloody kisses", TYPE O revient ici avec une nouvelle perle pleine d'émotions diverses et toujours cette intensité unique et profonde.
Opus grandiose dont je ne compte plus les écoutes!
Apocalypticrade - 19 Avril 2011: Bonne chronique.
Je trouve que Bloody Kisses, et October Rust s'écoutent bien à la suite. Deux albums qui continuent de tourner en boucle...
dimebag77 - 24 Avril 2011: pour moi leur meilleur album une petite merveille alliant emotion et brutaliter sur certain morceau!!!
peter rest in peace my friend
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Leviathan777

22 Fevrier 2012


3 Commentaires

0 J'aime

Partager
Riii - 25 Mars 2012: Très belle chronique! Un vocabulaire riche, évoquant et une chronique enrichissante, très intéressante ^^ bravo, continue de même
Horreurgasme - 07 Septembre 2014: Parfaitement d'accord, du jamais vu dans l'histoire de la chronique musicale, sans égal.
SilverClimber - 14 Juillet 2017: Une chronique en accord avec le premier titre de l'album !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire