Night Spirit

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lustre (SWE)
Nom de l'album Night Spirit
Type Album
Date de parution 24 Mai 2009
Style MusicalBlack Ambient
Membres possèdant cet album31

Tracklist

1.
 Part 1
 20:56
2.
 Part 2
 20:05

Durée totale : 41:01


Chronique @ Paganwinter

02 Janvier 2012

je vous conseille d’entrer sans sourciller dans l’esprit de la nuit.

L’illusion d’une nature à la fois triste mais réjouissante de beauté n’est que rarement palpable au travers de sonorités, sonorités s’apparentant bien entendu à la musique. Ici, Nachtzeit, prolifique musicien suédois, axé principalement sur les musique d’ambiance, parvient à insuffler cette dite illusion. Oui, complainte mélancolique, ode aux nuits glacées mais revigorante, toute sorte de définitions pourraient voir le jour à l’écoute de cette galette, une galette qui plus est aussi variée qu’un bon porno fétichiste, j’entends qu’on se fixe, qu’on trip sur quelque chose et que l’on ne lâche plus la bride parce que cela nous fait du bien, nous fait plaisir.

Si à l’heure actuelle, et ce n’est pas pour me déplaire, le petit monde misanthrope du metal ambiant est en pleine expansion, Lustre n’est pour tout dire certainement pas le meilleur des projets, mais peut-être bien l’un des plus homogènes de ceux-ci. Pour ainsi dire et pour une nouvelle fois illustrer du fait que la musique qui sort des enceintes est pour le moins répétitive, eh bien la sélection se fait tout naturellement. Lustre on adore parce que cela nous enivre ou, au contraire, l’on commence à se faire grincer les chicots dans l’attente d’un hypothétique changement d’accord ou de mélodie qui ne viendra certainement pas avant que le sujet aie perdu son peu de patience envers le style musical. De mon côté, si le manque de variété peut parfois être problématique, ici il n’a été qu’uniquement question de délectation sur la durée, peu importe la qualité éclectiques des deux morceaux proposés tant l’atmosphère est cinglante de beauté et de rigueur.

Vous l’aurez compris, et cela fonctionne pour toute la discographie de ce One Man Band, qu’il faut être un inconditionnel un peu comme moi pour s’envoyer tout un disque en une traite sans voir le temps se prolonger d’avantage que souhaité. Pour entrer plus précisément dans le vif du sujet, pour parler de la musique distillée ici, disons qu’il s’agit d’un metal atmosphérique très lourd agrémenté de superbes nappes de claviers, aussi enthousiasmantes pour la plupart qu’un enterrement, mais tout en étant pas non plus aussi noirâtre que celle de Malefic, notamment. En ce qui concerne les grattes, si celles-ci, malgré un son grave très prononcé, ne verse pas dans le ‘’doomesque’’, il n’en reste pas moins que ça ne sera pas pour s’en mettre plein les oreilles de riffs tonitruants. Non, bien que puissant, le son des guitares restera au niveau du reste, très lourd.

Bref, tout ça pour dire qu’il s’agit là d’un album pour initier. Premier volume d’une discographie qui ne variera pas d’un iota, l’avenir ne me fera sûrement pas mentir. Si j’apprécie beaucoup ce disque pour son ambiance, pour les émotions que dégage la musique, j’admets toutefois les défauts inhérents au style et à l’excédent de basse lors de l’enregistrement. Oui, pour terminer sur un note pragmatique, disons que l’enregistrement ne laisse que peu de place aux doutes, et ce même si ça ne saute pas aux yeux. Vibrations dues aux basses, vocaux façons Striborg prenant le dessus sur la musique qui passe du coup en arrière-plan, tout ça amenant du coup une sensation désagréable de saturation. Pour ne pas faire la fine bouche, je passe sur les défauts, qui soit dit en passant, sont plutôt mineurs, et me permets de vous conseiller fortement ce titre, de vous conseiller d’entrer sans sourciller dans l’esprit de la nuit.

Paganwinter

1 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire