Blossom

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lustre (SWE)
Nom de l'album Blossom
Type Album
Date de parution 24 Avril 2015
Style MusicalBlack Ambient
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1.
 Part 1
 08:54
2.
 Part 2
 08:38
3.
 Part 3
 09:42
4.
 Part 4
 05:47

Durée totale : 33:01


Chronique @ Rheindarst

29 Juillet 2015

Magnificent Half Light

Lustre est un combo suédois (un one-man-band) fondé en 2008 et qui officie dans un registre black atmosphérique-ambient. C'est le projet principal de Nachzeit (Ered Wethrin, Rafnatyr...), seul maître à bord depuis sa création. Hormis ce dernier disque en date dont je vais parler, Lustre a déjà à son actif une solide discographie comportant 4 albums, 5 EP's, une compilation d'inédits et 3 splits.

Lustre dispose à l'heure actuelle d'une notoriété importante dans son créneau, le nom du combo servant plus ou moins à définir un certain style d'approche mélodique hautement mémorisable et qui se trouve être depuis utilisé par d'autres groupes, soit en terme d'influence ou reconnaissance suprême, en clonage intégral ou partiel (comme Nebula Orionis, par exemple). "Blossom" est donc son cinquième album sorti le 24 avril dernier via le label suédois Nordvis Produktion, dans une édition digipack simple (une version spéciale limitée à 300 exemplaires incluant le EP inédit "Phantom" a aussi été mise à disposition).

Bon, autant dire tout de suite que cet album m'a enthousiasmé (très) fortement. J'en attendais beaucoup mais peut-être pas à ce point. Il me semble que l'on peut dire que le Suédois a véritablement monté d'un cran sur ce disque, parvenant avec talent à sublimer son propre style. On retrouve donc ce black atmosphérique toujours principalement développé sur un axe central aux claviers avec toujours ces mélodies bien personnelles, composantes emblématiques et essentielles du projet. Toujours adepte d'une certaine sobriété dans la construction de ses titres, on est néanmoins surpris (et ravi) par la tournure prise dans la production de ce dernier album.

Si Lustre a toujours fait montre d'une grande qualité de composition, la production de ses œuvres a toujours été d'une certaine façon "limitée", induisant de facto un son toujours correct mais non optimisé (cela n'a néanmoins jamais été une gêne, participant même d'une certaine façon au charme de ses enregistrements). Ce n'est plus le cas ici et c'est sans doute ce que l'on remarque le plus en écoutant "Blossom". Tout y est quasi parfait. Le son, beaucoup plus clair (et de facto plus puissant), permet aux titres de prendre toute leur ampleur en maximisant les effets atmosphériques hypnotiques, le dynamisme des compos est sensiblement plus important qu'avant au niveau percussions. Le clavier, élément clé chez le Suédois, diffuse avec brio des mélodies sobres mais délicieusement envoûtantes qui semblent toutes droites sorties d'un rêve. Les guitares quant à elles, bien que toujours discrètes, semblent sensiblement renforcées et accentuent ainsi le côté "obscur" dégagé par le skeud. Les vocaux black font, comme à l'accoutumée, l'objet d'un mixage en arrière-plan, mais dégagent ici encore plus de force qu'auparavant et permettent encore mieux de synthétiser la dualité mélodie-noirceur, qui reste l'aspect hautement proéminent de la musique composée par Nachzeit.

Si, à première vue, la durée de 33 minutes du skeud peut paraître courte, elle permet à contrario d'optimiser l'efficacité de "Blossom " et de le faire dérouler sans le moindre accroc... Un pur joyau dans son genre...


Rheindarst

0 Commentaire

11 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire