Neonism

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Solefald
Nom de l'album Neonism
Type Album
Date de parution 24 Septembre 1999
Produit par Tomas Skogsberg
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalBlack Progressif
Membres possèdant cet album37

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Avantgarde Music with a different tracklist.
ORIGINAL TRACKLIST
1. Fluorescent (the Total Orchestra)
2. Speed Increased to Scaffold
3. CK II Chanel No.6
4. Proprietors of Red
5. A Motion Picture
6. Omnipolis
7. Backpaka Baba
8. Third Person Plural
9. 04/34 PM
10. The New Timelessness
TRACKLIST (Re-Issue 2007)
1. Proprietors of Red
2. Speed Increased to Scaffold
3. CKII Chanel No.6
4. Fluorescent (the Total Orchestra)
5. A Motion Picture
6. Omnipolis
7. Backpacka Baba
8. Third Person Plural
9. 04/34 PM
10. The New Timelessness
11. Cosmophony

Chronique @ Jankowitch

23 Octobre 2009
Chroniquer ce disque n’aura pas été une mince affaire. J'ai du m'y reprendre à plusieurs reprises avant de trouver les mots justes. Neonism a en quelque sorte changé ma vision du metal, et même de la musique en général. Neonism m’a ouvert des horizons encore inconnus avant. Neonism est grand.
Solefald est composé de 2 membres. Cornelius (Von) Jakhelln, la base du groupe, écrit les paroles et est le compositeur principal : avec son esprit décalé, il est l’âme de Solefald, le squelette ; il apporte les touches expérimentales à la musique (autant dire beaucoup). Lars Are Nedland, membre entre autres des très reconnus Borknagar et Asmegin, et ex-membre de Carpathian Forest, n’en est pas moins important. Il insuffle quelque chose à la musique de Solefald que n’ont pas les groupes solo de Cornelius, G.U.T. et Sturmgeist. Une sensation d’harmonie, qui fait que ce Neonism est à la fois un chef-d’œuvre de musique expérimentale et un album plutôt facile à écouter (pour quiconque ayant un esprit un tant soit peu ouvert, inutile de le préciser).
Neonism est donc le deuxième méfait de Solefald, après un premier opus ma foi très réussi (The Linear Scaffold), dans un registre ressemblant, mais moins expérimental, moins fou. Ici n’est pas la question, recentrons nous sur le sujet.

Atypique est un mot pour le moins approprié à cet album. S’éloignant (beaucoup) des carcans habituels du metal, Solefald innove tant dans la musique que dans les paroles.
Les guitares ne sont pas indispensables : Solefald sait transporter son auditeur sans overdrive et trémolos.
Les voix claires ne sont pas à bannir : le chant presque niaiseux de Lars s’accorde à la perfection à la musique et forme un ensemble inséparable avec les différentes prouesses vocales de Cornelius : chant black typé Helheim, rap pour le moins spécial, et genre de chuchotements moitié-gutturaux moitié-chantés.
Le rythme stable n’est certainement pas une obligation : fast, mid et down tempo se côtoient dans la joie et la bonne humeur.
Le clavier et l’électronique ne sont pas blasphèmes : Solefald sait naviguer entre envolées electro-opéra et claviers dissonants.
Une sorte de décadence folle côtoie un ordre total. Solefald arrive à rassembler les antagonistes et le résultat est tant étonnant que réussi.
Les paroles, parlons-en justement. Ici, point de thèmes chers au metal : plutôt que d’expliquer les tenants et les aboutissants de la mort, Solefald critique l’amour virtuel ; plutôt que de prôner la misanthropie et le nihilisme, Solefald blâme le racisme ; plutôt que de décrire une forêt enneigée, Solefald brosse la vie d’un capitaliste tout-puissant. Tout cela dans le chaos le plus total : la compréhension des textes à la première lecture n’est pas mince affaire. Cornelius étant fondu de culture française (diplômé de philosophie à la Sorbonne), l’intéressé nous pond même un texte en français, Omnipolis, encore plus incompréhensible pour le péquin français moyen que les textes en anglish. Bref, il en résulte une certaine harmonie apocalyptique entre la musique et les paroles.

Au final, un disque INDISPENSABLE pour n’importe quel adepte de musique expérimentale, et même pour n’importe quel amateur de metal ayant l’esprit ouvert. Je ne recommande pas de chansons, elles sont toutes des chefs-d’œuvre, impossible d’en préférer une à une autre.

7 Commentaires

5 J'aime

Partager
CirithUngol - 23 Octobre 2009: Et bien..! Que dire, si ce n'est que c'est une belle chronique de passionné, pour un disque passionnant. Néanmoins, je le trouve très hermétique, j'ai eu énormément de mal a entrer dans leur trip. Par contre dès que l'on a franchi ces "barrières" le rendu est comme tu l'as si bien décris : Magnifique.
Merci.
Orileus - 24 Octobre 2009: Bonne chronique.

Je connait Solefald mais n'ai jamais écouté pour le moment.Étant grand admirateur des groupes décalés et innovants (Carnival in Coal,Ulver, Sigh...) ça devrait grandement me tenter.

J'écoute et te redonne mon avis.

(en gros, commentaire qui sert à rien...)
AmonAbbath - 24 Octobre 2009: Red For Fire n'est pas vraiment mauvais, mais il y a trop de remplissage. Je me pencherai sur ce Neonism pour voir ce que ça donne.

La chronique est en effet assez claire, bien qu'on ne saisit pas très bien l'atmosphère et les émotions qui peuvent faire surface.
Bloodsong - 02 Mars 2010: Moi j'ai aimé Red For Fire, d'ailleur Black For Death et Red for Fire sont indissociables a mes yeux, ceci expliquant cela.
Pour Pills for the ageless ills je le préfère encore à Neonism... bien que moins aventureux et varié.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire